samedi, août 13, 2022

De la question de l’efficacité des séminaires gouvernementaux…

De la question de l'efficacité des séminaires gouvernementaux...
Luc Abaki

Vendredi et samedi, encore une fois à Pya, toute l’équipe du gouvernement Dogbé, s’est retrouvée autour du Président de la République et des experts pour un énième séminaire gouvernemental. Il semble que cet exercice permet l’évaluation de la mise en oeuvre des projets contenus dans la feuille de route du gouvernement.

Si l’on doit s’en tenir à l’autosatisfaction totale manifestée lors du précédent séminaire tenu au même endroit, il y’a lieu de s’interroger sur l’adéquation entre l’évaluation théorique des projets et les réalités que vivent les citoyens togolais au quotidien.

A partir de l’instant où, jusqu’à présent, soit plus de six décennies après l’indépendance de notre pays, les populations se heurtent encore et avec une saisissante acuité aux besoins primaires liés à l’éducation, à la santé, à l’eau, à l’électricité et même à pitance, celles-ci s’interrogent légitimement sur le type de projets dont s’agit et les destinataires réels de ceux-ci.

De quoi nos dirigeants se satisfont-ils aussi vite et avec tant emphase, pendant que de toutes parts et partout, montent avec insistance, les cris de détresse d’un peuple largement submergé par l’intenable flambée des prix des produits à grandes consommation ainsi que ceux des produits pétroliers exacerbant ainsi la précarité sinon la pauvreté au sein de la masse sociale?

De quoi peuvent-ils vraiment se réjouir au moment où l’injustice, les clivages, la corruption, le népotisme, le favoritisme…persistent encore dans le pays et les inégalités s’accentuent, augmentant ainsi continuellement les frustrations au sein de la masse?

Il est évident que là où les populations attendent leurs dirigeants n’est pas sous des tentes climatisées et encore moins dans des bureaux douillets, mais dans le concret qui consiste à agir, au jour le jour, en bonne intelligence avec le peuple lui-même en vue de résoudre de façon progressive et continue, les problèmes qui se posent à lui.

Ainsi, sur pièce et sur les faits, ce peuple peut objectivement se retrouver en ses dirigeants tout en accompagnant, en connaissance de cause, toute la vision qui est la leur.

Mais tant que l’écrasante majorité des citoyens ne se retrouvera pas dans ce qui est fait en son nom au sommet de l’État et ses besoins urgents de survie ne seront guère pris en compte avec empressement, il aura toujours le regrettable sentiment que ses dirigeants sont là pour eux et n’œuvrent que pour eux, donc à l’inverse de ce qui doit logiquement et objectivement se faire dans l’intérêt de tous, à partir de la cagnotte de l’État que ce peuple cotise continuellement par le canal des taxes et différents impôts.

S’agissant justement de ces taxes, il est opportun de saluer la suspension de la taxe sur les véhicules à moteur à usage commercial, décidée lundi par le gouvernement. Il suffira que nos dirigeants multiplient ces genres d’actions, travaillent pour limiter autant que possible les vices qui entachent la gouvernance de l’Etat et l’affaiblissent, tout en créant un écosystème favorable à l’émergence des géants dans tous les secteurs de la vie du pays pour que le peuple commence à se retrouver véritablement en eux.

Ainsi, le moins que l’on puisse dire, c’est que le vrai travail les attend encore et toujours, en vue du salut du pays lui-même.

Luc Abaki

- Advertisement -

Articles Du Dossier

- Advertisement -

Les derniers articles