26 C
Lomé
Friday, September 25, 2020

Cité au quotidien : Faux pays pauvres ou faux pays riches !

Les unes des journaux

Cité au quotidien : Faux pays pauvres ou faux pays riches !
Maryse QUASHIE et Roger E. FOLIKOUE

Par Maryse QUASHIE et Roger E. FOLIKOUE
Nous vivons dans un pays riche ! Le saviez-vous ? Non, n’est-ce-pas ? C’est normal : comme la plupart des Togolais on vous a habitués à une certaine image de notre pays.

Déjà, dès les années 1980, on nous a persuadés que si nous voulions nous en sortir, il fallait adopter les plans d’ajustement structurels (PAS) proposés par la Banque Mondiale, qui ne nous aidait qu’à cette condition. Ensuite en 1994, la France nous a convaincus que nous n’avions pas le choix, il fallait dévaluer le franc CFA, qui a perdu la moitié de sa valeur par rapport au franc français de l’époque. Enfin nous avons été embarqués dans de multiples programmes aux noms moins glorieux les uns que les autres : Pays les Moins Avancés (PMA), Pays Pauvres Très Endettés (PPTE). Tous ces programmes devaient nous faire atteindre l’horizon d’où on aperçoit la richesse.

Hélas aucun d’eux n’a apparemment marché (les a-t-on évalués?) et surtout le quotidien du citoyen togolais vient confirmer leur échec.

Ainsi avec les PAS, le social a été pratiquement abandonné par l’Etat et le système scolaire comme le système de santé ont commencé à s’effondrer dès les années 1985-1990. (Contrairement à ce qu’on a prétendu, ce ne sont pas les troubles sociopolitiques qui sont la première cause de cet effondrement).

Mais surtout le citoyen togolais s’est progressivement appauvri : pas d’emploi pour les jeunes, chômage et sous-emploi des diplômés, revenus des familles rurales toujours en dessous du seuil de pauvreté, salaires de misère pour les travailleurs et une bonne partie de la population survit difficilement dans l’informel. En même temps nous avons toujours des classes en matériaux dit précaires (murs en banco, toit de paille et de branchages) où les enfants sont assis sur des parpaings ou des cailloux, des enfants dont au moins un sur deux ne dispose d’aucun manuel, des enseignants non formés vivant dans des conditions déplorables.

Et que penser en 2020, d’une université de plus de 60 000 étudiants où les facultés n’ont pas de bibliothèque, où la bibliothèque centrale n’en est une que de nom, où les salles informatiques correctement équipées se comptent sur les doigts d’une main, sans compter les effectifs pléthoriques dans les amphis et dans les salles ?

La population à qui on offre ce système de formation déplorable, a difficilement accès à des centres de santé en nombre insuffisant, qui sont d’ailleurs sous équipés avec un personnel soignant sous payé. Tous les indices de la pauvreté sont là.

Et pourtant, nous espérons que vous êtes attentifs aux informations diffusées dans la presse, à tout ce qui circule sur les réseaux sociaux : cela fait un certain temps qu’on fait état de scandales financiers, de détournements gigantesques et ces jours-ci de l’usage abusif de l’argent public pour acheter Pegasus, un logiciel, pour espionner les citoyens dans leur vie privée. Faites donc le total des sommes dont on fait état, pour les ressources minières, les hydrocarbures. Et pensez à ce qu’on a dit de la gestion d’unités relativement petites comme l’INAM, ajoutez-y les subsides de la Banque mondiale à l’Education Nationale, les aides dans le domaine de l’agriculture et de la santé, les allocations pour les infrastructures routières. Imaginez que le même système de corruption marche dans tous ces secteurs et dans d’autres encore d’Etat comme l’OTR, le Port de Lomé : pensez aux sommes que cela donne, multipliez ces sommes par, disons 15 (on part seulement de 2005), et vous verrez si vous vivez dans un pays pauvre. Quel scandale ! Pourquoi tant de crimes économiques impunis au Togo et en Afrique ?

Oui, ce n’est pas parce que la plupart de ses habitants sont pauvres qu’un pays est pauvre. L’Afrique est le continent où cela se démontre le plus facilement. Le Congo Brazzaville qui a des ressources pétrolières et où les gens sont morts de faim ces dernières années, le Gabon et la Guinée Equatoriale, le Tchad, peuvent également être cités et que dire de la RDC avec ses immenses ressources minières où la population meurt encore de la rougeole.

D’ailleurs l’intérêt que l’Occident porte à ces pays, dont le Mali, montre bien qu’ils ne sont pas si pauvres que cela ; nous ne serions pas assez naïfs pour croire que cet intérêt corresponde à de la philanthropie, ou au simple désir d’aider à lutter contre le terrorisme !
Mais ce que nous recherchons en Afrique, c’est de faire partie de telle ou telle catégorie de pays pour en tirer des avantages surtout politiques. Ainsi le Bénin se réjouit d’être désormais classé parmi les Pays à Revenus Moyens. La vraie question à se poser est de savoir si cela correspond à un mieux vivre chez les Béninois, ou si cela permet au président de ce pays de considérer cette classification comme une récompense pour sa politique.

