30.1 C
Lomé
Monday, January 17, 2022

Prison civile de Lomé: Les détenus et les gardes pénitentiaires, des partenaires d’affaires

Les unes des journaux

 Prison civile de Lomé: Les détenus et les gardes pénitentiaires, des partenaires d’affaires

Dans un précédent article, nous faisions cas des activités illégales qui se déroulent à la prison civile de Lomé impliquant les détenus et les gardes pénitentiaires. Une routine qui se poursuit et les deux camps en profitent en toute quiétude.

Les détenus qui font affaire avec les gardes pénitentiaires. Ce partenariat ne date pas d’aujourd’hui et tout porte croire que rien ne pourra les empêcher malgré les sonnettes d’alarme.

La situation financière des gardes pénitentiaires n’étant pas rose, ces derniers ont besoin d’argent pour arrondir leur fin du mois, subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles.

Le seul moyen de se faire un peu d’argent est de collaborer avec les détenus pour faire les activités illégales.

De toute évidence, les cannabis que vendent et consomment les détenus au sein de la prison civile de Lomé n’y ont pas atterri par magie. Aussi, les téléphones portables qui servent d’outils de travail aux détenus arnaqueurs sont l’œuvre des gardes pénitentiaires.

Nos investigations sur les activités illégales à la prison civile de Lomé se poursuivent. Nos sources au sein de la prison nous ont permis d’en savoir plus sur les stratégies des partenaires d’affaires (Détenus-gardes pénitentiaires).
En effet, d’après nos sources, lorsqu’un garde pénitentiaire fait rentrer un téléphone pour un détenu, ce dernier peut percevoir 5000f ou 10000FCFA, en fonction de leur arrangement.
« Certains détenus ici sont en contact permanent avec les soldats. Et quand un détenu veut un téléphone portable. Des fois il peut remettre l’argent à un garde qui le lui achète et sa commission dans ce cas est de 10000FCFA. Mais ici presque tous les détenus veulent avoir un téléphone portable donc vous-même imaginez un peu», nous a confié une source.
Et de poursuivre: « Dans certains cas, lorsque le détenu va recevoir une visite de l’extérieur c’est à dire un membre de sa famille ou un proche, ce dernier apporte le téléphone et le remet à un garde qui est de permanence. Il négocie avec lui et lui remet 10000FCFA. Ce dernier maintenant attend l’heure de la fermeture des portes pour accomplir sa mission. Des fois, il peut même remettre le portable au détenu très tôt le matin au moment de l’ouverture de nos portes ».
En ce qui concerne les cartes SIM, les cybercriminels qui opèrent depuis la prison civile de Lomé font tout pour utiliser d’autres identités. Ils utilisent des cartes SIM identités sous un autre nom.
« Certains détenus ont plusieurs numéros pour faire leurs affaires. Ne soyez pas surpris que les numéros ne soient pas enregistrés en leurs propres noms », a déclaré une de nos sources.

L’affaire qui profite le plus aux partenaires de « crime » à la prison civile, à en croire nos sources est la vente du cannabis. Le pourcentage est alléchant et chacun en tire profit.

Il nous revient que mercredi, les agents de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) ont fait une descente inopinée pour confisquer les portables de certains détenus sur plainte d’une victime. Aussi, en début de semaine, 9 kilogrammes de cannabis ont été interceptés par les gardes pénitentiaires au moment où deux détenus essayaient de les faire passer.

Cette saisie et ces descentes inopinées pourront-elles arrêter les activités illégales à la prison civile de Lomé?
Une chose est sûre, tant que les agents indélicats et avides d’argent feront partie des gardes pénitentiaires, les cybercriminels et les vendeurs de cannabis continueront leurs affaires en toute quiétude. Le ministre de la sécurité , Le Gal Yark Damehame, le Directeur de la prison civile de Lomé doivent prendre leurs responsabilités et taper du poing sur la table. De nouvelles stratégies doivent être mises en place pour remettre de l’ordre à la prison civile de Lomé.

Il ne sert à rien de dire vouloir lutter contre la cybercriminalité et la vente du cannabis alors qu’en réalité les personnes arrêtées pour ces délits continuent de faire leurs activités en prison. L’on se demande à quoi sert finalement cette lutte?

Pacha Johns

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Dr Christian Spieker: “ Notre président regarde trop ses intérêts personnels dans tout ce qu´il fait”

À la tête d´un État en tant que dirigeant, il y a certaines erreurs politiques qu´il ne faut jamais commettre dans les...

Togo: La maison de Charles Debbasch mise sous scellé dès son décès

Au Togo, ce sont les réseaux sociaux qui ont rendu public le décès, le 14 janvier, de Charles Debbash, ministre-conseiller spécial du...

Covid-19: Le pasteur Edoh Komi redoute la décision de faire vacciner les enfants de 12 ans

La nouvelle décision du gouvernement togolais d’élargir sa cible vaccinale aux enfants de 12 ans et plus, déplaît au président du Mouvement...

La CEDEAO prend des sanctions au Mali, l’ONU promet de les desserrer !

Après l'échec du projet de résolution qui, s'il était passé mercredi au conseil de sécurité de l'ONU, aurait scellé définitivement le sort...

Fenêtre Sur l’Afrique: Débat Panafricain du 15 janvier 2022 sur Radio Kanal K et Avulete

Vendredi 14 Janvier 2022 mobilisation générale du peuple malien contre les sanctions de la CEDEAO: Une preuve irréfutable de la légitimité accordée...

Securité routière: 334 décès dans 3577 accidents de circulation au second trimestre de 2021

De juillet à décembre 2021, 3577 accidents de circulation sont survenus au Togo. Des accidents qui ont causé 334 décès. Ces chiffres...

Covid-19: Le gouvernement togolais élargit sa cible vaccinale

Les élèves en classe de sixième et les enfants âgés de 12 ans et plus seront désormais vaccinés. La décision vient d’être...

Apedo Amah: “LA CEDEAO DES PEUPLES CONTRE LA CEDEAO DES DICTATEURS”

Après les sanctions prises par les chefs d’État de la CEDEAO contre le peuple malien, l’opinion publique ouest-africaine s’est très largement révoltée...
- Advertisement -
error: Content is protected !!