25.6 C
Lomé
Friday, July 30, 2021

L’Afrique, ou la société politique du chaos permanent

Les unes des journaux

L’Afrique, ou la société politique du chaos permanent
Idriss Déby Itno (g) et son fils Mahamat Kaka Déby

La mort du président Tchadien Idriss Déby Itno, suivie de sa succession par son fils, en violation des dispositions constitutionnelles, rappelle à notre réalité que la plupart de nos états en Afrique demeurent des jungles politiques. Oui l’Afrique demeure une jungle, non pas parce que celle-ci couvre certaines parties du continent. L’Afrique demeure une jungle du fait que seule la volonté du plus fort compte. La volonté du plus fort n’est même pas égale à la loi, elle en est au-dessus, en l’espèce ici au-dessus de la constitution.

Pour certains, cette violation dans le cas du Tchad peut se justifier par la situation sécuritaire qui prévaut au Sahel et le rôle important que joue l’armée tchadienne dans le maintien de cette fragile stabilité. Ce raisonnement porte en lui-même le germe de sa contradiction.

Déjà le pouvoir central au Tchad sous Déby était menacé par une rébellion qui conteste la légitimité de ce dernier qui n’offrait aucune perspective démocratique de prise de pouvoir par un processus inclusif. D’ailleurs, Déby lui-même n’est-il pas venu au pouvoir par les armes ?

En avalisant encore une prise de pouvoir par l’armée en violation de la constitution, le message envoyé au rebelle est clair : Si votre puissance de feu arrive à surpasser celle du pouvoir central, nous prendrons acte et nous composerons avec vous au nom d’une politique dite du « réel ».

C’est à croire que quand il s’agit de l’Afrique, le réel et la loi se trouvent dans deux univers parallèles. Qui donc a appris aux africains qu’on ne doit pas respecter la loi pour un motif tiré d’un prétendu réalisme ? Si donc la loi échappe au réel, pourquoi se donner la peine de l’édicter ? Ou alors, édictons des lois qui collent au réel. Dans le cas du Tchad, le président du Sénat aurait dû assurer l’intérim quitte à se faire entourer de militaire pour constituer un cabinet et suivre leurs recommandations dans la prise de décision. En principe rien n’empêche cela. Sauf peut-être l’irrévérence de nos dirigeants quant au respect de la loi.

Tout ceci contribue au chaos permanent. Si les rebelles existent, c’est parce qu’ils savent qu’ils seront bien accueillis au nom de ce réalisme qui foule au pied toutes lois, par la communauté nationale mais surtout internationale.

L’Afrique doit se ressaisir. Ces crises permanentes ne sont pas politiques mais plutôt civilisationnelles. Quel type de société voulons-nous bâtir ? Une société du chaos permanent à chaque disparition de l’homme fort qui prend son pays en otage en attendant le prochain homme fort qui prendra la relève? Ou devons-nous bâtir une civilisation de droit où le respect de la loi et donc de la pratique institutionnelle prime sur toute autre considération ?

Il est temps de se ressaisir !

Boris Toble

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : Un réseau de cambrioleurs démantelé par la police à Djagblé

En effet, une enquête a été ouverte suite à un cambriolage survenu dans un domicile sis au quartier Adidomé à Djagblé dans...

CITE AU QUOTIDIEN : UN BOUTON MAGIQUE POUR LE CHANGEMENT ?

Par Maryse QUASHIE et Roger E. FOLIKOUENous sommes nombreux à chercher comment faire advenir le changement : parents désireux de voir intervenir...

Kokoroko prône la gratuité des cours de vacances

A peine l'année scolaire amorce son dernier virage que les établissements scolaires partent à l'assaut des élèves à travers des opérations de...

Naboudja Bouraïma : « Montrons la voie au peuple togolais pour réduire les attaques et injures »

La guerre qui s’anime sur les réseaux sociaux avec des injures, intoxications, fake news… suscite l’attention de Naboudja Bouraïma. Le militant de...

Togo Affaire Pegasus: Habia Nicodème très remonté contre Faure Gnassingbé

L'affaire Pegasus fait encore couler beaucoup d'encre et de salive. Les partis politiques de l'opposition expriment leur mécontentement. Pareil pour Nicodème Habia...

Togo COVID-19 : 116 cas positifs enregistrés mardi

Mardi, 116 nouveaux cas positifs ont été enregistrés sur 1492 personnes dépistées, c’est ce que rapporte le site du gouvernement. La source susmentionnée...

Yakoubou Moutawakilou du PNP : Une libération qui suscite plus d’interrogations qu’elle n’en résout

Un ami nous informe depuis Lomé avoir visité le SG du PNP section Kpalimé, Monsieur Yakouboubou Moutawakilou au pavillon militaire du CHU...

Que se cache-t-il derrière la suspension des agréments des ONG?

En conseil des ministres le 24 juillet 2021 à Pya, le gouvernement a décidé de la suspension de l' attribution et du...
- Advertisement -
error: Content is protected !!