lundi, juin 27, 2022

Variole du singe: Africa CDC met en garde contre la thésaurisation des vaccins par les pays riches

Variole du singe: Africa CDC met en garde contre la thésaurisation des vaccins par les pays riches

Alors que l’Union européenne prépare des achats groupés de vaccins contre la variole simienne, Africa CDC tire la sonnette d’alarme contre les tentations égoïstes des pays à haut revenu.

Le directeur par intérim du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC), Ahmed Ogwell Ouma (photo), a mis en garde, le 26 mai, contre une thésaurisation des vaccins contre la variole du singe semblable à celle observée dans les pays riches lors de la pandémie du Covid 19.

« Les vaccins devraient aller là où ils sont le plus nécessaires et de manière équitable, c’est-à-dire en fonction du risque et non pas en fonction de qui peut les acheter », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. « L’Afrique a utilisé des vaccins antivarioliques pour gérer des épidémies de variole simienne dans le passé », a-t-il ajouté, indiquant que « la priorité devrait être accordée au personnel de santé qui est en première ligne, puis aux communautés où les épidémies sont caractérisées avant d’envisager le grand public ».

Cette mise en garde intervient quelques heures seulement après l’annonce par l’Union européenne (UE) de son intention de procéder à des achats groupés de vaccins et autres traitements contre la variole du singe.

L’UE avait déjà joué un rôle central dans l’achat groupé de milliards de doses de vaccins anti-Covid pour ses Etats membres, privant ainsi plusieurs pays pauvres et à revenu intermédiaire, en Afrique et ailleurs, de l’accès à la vaccination.

Maladie cousine moins dangereuse de la variole éradiquée depuis une quarantaine d’années, la variole du singe réveille les craintes d’une nouvelle pandémie. D’autant plus que plus de 200 cas confirmés ont été détectés dans au moins 19 pays du monde depuis début mai.

CDC Africa, l’agence de santé de l’Union Africaine (UA), a réitéré sa disposition à offrir l’expertise des pays africains en matière de gestion de cette maladie endémique dans certains pays du continent comme la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Nigéria et le Cameroun.

« Nous savons comment y faire face, et nous sommes heureux de partager ces connaissances, l’expérience et les compétences que nous avons acquises au fil du temps avec les pays qui enregistrent l’apparition de la variole du singe actuellement », a souligné Ahmed Ogwell Ouma.

Source: Agence Ecofin

- Advertisement -

Articles Du Dossier

- Advertisement -

Les derniers articles