28.1 C
Lomé
Wednesday, June 16, 2021

DMK-Gate : Voici les ratés du Procureur Poyodi

Les unes des journaux

DMK-Gate : Voici les ratés du Procureur Poyodi
Essolissam Poyodi, Procureur de la République

Par Marcelle Apévi
Arrêtés la semaine dernière, madame Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson et M. Gérard Dodzi Djossou, tous deux de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK), sont toujours gardés dans les locaux du Service Central des Recherches et d’Investigations Criminelles (SCRIC). Auditionnés sous des chefs d’accusation qui convoquent à la fois l’ire et le rire, il urge d’analyser une plainte qui fait planter le Procureur.

Sur les ondes de la Télévision Togolaise (TVT), les Togolais ont suivi, abasourdis, les développements du Procureur de la République, Essolissam Poyodi.

En effet, ce dernier a fait cas d’un « projet criminel » en préparation par la DMK, avec pour objectif de déstabiliser des institutions de la République du Togo. Aussi a-t-il laissé entendre que les « auteurs », « co-auteurs et complices » de ce projet seront interpellés. Puis, il définit le fameux plan de déstabilisation. « … le sieur Dodzi Gérard Djossou a été interpellé dans la soirée du vendredi à Lomé par les éléments de la police judiciaire. Il été procédé immédiatement à une perquisition à son domicile. Ceci a permis la découverte et la saisie des documents compromettants intéressants l’enquête. Lesdits documents révèlent la projection des actions violentes visant à porter atteinte à la sécurité intérieure de l’État et qui devraient être mis en œuvre à partir des manifestations publiques pour la journée du samedi 28 novembre 2020 », dit-il, précisant que Mme Adjamagbo-Johnson « était en possession d’autres documents en lien avec le plan de déstabilisation du pays projeté. Elle fait déjà l’objet d’une procédure judiciaire portant sur des faits similaires et placée sous contrôle judiciaire ». Des explications qui suscitent chez les Togolais, une série d’interrogations et provoquent l’indignation.

On se rappelle que dans l’affaire d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État impliquant Kpatcha Gnassingbé, le demi-frère du Président Faure, le corps du délit a été présenté à la presse. On y trouvait des armes de guerre, des minutions et des gilets pare-balles, des tenues militaires, des équipements de transmission militaire… Ainsi, l’argument avancé par le Procureur d’alors, portant sur un plan de déstabilisation du pays est recevable sous réserve de quelques détails. S’agissant de l’affaire dénommée « Tiger revolution », le corps du délit qui a présenté à la presse, avec des armes blanches, à savoir des couteaux, des flèches, des lance-pierres, invitait aussi à croire un plan de déstabilisation du pays sous réserve de quelques détails. Mais avec la DMK, où le Procureur Essolissam Poyodi fonde son accusation sur “la découverte de documents compromettants en lien avec un plan de déstabilisation”, soit “des actions violentes visant à porter atteinte à la sécurité intérieure de l’État”, la question que tout homme intelligent doit se poser est de savoir, ce que le Procureur de la République présentera à la presse comme corps du délit. Doit-on s’attendre à voir des carnets de note, des cahiers de 200 ou de 100 pages, des papiers ram et éventuellement des stylos à bille comme corps du délit ? La question est sensée… et les interrogations demeurent.

« Mme Adjamagbo-Johnson fait déjà l’objet d’une procédure judiciaire portant sur des faits similaires et placée sous contrôle judiciaire », dixit le Procureur. Cette phrase : « …fait déjà l’objet d’une procédure judiciaire portant sur des faits similaires », indique que la justice du Procureur Poyodi est depuis au courant « d’un plan de déstabilisation du pays », par Mme Adjamagbo-Johnson. Alors, pourquoi c’est maintenant que M. le grand Procureur de la République Togolaise juge d’arrêter quelqu’une dont on sait qu’elle a un plan de déstabilisation du pays ? Tout cela apporte de l’eau au moulin à ceux qui pensent que les accusations de Essolissam Poyodi sont fallacieuses et oiseuses. « Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage ». C’est de ça qu’il s’agit en réalité. Car, le projet du régime est, non seulement de déstabiliser, mais surtout de décapiter l’opposition togolaise afin de s’offrir une tranquillité pour le 4e mandat et installer au besoin, comme jadis, le parti-unique-parti-Etat.

Au demeurant, les chefs d’accusation du Procureur sont trop légers. Peut-on que le régime procédera à une requalification des faits pour faire bonne impression. Sinon pour l’heure, le pouvoir de Faure Gnassingbé a tout faux sur la ligne.

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : La solution « magique » de la STT contre l’inflation et la hausse des prix des produits pétroliers

Ces derniers jours, les Togolais se plaignent de la cherté de la vie. Pour cause, les produits de première nécessité ont connu...

Covid-19 Togo : 4 nouvelles contaminations dans la préfecture d’Agoe

Hier, quatre nouveaux cas positifs ont été enregistrés dans la préfecture d’Agoe. C’est ce qu’indique le site officiel du gouvernement. Le même site...

Togo : Agbeyomé Kodjo va faire un voyage sans retour

Telle est la prophétie faite par Maranatha Mashia’h de l’église « clinique Immanuel Temple du Saint Esprit », récemment fermée au Togo. Même...

Que sont devenues Réckya Madougou et ses valises d’argent dont parlait Patrice Talon?

Par Samari Tchadjobo «Elle débarque avec des valises d’argent, des sponsors de chefs d’Etat des pays voisins, a indiqué Patrice Talon dans...

Togo : Curieux silence des associations de consommateurs

La vie chère s'accentue, intensifiant la souffrance des populations Togolaises qui tirent déjà le diable par la queue. La situation est plus...

LIBERTÉ POUR DJIMON ORÈ ET TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES DU RÉGIME GNASSINGBÉ

Par Ayayi Togoata APEDO-AMAHLa présence de prisonniers politiques dans les geôles du régime policier constitue un cinglant démenti à la fiction de...

Lutte pour la démocratie au Togo : les leçons de l’heure

"Lutte pour la démocratie au Togo : les leçons de l’heure", c’est le titre d’une tribune publiée sur Facebook par Gnimdéwa Atakpama,...

La faute aux quatre coups KO: que les crétins louangeurs sortent des bois!

Par Kodjo EpouQuelque chose, en nous, s'est brisé. Le Togolais est devenu indéfinissable, même méconnaissable. Son pays aussi l'est, et en pire,...
- Advertisement -
error: Content is protected !!