28.3 C
Lomé
Thursday, October 28, 2021

Election présidentielle au Ghana : L’opposition n’accepte pas la victoire de Nana Akufo-Addo. Début de la difficile gestion de l’après Rawlings !

Les unes des journaux

Election présidentielle au Ghana : L'opposition n'accepte pas la victoire de Nana Akufo-Addo. Début de la difficile gestion de l’après Rawlings !
John Dramani Mahama, Jerry John Rawlings et Nana Addo Dankwa Akufo -Addo

L’habituel triomphe de la démocratie ghanéenne très enviée dans la sous-région Ouest africaine fait face à ce qui mérite d’être appelé OURAGAN. Même s’il reste un modèle à copier et à suivre, les récents faits survenus pendant et après les élections présidentielle et législative laissent présager un avenir tumultueux de cette démocratie très enviée dans la sous-région ouest africaine. A peine Jerry John Rawlings décédé que des comportements anti-démocratiques s’attaquent à la démocratie Ghanéenne. Une chose est de connaître quelques faits mineurs de violence de période électorale et de savoir les gérer, mais aller jusqu’à compter au moins cinq morts et plus d’une cinquantaine de blessés, c’est vraiment semblable à une attaque virale de la démocratie Ghanéenne par le syndrome ouest africain des élections truquées, résultats contestés, violences et dialogues.

Nana Addo Dankwa Akufo -Addo tient dans ce méli-mélo, son deuxième et dernier mandat, à moins qu’il fasse le choix de tripatouiller la Constitution Ghanéenne comme ils savent le faire au sein du syndicat des Chefs d’Etat de la CEDEAO. Selon les résultats provisoires annoncés par la Commission Electorale mercredi soir, le président sortant, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo l’emporterait avec 51,59% des voix contre 47,36% pour John Dramani Mahama, le candidat du NDC, Congrès National Démocratique.

Ces résultats proclamés circonscription par circonscription à l’issue du scrutin ne semblent pas avoir l’adhésion du parti de John Dramani Mahama réduit au silence, forcément à cause du pacte de la paix signé par les deux hommes arrivés en tête du peloton. En lieu et place du candidat malheureux, c’est un élu du NDC qui, en conférence de presse juste après la proclamation des résultats qui donnent vainqueur le président sortant, annonce le rejet des résultats et indique que le parti compte interjeter appel de la décision de la commission électorale. L’homme dit détenir des preuves de fraude.

En effet, plusieurs vidéos virales ont été larguées sur les réseaux sociaux, montrant des scènes de sécurisation d’urnes à l’image des habitudes du Togo et aussi des votants détenant plusieurs bulletins prévôtés en faveur de Nana Addo. Des allégations de bourrage d’urnes ont aussi été distillées dans la masse. Des informations relatives à l’envoi d’équipes spécialisées en fraudes électorales par notamment le président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, ont aussi été partagées, lançant ainsi l’alerte qui forcément a conduit aux tristes scènes de violences.

Cette situation emporte l’habitude qui voudrait que le perdant appelle le gagnant pour le féliciter. John Dramani Mahama s’est abstenu de ce traditionnel rituel qui était l’une des marques de la maturité politique des ghanéens surtout en matière électorale. Déjà mardi, John Dramani Mahama prévenait qu’il « résisterait à toute tentative de vol du scrutin ». Pour une fois, des campagnes d’intoxications et de ventilations de fakenews étaient menées pour annoncer que John Dramani Mahama reconnaissait la victoire de son principal rival et challenger.

En attendant que ces résultats contestés soient transmis à la Cour suprême qui dispose de 42 jours pour trancher, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo et ses partisans manifestent leur joie. Une triste célébration qui doit faire tourbillonner le corps sans vie de Jerry John Rawlings face à la rude épreuve de la gestion d’après l’autorité morale qu’il a incarné de son vivant pour la survie de la démocratie Ghanéenne très enviée.

