Ces comportements absurdes qui promeuvent le banditisme d’Etat en Afrique

Antoine Randolph
Antoine Randolph

Antoine Randolph
Antoine Randolph
Par togo-online
L’arrestation du Docteur Antoine Randolph et les sorties du Colonel Yark Damehame et du procureur de la République près le tribunal de Lomé constituent des comportements digne d’une époque précambrienne où seul la loi du plus fort était la meilleure. Aujourd’hui, avec l’avènement des droits de l’homme, et dire que Faure Gnassingbé a été prêché à la tribune des droits de l’homme à Genève, cette façon de kidnapper les citoyens togolais dans la rue, constitue une violation flagrante qui ne peuvent en aucun cas constituer une avancée quelconque en matière des droits de l’homme, comme l’opinion soi-disant internationale veut le servir aux Togolais.

Il y a juste quelques semaines, l’on a connu une sorte d’accalmie dans la prétendue affaire de corruption internationale, avec la libération de Pascal Akoussoulèlou Bodjona. Cette affaire a succédé à une autre qui a été baptisée tentative d’atteinte à la sureté de l’Etat et une autre intitulée incendie des marchés de Kara et Lomé.

Dans tous ces dossiers, seuls les partisans de l’opposition ou ces togolais qui critiquent la mauvaise gouvernance de Faure Gnassingbé et ses amis sont mis en cause. Jamais, un adepte du RPT/UNIR n’a été reconnu coupable une seule fois. Il faut d’abord qu’il soit interpelé. Cela n’existe pas.

Aujourd’hui, l’épé de Damoclès tombe sur la tête du Docteur Antoine Randolph et selon les arguties du procureur de la République, il aurait attenté à la sécurité intérieur de l’Etat. Le procureur n’a pas dit ce qu’il est mis dans « atteinte à la sécurité intérieur de l’Etat ». Est-il arrêté en possession d’armes, de bombes, ou peut-être de clé USB comme ce fut le cas avec Kpatcha Gnassingbé et co-accusés ? Beaucoup de questions qui laissent perplexe les têtes bien faites du pays.

« Qui veut noyer son chien, l’accuse de rage », fin de citation. C’est en cela que se résume ce qui se fait au Togo, sous la complicité des diplomates qui gardent un silence coupable. Quelle suite à donner à cette affaire et qu’est-ce qui sera fait du Docteur Antoine Randolph ? C’est le wait and see.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.