Sommet de l’Union africaine : la CPI appelle l’Afrique du Sud à arrêter le président soudanais Omar el-Béchir

Omar el-Béchir, dimanche, en Afrique du Sud
Omar el-Béchir, dimanche, en Afrique du Sud

Omar el-Béchir, dimanche, en Afrique du Sud
Omar el-Béchir, dimanche, en Afrique du Sud
La Cour pénale internationale (CPI) a demandé dimanche à l’Afrique du Sud d’arrêter le président soudanais Omar el-Béchir, qui participe au sommet de l’Union africaine à Johannesburg, et un tribunal sud-africain a émis ce dimanche une ordonnance provisoire empêchant le président soudanais Omar el-Béchir de quitter le territoire sud-africain jusqu’à l’examen de la question de savoir si l’Afrique du Sud doit ou non l’arrêter et le remettre à la CPI.

Le jugement émis par le tribunal, saisi par une ONG, stipule que les autorités sud-africaines “doivent empêcher le président Omar el-Béchir de quitter le pays jusqu’à ce qu’une décision soit rendue par cette Cour”. L’affaire devait être examinée en urgence dimanche après-midi.

Omar el-Béchir est arrivé en Afrique du Sud samedi pour prendre part au 25ème sommet de l’Union africaine.

La CPI demande l’arrestation du chef de l’Etat soudanais pour génocide et crimes de guerre dans la province soudanaise du Darfour, région de l’ouest en proie aux violences depuis 2003. Plus de 300.000 personnes sont mortes dans ce conflit selon l’ONU.

De nombreux pays africains ont pris la décision de ne pas coopérer avec la CPI estimant que le tribunal n’agit que contre les dirigeants africains.

Par ailleurs, le sommet de l’Union africaine devrait être dominé par la violence au Burundi, la crise au Soudan du Sud, les défis rencontrés par le Nigeria dans sa lutte contre le groupe islamiste Boko Haram et les menaces posées par Al Shabab en Afrique de l’Est.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.