Mais revenons au Togo. Après le calcul de ce à quoi pourrait correspondre l’argent de la corruption et des détournements au Togo, levez la tête dans une ville comme Lomé, regardez les immenses affiches qui défigurent les rues : à combien pourrait-revenir l’une d’entre elles, toutes ensemble ? Nous avons tous assisté à la campagne électorale, pensez à tout ce qui a été distribué, des produits alimentaires (au moins eux ont été mangés !) aux pagnes, T-shirts, casquettes et autres objets publicitaires. Et ne parlons pas des véhicules !
Quel gaspillage dans un pays pauvre n’est-ce pas ? Et avec des résultats connus d’avance !

Est-il nécessaire d’aller plus loin ? Vous en êtes convaincus maintenant ? Nous sommes dans un faux pays pauvre mais dans un vrai pays riche. Alors pourquoi n’aurions-nous pas l’ambition de vivre comme les habitants des pays riches ?
Gagner mieux notre vie, vivre dans des logements plus confortables, avoir de belles écoles pour nos enfants, des universités publiques bien équipées, des hôpitaux bien équipés, des enseignants et un personnel médical bien formés et payés. Et puis nous aurions des routes et des autoroutes formidables, finis les délestages de courant, eau courante à profusion pour tous. Nos jeunes auraient un avenir devant eux et nos vieux goûteraient en paix à une retraite bien méritée.

Vous n’y croyez pas ? Pourquoi ? Parce que ce seront toujours les mêmes qui pourront s’offrir une belle vie ? Qui en a décidé ainsi ? Ceux qui profitent du système bien évidemment. Mais aussi, qui les laissent faire ? Nous les citoyens qui acceptons de subir la pauvreté dans une sorte de fatalisme : nous accusons Dieu, le destin mais jamais ceux-là même qui chaque jour sont responsables de notre immersion sans fin dans la misère car ils s’accaparent des richesses du pays.

Peut-être croyons-nous que les journalistes exagèrent, qu’ils inventent tous ces détournements, toute cette corruption, pour créer le sensationnel et vendre leurs organes de presse ? Alors si tout cela n’est que du vent, pourquoi les poursuit-on à votre avis ?

Encore une fois nous faisons appel à nos scientifiques : quelles sont les vraies ressources du Togo, ressources géologiques par exemple ?

Nous faisons appel à nos Agroéconomistes : qu’est-ce que l’agriculture a rapporté au Togo ces dernières années ? Alors que des Togolais meurent de faim quelles ressources agricoles, vivrières en particulier a-t-on exportées ?

Nous faisons appel à nos Fiscalistes : que rapporte l’OTR ?

Sommes-nous dans un faux pays pauvre ou dans un vrai pays riche ? A nous citoyens de nous mettre en route pour avoir une réponse à cette question. A nous de décider de ne plus être les habitants pauvres d’un pays riche !

citeauquotidien@gmail.com
Lomé, le 7 août 2020

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo: Qui a peur d’une nouvelle conférence nationale?

Ces derniers temps, certains Togolais de la diaspora, partisans de la Dynamique Mgr. KPODZRO (DMK), se sont répandus sur les réseaux sociaux...

Braquage à Hedjranawoe ce vendredi

Malgré la traque aux braqueurs, ceux-ci continuent de s’illustrer négativement à Lomé et ses environs. Un braquage a eu lieu ce vendredi...

COVID-19: 1297 patients ont recouvré leur guérison

Hier, 7 patients ont encore recouvré leur guérison. Ce qui porte à 1297 le nombre total de patients guéris de Covid-19 au...

Le « président des Indiens » retourne en prison

Raoul le Blanc, le « président des Indiens », comme il aime se faire appeler va retourner en prison. L’influenceur a fait...

Me Célestin Agbogan est libre

Le président de la Ligue Togolaise des Droits de l’homme (LTDH), Me Célestin Agbogan vient de recouvrer sa liberté, a t-on appris. Placé...

Premier conseil des ministres depuis la nouvelle prestation de serment de Faure Gnassingbé

Hier, le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a présidé son premier conseil des ministres depuis sa nouvelle prestation de serment à l’issue...

Conférence de presse de la Dynamique Monseigneur Kpodzro du 22 Septembre 2020

Fulbert Attisso:"nous demandons l'annulation du mandat d'arrêt contre Agbeyomé Kodjo" Brigitte Adjamagbo -Johnson:"le Togo ne devrait pas être un cas spécifique en Afrique" Gérald Adja...

Me Célestin Agbogan placé en garde à vue au commissariat de Tsevié

Me Celestin Agbogan, président de la Ligue Togolaise des Droits de l’homme (LTDH), est placé en garde à vue hier au poste...
- Advertisement -
error: Content is protected !!