25.6 C
Lomé
Friday, July 30, 2021

Le seul problème de l’Afrique réside dans le leadership!

Les unes des journaux

Le seul problème de l'Afrique réside dans le leadership!
Luc Abaki

C’est vrai, ce concept de leadership revêt plusieurs attributs avec des colorations si diverses que parfois l’on se perd en ce qui concerne sa valeur sémantique réelle. Mais je voudrais juste m’appuyer sur la définition aussi pragmatique que réelle, formulée par l’homme d’affaires et coach Gilles Atayi, pour dérouler mon raisonnement.
Selon lui donc, le leadership est la capacité à inspirer, afin que le plus grand nombre ait envie de faire bien, de manière disciplinée et atteigne l’excellence. Il poursuit en disant que le leader a une ère d’influence dans laquelle vous entrez agréablement et vous y avez envie de mieux faire afin d’atteindre de grandes performances.

Son propos est tout simple mais révélateur de l’état d’esprit de quelqu’un qui travaille, crânement et consciemment sur lui-même, sur ses pulsions, son mode de pensées, ses réflexes et ses instincts afin de se rendre capable de détachement, de la transcendance pour percevoir la vie avec bienveillance et ainsi attirer les autres à le suivre dans une telle démarche.

De par sa seule définition, l’on peut aisément se rendre compte que cette question de leadership est en amont de tout, elle est la clé qui ouvre la porte à toutes formes possibles de perspectives pour une entreprise, une communauté, une société, un État etc.

En Afrique malheureusement, nous avons plus d’hommes et de femmes à titres que de vrais leaders qui, logiquement, n’ont aucunement besoin de titres, mais plutôt d’espace conséquente pour faire valoir leurs idées et inciter les autres à agir dans le sens du bien commun.

En temps normal, le leader n’a que faire de la gloire flatteuse de l’égo, il trouve plus sa satisfaction et son bonheur dans l’élévation d’autrui, dans sa réussite et son succès. Les bonnes nouvelles concernant la vie d’autrui l’enchantent et l’éperonnent.

Mais que constatons-nous en général dans nos pays? Nos pseudos leaders utilisent plutôt le bien commun pour se faire un nom, tirer meilleure partie des dividendes liées au poste, bref ils pensent à eux et à leurs titres qu’au meilleur devenir collectif.

Or on ne peut guère parler de leader sans lui adjoindre l’idée de la vision, c’est-à-dire une disponibilité à se projeter dans l’avenir, à le concevoir et à tracer une voie par laquelle la communauté devra passer pour y arriver un jour ou l’autre. Le leader s’obsède à matérialiser un rêve qui profite à tous, il s’oublie dans sa mission et élabore au quotidien, les voies et astuces servant à la réussir. Il jouit naturellement d’une ouverture d’esprit lui permettant de comprendre les autres, de rentrer dans leurs réalités avant de prétendre les tirer vers le haut, vers le but qui les aura aidé à comprendre et à porter ensemble avec lui.

Alors, dès l’instant où en Afrique, nos pseudos leaders d’aujourd’hui sont aussi vacillants, vulnérables à toutes formes d’influences, s’en tiennent aux postes en lieu et place de la mission, à la richesse matérielle en lieu et place de la richesse intellectuelle, spirituelle ou vertueuse, il est clair que nos pays auront encore du fil à retordre.

Il nous faudrait nécessairement forger des hommes et femmes en Afrique, capables d’aspirer farouchement et de façon teigneuse à l’excellence, au bon rendement et au travail bien fait qui pourront ainsi conduire la masse vers un but élevé et salutaire pour l’ensemble des individus.

Ceci exige à coup sûr, une volonté politique avérée et assumée pour un tel exercice qui pourra permettre d’atteindre une masse critique d’hommes et de femmes de valeurs qui vont servir de locomotive à la matérialisation effective d’un vrai rêve pour l’Afrique et ses citoyens.

Sans cela, aucune perspective heureuse et porteuse ne pourrait être envisageable même dans un millénaire…

Luc Abaki

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : Un réseau de cambrioleurs démantelé par la police à Djagblé

En effet, une enquête a été ouverte suite à un cambriolage survenu dans un domicile sis au quartier Adidomé à Djagblé dans...

CITE AU QUOTIDIEN : UN BOUTON MAGIQUE POUR LE CHANGEMENT ?

Par Maryse QUASHIE et Roger E. FOLIKOUENous sommes nombreux à chercher comment faire advenir le changement : parents désireux de voir intervenir...

Kokoroko prône la gratuité des cours de vacances

A peine l'année scolaire amorce son dernier virage que les établissements scolaires partent à l'assaut des élèves à travers des opérations de...

Naboudja Bouraïma : « Montrons la voie au peuple togolais pour réduire les attaques et injures »

La guerre qui s’anime sur les réseaux sociaux avec des injures, intoxications, fake news… suscite l’attention de Naboudja Bouraïma. Le militant de...

Togo Affaire Pegasus: Habia Nicodème très remonté contre Faure Gnassingbé

L'affaire Pegasus fait encore couler beaucoup d'encre et de salive. Les partis politiques de l'opposition expriment leur mécontentement. Pareil pour Nicodème Habia...

Togo COVID-19 : 116 cas positifs enregistrés mardi

Mardi, 116 nouveaux cas positifs ont été enregistrés sur 1492 personnes dépistées, c’est ce que rapporte le site du gouvernement. La source susmentionnée...

Yakoubou Moutawakilou du PNP : Une libération qui suscite plus d’interrogations qu’elle n’en résout

Un ami nous informe depuis Lomé avoir visité le SG du PNP section Kpalimé, Monsieur Yakouboubou Moutawakilou au pavillon militaire du CHU...

Que se cache-t-il derrière la suspension des agréments des ONG?

En conseil des ministres le 24 juillet 2021 à Pya, le gouvernement a décidé de la suspension de l' attribution et du...
- Advertisement -
error: Content is protected !!