Ghana : Vers une sécession de l’ex Togo britannique ?

Ghana : Vers une sécession de l’ex Togo britannique ?
L’ex Togo Britannique, une région située au Sud-est du Ghana, depuis quelques temps, est en proie à des velléités de sécession. L’affaire semble aujourd’hui plus sérieuse avec la naissance d’un mouvement indépendantiste porté tout récemment sur les fonts baptismaux au Ghana.

Mardi, 09 février 2016, 35 délégations venues de Volta Région et d’une partie de la région du Nord-est du Ghana située sur le territoire de l’ex « Togo britannique » ont été réunies à Ho, une ville de ce pays. Frustrés d’être abandonnés par le pouvoir central d’Accra, les habitants de cet axe à travers un mouvement baptisé « Homeland Study Group Foundation » réclament ouvertement la sécession de l’ « Etat du Togo Occidental », « Western Togoland State », en Anglais. « C’est le début d’une synergie d’actions d’un groupe de pression pour soustraire le territoire de plus de 50 ans d’un attelage qui n’a pas réussi et qui n’a en rien profité aux populations concernées sur les plans socio-économique et sécurité financière », a déclaré Charles Komi Kudjordjie, président du mouvement sécessionniste chez les confrères en ligne Graphic Online. Il précise : « Le moment est venu pour mettre en place un plan d’actions commun pour rompre avec la servitude, comme d’autres peuples ailleurs l’ont fait face à des autocraties. Nos hommes et femmes sont prêts à dérouler des stratégies pour arriver à nos fins, le plutôt possible. Ce congrès est le démarrage d’une série d’attaques de missiles sur tous les fronts afin d’obtenir l’indépendance ».

Les sécessionnistes ont tenu à rappeler que c’est à l’issue d’un référendum en 1956 que l’ex « Togo britannique » est rattaché à l’ancienne
« Gold Coast » devenu par la suite Ghana. A les en croire, non seulement, cette union n’a jamais été effective, mais aussi, depuis toujours, l’ex-Togo britannique et l’identité des peuples qui y vivent ne sont pas considérés. Alors que ce territoire est une région acquise à la cause du parti au pouvoir, NDC (National Democratic Congress).

A quelques mois des élections au Ghana, le parti au pouvoir risque de perdre une partie de son électorat surtout dans cette région du pays au profit de NPP (New patriotic party).

Pierre-Claver KUVO
Diasporas-News N° 72 – MARS 2016

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.