jeudi, décembre 1, 2022

Communiqué du Front Citoyen Togo Debout relatif à la récurrente entorse à la liberté d’expression et de réunion pacifique au Togo

Communiqué du Front Citoyen Togo Debout relatif à la récurrente entorse à la liberté d’expression et de réunion pacifique au Togo
Front Citoyen Togo Debout (FCTD)

FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT

COMMUNIQUE N° 001/06/22/FCTD
(relatif à la récurrente entorse à la liberté d’expression et de réunion pacifique au Togo)

Le meeting prévu se tenir à Bè-Kôdjindji le samedi 25 juin 2022 par la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) a été, contre toute attente, interdit par le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, au prétexte que « l’organisation d’une telle manifestation dans un contexte sécuritaire sous-régional et national actuel très préoccupant (était) de nature à compromettre les efforts pour préserver l’ordre public et la sécurité nationale ».

Ce refus de manifestation publique pacifique fait une grave et récurrente entorse à la liberté d’expression et de réunion pacifique garantie par la Loi Fondamentale et défendue dans la Déclaration Universelle des Droits de L’Homme. Le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) s’insurge contre de telles pratiques aux antipodes des standards de démocratie et condamne fermement la décision du gouvernement togolais. Une fois encore, le gouvernement du Togo démontre son intention d’user de tous les subterfuges pour museler les populations et restreindre les espaces de liberté et d’expression.

Les think tanks américain et canadien Cato Institute et Fraser Institute ont établi pour l’exercice 2021 leur dernier rapport sur le niveau de la Liberté dans 165 Etats dans le monde selon 82 critères (État de droit, liberté d’association, de réunion et société civile, d’expression et d’information…) et dans la sous-région on observe le classement suivant : le Ghana 70ème mondial, le Bénin 76ème mondial, la Côte d’Ivoire 95ème mondial, le Burkina Faso 100ème mondial et le Togo 113ème mondial. Ce rang ne fait pas honneur à notre pays et on peut légitimement se demander si ce classement qui reflète les entraves à la liberté est le fait des djihadistes ou autres groupes armés… ?

Pourquoi cette propension du gouvernement togolais à restreindre les libertés fondamentales en invoquant des prétextes comme la pandémie du COVID 19 ou la menace sécuritaire ? Dans les pays où la menace sécuritaire est toujours réelle, les populations continuent de manifester et d’exprimer leur ressenti quant à la manière dont les affaires publiques sont conduites. Des forces de l’ordre formées à l’encadrement de tels événements garantissent le bon déroulement des réunions publiques pacifiques. Il est temps que le gouvernement comprenne que, de la même manière que le COVID 19 ne pourra pas indéfiniment servir de couverture, de la même manière la menace sécuritaire ne pourra indéfiniment empêcher les populations d’exprimer leur exaspération face aux égarements continus :

  • corruption systémique entretenue dans les plus hautes sphères de l’Etat quand dans le même temps la population subit inexorablement la cherté de la vie ;
  • dysfonctionnement judiciaire et justice instrumentalisée au service de l’exécutif, dénoncée par les OSC et même le président de la Cour Suprême ;
  • après 2015 l’histoire retiendra que le Togo est le seul pays à avoir dit « NON » par deux fois à la limitation des mandats présidentiels au sein de la CEDEAO…Triste record.

Fort de tout cela, le FCTD dit simplement que le chemin de la Liberté est long et parsemé d’embûches mais ce jour viendra où enfin, tous les citoyens, indépendamment de leur opinion politique, pourront s’épanouir et œuvrer ensemble et pleinement, en toute liberté pour le développement d’une Nation juste, prospère et réconciliée.

Fait à Lomé, le 26 juin 2022

Pour Le Front Citoyen Togo Debout

Professeur David Ekoué DOSSEH

- Advertisement -

Articles Du Dossier

- Advertisement -

Les derniers articles