COMMUNIQUE DE LA CDPA, SUITE A L’ANNONCE DE LA HAPLUCIA RELATIVE A LA GESTION DES FONDS DES PRÉPARATIONS DES CAN 2013 ET 2017 ET DES TRAVAUX DE RÉHABILITATION DE LA ROUTE LOMÉ-VOGAN-ANFOIN

COMMUNIQUE DE LA CDPA, SUITE A L’ANNONCE DE LA HAPLUCIA RELATIVE A LA GESTION DES FONDS DES PRÉPARATIONS DES CAN 2013 ET 2017 ET DES TRAVAUX DE RÉHABILITATION DE LA ROUTE LOMÉ-VOGAN-ANFOIN
Brigitte Kafui ADJAMAGBO JOHNSON

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
La bonne gouvernance est synonyme de transparence, de participation, de responsabilité et de respect du droit

La Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (Haplucia) a annoncé lors de son atelier de validation de son plan stratégique 2019 – 2023, tenu à Lomé, le 7 février 2019, qu’elle compte étudier les plaintes et rapports relatifs à la gestion des fonds : des préparations des coupes d’Afrique des nations (Can) en 2013 et en 2017 d’une part, et des travaux de réhabilitation de la route Lomé – Vogan – Anfoin, d’autre part.

La Cdpa prend acte d’une telle annonce, la énième volonté exprimée par une autorité togolaise de faire toute la lumière sur des gestions scabreuses de fonds publics. Elle ne peut qu’encourager la Haplucia à éclairer l’opinion publique, surtout quand on sait qu’en 2017, l’indice de perception de la corruption avait classé le Togo à une place peu honorable (123e sur 183 pays), loin derrière ses proches voisins : le Burkina Faso (77e), le Ghana (84e) et le Bénin (89e).

La Cdpa saisit cette opportunité pour faire les observations suivantes :

  • aucun soupçon de malversations n’existerait si, conformément à la constitution de la 4e République qui dispose en son article 145, que le président de la République, le premier ministre, les ministres, le président de l’Assemblée nationale et son bureau, les directeurs des administrations centrales et d’entreprises publiques, doivent faire devant la cour suprême, une déclaration de leurs biens et avoirs au début et à la fin de leur mandat ou fonction ;
  • à ce jour, aucune loi organique n’a été votée pour définir les modalités d’application des dispositions de l’article 145 de la constitution.

La Cdpa observe aussi que le Togo a signé et a ratifié :

  • la Convention des Nations unies contre la corruption ;
  • la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte anti-corruption ;
  • le Protocole de la Cedeao sur la lutte contre la corruption ;
  • la Directive n°01/2009/cm/Uemoa portant code de transparence dans la gestion des finances publiques au sein de l’Uemoa ;
  • la Charte africaine de la fonction publique.

C’est dire que les autorités du Togo reconnaissent que la déclaration de biens ou de patrimoine visant à prévenir l’enrichissement illicite et les conflits d’intérêts est une exigence universelle. Malheureusement, elles maintiennent encore des textes et surtout des pratiques ne répondant pas aux normes internationales qui pourtant s’imposent à elles.

A cet effet, la Cdpa invite le gouvernement à prendre les dispositions pour que l’obligation de déclaration des biens puisse enfin s’imposer à ceux qui sont concernés.

La Cdpa rappelle aussi à l’autorité de lutte contre la corruption que des audits commandités par le gouvernement, en l’occurrence celui relatif à la gestion des fonds de la SAFER et bien d’autres gestions telles que celle du projet de construction d’écoles primaires qui avait défrayé la chronique en son temps, suite aux révélations de la ministre chargée de l’enseignement du premier et second degré, sont à ce jour restés sans suite.

La Cdpa exhorte la cour des comptes, conformément à son devoir constitutionnel d’assister le parlement et le gouvernement dans le contrôle de l’exécution des lois de finances, à :

  • procéder à toutes études de finances et comptabilités qui relèvent de sa responsabilité, et surtout à prendre les dispositions idoines pour diffuser très largement dans les médias, après présentation au président de la République et à l’Assemblée nationale, ses rapports annuels qui font état s’ils y a lieu, des infractions commises et des responsabilités encourues ;
  • exiger comme la loi le lui impose, et parallèlement aux investigations de la Haplucia, les comptes des préparations des CAN 2013 et 2017 issus d’un appel à la générosité publique.

En outre, considérant les réponses scandaleuses du ministre sortant, chargé des travaux publics qui fut interpelé par le parlement pour répondre de la gestion des fonds alloués aux travaux de réhabilitation de la route Lomé – Vogan – Anfoin, la Cdpa invite le procureur de la cour des comptes à réclamer le dépôt desdits comptes en vue d’apprécier le degré de respect des procédures et au cas échéant, à prendre les mesures qui s’imposent.

La Cdpa encourage enfin la Haplucia à accélérer ses investigations et surtout à rendre publiques ses conclusions, en vue de situer l’opinion sur la gestion des fonds relatifs aux préparations des Can 2013 et 2017 et celle des travaux de réhabilitation de la route Lomé – Vogan – Anfoin.

Les togolais, marqués par une trop grande paupérisation sont très impatients de savoir comment sont gérées les ressources publiques qui sont censées être utilisées pour leur bien-être.

Brigitte Kafui ADJAMAGBO JOHNSON

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.