27 C
Lomé
Thursday, February 25, 2021

Claude le Roy est-il capable du même propos que voici?

Les unes des journaux

Claude le Roy est-il capable du même propos que voici?
Luc Abaki

J’ai retrouvé comme par hasard sur Youtube, une interview du mythique et emblématique entraîneur de Arsenal, qui a tenu cette équipe de 1996 à 2018, avant de se retrouver un an plus tard, à la direction du développement du football à la FIFA.

Vous avez bien deviné, il s’agit du Français Arsène Wenger qui, invité par la chaîne France 24, a expliqué avec emphase, le rôle d’un entraîneur dans la conduite d’une équipe de football. Il m’a paru opportun de partager quelques phrases phares de ce dernier avec vous.

“Une équipe est à l’image de son entraîneur, elle reflète la personnalité de celui-ci. Moi j’aime le côté offensif et artistique dans le jeu, et je fais toujours ressentir à mes joueurs, la beauté du partage, la beauté du jeu collectif, la beauté du partage des émotions, la compréhension du jeu à grande vitesse”.

Ainsi, dans l’entendement de monsieur Wenger, l’entraîneur est celui qui incarne l’âme de l’équipe et impulse, par son propos et ses actions, la dynamique du groupe, tout en veillant à suivre de près, le niveau de la mise en oeuvre progressive de sa vision à partir du potentiel de chaque joueur qu’il se doit de déceler et connaitre avec précision.

“Un entraîneur est avant tout un guide qui tire le maximum du potentiel d’une équipe, mais en même temps, qui l’amène à progresser. Ce qui est beau, c’est toujours de se demander, quel sera notre prochain niveau, comment pourrons-nous ensemble faire mieux? Voilà la question que se pose tout le temps un entraîneur”.

Au-delà de ce questionnement permanent qui doit caractériser l’état d’esprit de l’entraîneur, celui-ci a aussi ce devoir de se conduire en père pour chaque élément de ce puzzle que sont les joueurs. Il œuvre pour l’épanouissement de chacun d’eux.

“Concrètement, un joueur doit rencontrer ses besoins d’épanouissement dans le collectif et il faut, pour l’entraîneur, un minimum de qualité d’observation pour mettre chaque joueur dans une position qui lui sied, où il a l’impression de pouvoir s’exprimer. A partir de là, il faut lui faire comprendre aussi que la vie ce n’est pas seulement prendre, c’est donner et prendre et ce qu’il va donner à l’équipe, celle-ci va le lui rendre; ensuite, il faut passer le deuxième échelon qui est l’intérêt du collectif et le troisième échelon, c’est que le joueur ait l’impression de jouer dans un collectif non seulement qui le lui rend, mais qui le rend meilleur”.

A le suivre, il parle en connaisseur fin du rôle primordial que doit jouer l’entraîneur dans le management de toute équipe. Tel que décrit, il s’agit bien d’un travail méticuleux qui engage une concentration et une détermination absolues de l’entraîneur. Celui-ci ne doit faire preuve d’aucune distraction ni complaisance, en tout cas dans l’exercice de son métier

“Évidemment après, il faut amener chaque joueur à vouloir s’exprimer ensemble, c’est en ce moment là que votre projet devient leur projet, et ils s’accaparent totalement la vision du jeu et qu’ils veulent l’exprimer ensemble et veulent rechercher des solutions pour être meilleurs ensemble”.

En tout, le travail de l’entraîneur est quasi scientifique et obéit à des étapes précises que celui-ci ne saurait contourner au risque de finir par construire quelque chose de hasardeux pour l’équipe. Il ne s’agit aucunement là du jonglage ou de la loterie, mais bien d’un travail assidu, rigoureux et à même d’être objectivement mesuré à chaque fois.

La question que l’on se pose, après avoir écouté un mastodonte du monde de football comme Arsène Wenger, qui a dans sa gibecière, 35 ans de carrière sans arrêt, est si Claude le Roy, l’actuel entraîneur de l’équipe des Éperviers du Togo, est aussi capable d’un tel type de langage après tant d’années d’exercice de ce même métier sur le continent africain.

Est-il capable, lui aussi, de précision et de concision avec une vision claire qu’il déroule, étape par étape, à la tête de l’équipe nationale du Togo qu’il continue d’officier?

Sans chercher à répondre à la place de ce dernier, l’on retient au bout du compte que, finalement, entraîner une équipe de football pour arriver à un résultat effectif, est un art qui se nourrit de la passion de l’entraîneur lui-même pour son métier.

Celui qui est mu par un objectif d’affairisme, de clientélisme et de construction de réseau qui n’a rien en commun avec le football, ne devrait pas prendre ce haut risque de se proclamer “entraîneur” au risque de galvauder les nobles attributs d’un tel métier.

Luc Abaki

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : Vers le renforcement des restrictions à la liberté syndicale ?

Le gouvernement n’en finit pas du tout avec son projet de relire toutes les lois qui se rattachent aux libertés notamment de...

Univeristé de Lomé, Majoration des frais des UE de 24.000 à 315.000 FCFA : La mesure fait grincer des dents chez les étudiants étrangers

Est-il possible qu’au nom d’une certaine réciprocité ou d’une réforme, l’Université de Lomé (UL) décrète des augmentations des coûts d’achat des Unités...

Togo : Communiqué sanctionnant le conseil des ministres du 24 Février 2021

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour à la Présidence de la République sous la présidence de Son Excellence Monsieur Faure...

Togo – Un an après la présidentielle : LES RAVAGES DU MENSONGE EN POLITIQUE

C'est un constat: le Togo a fait un sérieux bon démocratique en arrière après la présidentielle du 22 février 2020. Et pour cause, en...

Togo – 22 Février 2020/2021 : Exigence de vérité des urnes pour que cesse l’illégitimité du pouvoir

Déclaration de Ayayi Togoata APEDO-AMAH, Enseignant-chercheur, Monzolouwe ATCHOLI KAO, Président de l'Association des Victimes de la Torture au Togo (ASVITTO), Raphaël KPANDE-ADZARE,...

«Pendant que l’État de droit sombre en Afrique, la France regarde ailleurs»

Un an jour pour jour après l'élection présidentielle au Togo, trois figures majeures de l’opposition congolaise, guinéenne, togolaise et un député français...

Une Féconde Colère Togolaise

Par Pierre S. AdjétéLes citoyens du Togo ne sont pas des chevaux de fiacre qui attendent patiemment Faure Gnassingbé, pour qu’un jour...

La colonisation du Bénin par la dictature togolaise n´aura pas lieu

Par Samari Tchadjobo«...Sa candidature pose un problème de conflit de souveraineté. Sa candidature pose un problème d´insécurité politique…»Voilà un extrait des propos...
- Advertisement -
error: Content is protected !!