lundi, juin 27, 2022

Causes de l’incivisme galopant dans nos pays en Afrique…

Causes de l'incivisme galopant dans nos pays en Afrique...
Luc Abaki

Je suis profondément marqué par la volonté farouche de nos gouvernants en Afrique, de lutter contre l’incivisme dans nos pays. Ainsi donc au Togo par exemple, un portefeuille ministériel chargé de la formation à la citoyenneté figure en bonne et due forme au sein du gouvernement actuel.

Mais il me plait de revisiter un peu les causes probables de ce manque de discipline des citoyens vis-à-vis du bien commun, puisqu’en fin de compte, c’est en ces termes simples que l’on peut aisément définir l’incivisme.

Mais avant, j’aimerais passer par un fait. Il y’a de cela quelques années, j’étais en discussion avec un grand ami qui m’a fait part de sérieuses difficultés qu’il éprouve pour gérer les enfants de son grand-frère qui, dit-il, l’envahissent pratiquement tous les jours pour leurs besoins.

Il dit que l’aîné en question, douanier de son état, a plusieurs femmes avec au total une bonne vingtaine d’enfants. Au finish, il n’a du temps que pour quelques privilégiés d’entre eux. A part l’abri construit quasiment sans plan qu’il leur a garanti et que très peu d’ailleurs habitent encore, à peine trois ou quatre enfants sur la vingtaine donc, bénéficient de son attention et de son affection, et seuls ces derniers ont accès à ses biens, tirent profit de son soutien pour les études etc. Et l’essentiel de son argent est versé quotidiennement dans la boisson, les femmes, les futilités, bref la luxure.

Du coup le reste des enfants sont relativement laissés pour compte, chacun se débrouillant comme il peut ou il veut, au point où beaucoup ont fini par devenir des délinquants, des filles ont dû précocement se réfugier dans des concubinages, pendant que les études sont rangées de côtés pour cause principale de manque de moyens ou même d’intérêt.

Ainsi donc, bien qu’encore vivant, le grand frère en question, du fait de son ABSENCE TOTALE dans la vie des enfants, n’a aucune maîtrise réelle de ce que ces derniers font ou deviennent. Et eux en retour, traînant en permanence les frustrations, la révolte ou même la jalousie, n’ont aucun égard pour lui et le reconnaissent à peine comme leur père, au sens plein du terme.

Ils ont seulement conscience que leur venue dans le monde des vivants a dépendu de lui, un point c’est tout. Naturellement la conséquence d’un tel état d’esprit est qu’aucun d’entre eux n’a de soumission véritable vis-à-vis de lui et ne respecte rien de ses éventuelles consignes, ce qui finalement l’oblige à utiliser des méthodes fortes comme la force ou la violence en lieu et place des règles orthodoxes d’éducation saine, pour s’imposer par moment, notamment lorsqu’il observe, de guère lasse, que son autorité est parfaitement bafouée.

Cette situation, par voie d’effet, a fini par créer une ambition bizarre dans la maison; aucune cohésion, aucune dynamique unitaire et encore moins, aucune conscience véritable du besoin de fonder une cellule familiale soudée avec des principes clairs et assumés de vie commune.

Voilà pour le fait en question et il me semble que chacun d’entre vous peut en raconter d’autres, à partir de ce que nous observons tous dans les différentes familles où le père n’est pas suffisamment présent dans la vie de chaque enfant.

Vous souhaitez peut-être que je le rapporte dans le contexte de la gouvernance d’un État ?Je ne le ferai naturellement pas.

Excellente journée !

Luc Abaki

- Advertisement -

Articles Du Dossier

- Advertisement -

Les derniers articles