Il y a une chose à ne pas aussi perdre de vue, en cette période assez traumatisante que traverse le Ghana. Ce n’est un secret que ce pays est cité en exemple à tout bout de chant, dans l’espace CEDEAO, enclin aux habitudes de tripatouillages constitutionnel et électoral au profit des présidents adeptes de multiples mandats anticonstitutionnels. Cela peut sembler un peu absurde mais l’on ne doit pas perdre de vue la possibilité que l’œuvre de fraudes contestées par le NDC soit orchestrée par ces dirigeants réfractaires à la démocratie et qui en ont assez de se faire passer pour le diable au moment où le Ghana soit cité en exemple de démocratie.

Nombreux sont ceux qui, très attentionnés, ont extériorisé tôt, des inquiétudes face à la médiatisation à outrance que les radios de propagandes de la FrançAfrique ont entamé depuis le décès du père de la Démocratie Ghanéenne, Jerry John Rawlings. L’on savait que le Ghana allait, du moins la démocratie Ghanéenne allait être attaquée mais par qui et comment ? L’on ne saurait le dire avec exactitude. Sauf que ces faits qui ne sont pas dans les habitudes du peuple Ghanéen, parle suffisamment pour que qui a des oreilles attentives comprenne que les voisins frappés de la boulimie du pouvoir jouent leur rôle de vulgarisation et de propagation de la leçon. Comme quoi, si Faure Gnassingbé a son quatrième mandat, Alpha Condé et Alassane Ouattara chacun son troisième mandat, ce n’est pas Nana Addo qui n’enchainerait pas son deuxième et dernier mandat, en attendant les velléités d’un difficile tripatouillage constitutionnel.

Une opposition Ghanéenne qui rejette la victoire de Nana Akufo-Addo, au cœur des tristes scènes de violence notamment les tueries et les bourrages d’urnes ! C’est vraiment le début de la difficile gestion de l’après Rawlings. L’on aura le temps d’apprécier la force des institutions Ghanéennes telle que la voulue et mise en place Jerry John Rawlings pour empêcher le diable de faire sa volonté.

Wait and see

Rodrigue Ahégo

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Gerry Taama à Aboka: “On ne démolit pas, on déplace et délocalise”

Le maire de la commune du Golfe 5, Kossi Aboka vient encore de s'illustrer encore négativement aux yeux des Togolais et du...

TOGO/Prison civile de Kpalimé : Un prisonnier quasi paralysé suite à la vaccination

• Tout détenu qui refuse la vaccination ne passera pas en audience Le diclofénac et l’aspirine peuvent-ils guérir les effets consécutifs à la...

Dr Christian Spieker : “La famille Gnassingbé fait trop du mal à ce pays”

Tous les signes montrent que le Togo ne peut jamais avancer sous le régime Gnassingbé. Les faits sont là et le témoignent. Ce...

Seul le retour des restes de la dépouille de Sylvanus Olympio pourra définitivement libérer le Togo!

C’est l’essentiel du message livré mardi à la presse par l’évangéliste Emmanuel Koffi Djogbema. Ce dernier dit avoir reçu ce message de...

Togo Covid-19: 8 cas positifs enregistrés lundi

  Bilan du lundi 25 octobre 2021 Huit (08) des 848 personnes testées sont positives portant le nombre total de cas positifs à 26.000....

L’espionnage des esprits libres au Togo demeure !

La question de l’espionnage des journalistes révélée par le Consortium Forbiden Stories avait fait sa vague de tollé courant le mois de...

MMLK/ SUSPENSION JUSQU’À NOUVEL ORDRE DE L’EXÉCUTION DE TOUTES LES DÉCISIONS JUDICIAIRES ORDONNANT LES DÉMOLITIONS ET EXPULSIONS DES HABITATIONS AU TOGO

  Le Mouvement Martin Luther King se réjouit de cette approche humanitaire qu'il a toujours proposée par rapport aux dérives et entraves à...

Le Togo mendie auprès des bailleurs pour un gangstérisme financier au pays:Un crime sans effusion de sang

  La fin des dégâts n’est pas pour demain dans la gestion de la chose publique au Togo. La première autorité publique togolaise...
- Advertisement -
error: Content is protected !!