Jerry John Rawlings appelle à la suppression des dispositions constitutionnelles qui protègent les acteurs politiques de haut niveau

Jerry John Rawlings appelle à la suppression des dispositions constitutionnelles qui protègent les acteurs politiques de haut niveau
Jerry John Rawlings

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
A l’occasion de la commémoration du 40ème anniversaire du soulèvement du 04 juin, l’ancien président Jerry John Rawlings a appelé à réexaminer d’urgence la constitution de la République du Ghana pour supprimer les clauses qui protègent les acteurs politiques de haut niveau, les encourageant à abuser de leurs fonctions et à tirer profit de leurs positions. Il a aussi pointé du doigt, les clauses portant dispositions transitoires et les clauses d’indemnisation afin de garantir l’égalité de tous devant la loi, encourager la transparence, la responsabilité et une gouvernance responsable des affaires du pu pays. Selon J. J. Rawlings, nombreuses clauses constitutionnelles ne servent pas, jusqu’alors, les intérêts du Ghana.

« La constitution de la IVème République a été votée par nous, pour nous et pour nous servir, et à la lumière des 25 années, il existe un besoin sans réserve de réformer ou de réécrire notre constitution actuelle » a martelé Jerry Rawlings, appelant le peuple Ghanéen de ne pas perdre de vue, la discipline qui a caractérisé le 04 juin et à la traduire partout où besoin sera.

Cet appel du père de la démocratie Ghanéenne vient au moment où certains présidents africains s’offrent le luxe de manipuler la constitution pour se donner un pouvoir de vie et de mort sur leur peuple.
C’est le cas du Togo où Faure Gnassingbé, à travers ses copains et coquins de l’Assembler nationale, a inscrit dans la Constitution Togolaise, des dispositions qui empêchent toute poursuite contre lui.

Depuis l’usurpation du pouvoir par Faure Gnassingbé en 2005, suite à une série de coups d’Etat constitutionnels, l’armée fait usage des armes pour terroriser, torturer, blesser et tuer l’es populations qui manifestent contre le régime RPT/UNIR.

Si en 2005, une enquête onusienne a parlé de plus de 1000 morts, la relance des contestations depuis août 2017 fait plus de 100 morts, selon des rapports publiés par des organisations de la société civile.

Une différence est lisible dans les approches. Pour l’Homme d’Etat Ghanéen, Jerry John Rawlings, il faut installer des institutions fortes pour éviter l’avènement des hommes forts au pouvoir, tandis que pour Faure Gnassingbé, il faut fragiliser les textes pour installer un président fort au SÉNAT et lui garantir une impunité totale.

S’il est claire que Jerry John Rawlings exprime son amour pour son peuple, à travers sa vision d’un Ghana, pays modèle de démocratie, de discipline, d’amour…, il est aussi claire que Faure Gnassingbé démontre sa haine contre le peuple Togolais qui continue de lutter pour se sauver du joug de cette dictature assassine qui abat ses fils et filles à balles réelles, les contraint à l’exile, viole leur domicile, les poursuivant jusque dans leur dernier retranchement.

Et dire que des pays soi-disant puissances et modèles de démocratie, s’investissent à fond pour protéger cette dictature que le peuple rejette de toute force. Si la dictature sévit et durcit le ton au Togo, c’est grâce à cette inaction coupable notamment de la France, la CEDEAO et l’UNION AFRICAINE qui bénissent le dictateur sanguinaire de Lomé, ceci contre la détermination d’un peuple Togolais qui ne baisse pas la garde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.