« Le Togo autrement », le nouveau-né dans l’arène politique

Le Togo autrement

Le Togo autrementPar togo-online
Et de 108 pour le Togo. La classe politique ne cesse de s’agrandir, surtout ces cinq dernières années. Après UNIR, ANC, SANTE DU PEUPLE, CLE…, le landerneau politique a encore accouché samedi dernier. C’est la ville de Kpémé qui a été cette maternité qui a vu naitre « Le Togo autrement », ce nouveau parti politique porté par Fulbert Sassou Attisso. Avec ce 108ème parti politique, l’écrivain, essayiste et journaliste, Fulbert Sassou Attisso et ses amis compte faire les choses autrement, servir d’intermédiaire entre le peuple et le pouvoir…

«Nous allons être ce parti qui va impulser une nouvelle marche à la classe politique après 25 ans de lutte de l’opposition», a déclaré Fulbert Sassou Attisso qui pense que les ainés ont échoué, raison pour laquelle il a toujours claironné le renouvellement de la classe politique de l’opposition.

Comme emblème, un Togo sur un fond jaune or qui symbolise l’Or de l’humanité, ici représenté par le Togo, deux mains qui se serrent, une venant du nord et une autre venant du sud, la nouvelle formation politique « Togo Autrement » veut travailler sur le clivage nord-sud pour dit-on, déconstruire la mentalité qui consiste à dire que « si le pouvoir va à d’autres, les gouvernants d’aujourd’hui sont foutus ». Bref, briser la barrière que constituent les clivages ethniques qui divisent la classe politique.

Reçu dans des émissions sur les radios et chaines de télévision de la place, Fulbert Sassou Attisso affirme que pour « Le Togo autrement », l’alternance demeure un objectif mais il ne faut pas l’attendre avant de régler les nombreux problèmes auxquels sont confrontées les populations. « Il faut recenser les problèmes des uns et des autres et les soumettre au règlement du pouvoir en étant médiateur entre les populations et l’Etat », a-t-il souligné sans manquer de rappeler que «toute idée de collaborer avec le régime est exclue ». Toute fois, la précision est capitale, le pouvoir ou le régime RPT/UNIR n’est qu’un « adversaire» et non un « ennemi », propos de Fulbert.

Le choix de Kpémé pour lancer le parti se veut une preuve de cette réalité. « C’est la raison pour laquelle nous avons délocalisé le lancement à Kpémé, une localité chargée d’histoires liées au phosphate mais quand vous vous y promenez, la ville est délabrée et il y a inexistence des infrastructures de base alors que cette localité produit de la richesse pour le Togo».

Loin de partager l’unicité de l’opposition, ou encore le concept des alliances contre nature, notamment FRAC, CST, ARC-EN-CIEL, CAP 2015, Fulbert Attisso, principal artisan de l’Appel des patriotes et promoteur des états généraux de l’opposition togolaise, appelle l’opposition à taire ses querelles et à se mettre en ordre de bataille. «Nous l’exhortons à rendre possibles les états généraux en vue de faire le bilan de la lutte et à se donner un nouvel avenir », précise t-il dans son document de circonstance. « Je veux que l’opposition s’unisse, se rassemble autour d’objectifs. Je suis contre ces alliances qui permettent aux petits partis qui sont créés nouvellement et qui n’ont pas eu le temps de faire leur expérience sur le terrain, qui ne sont pas représentés sur toute l’étendue du territoire national, qui n’ont pas eu le temps de faire leurs preuves, d’aller s’abriter derrière de grands partis pour pouvoir exister. Il s’agit pour nous au ‘‘Togo Autrement » de réaliser des alliances ponctuelles sur des objectifs avec les partis partenaires de l’opposition mais il est hors de question pour nous d’aller s’abriter derrière un grand parti politique comme on en a vu sur les dernières périodes. Des alliances autour d’objectifs comme les réformes, les états généraux, le respect des Droits de l’Homme, la gouvernance autrement mais je suis contre les alliances où les petits partis politiques vont s’abriter derrière les grands pour avoir quelques élus à l’assemblée nationale », a-t-il expliqué.

Les recommandations sont également adressé au RPT/UNIR à qui le Togo autrement demande de remettre sur le chantier, le débat des réformes politiques et d’accélérer le processus de décentralisation afin que les élections locales soient organisées dans les meilleurs délais et dans des conditions de transparence.

Avec la devise « PATRIOTISME-UNITE-PANAFRICANISME », le parti TOGO AUTREMENT se définit comme des « démocrates croyants » qui placent Dieu au-dessus de l’Etat et de la population, tout comme il est écrit dans la constitution togolaise, même si dans les pratiques, Faure et ses zouaves relèguent au dernier rang, Dieu.

Au lendemain de la naissance de ce nouveau parti politique, nombreux sont les togolais qui se demandent par quelle alchimie Fulbert Sassou Attisso et ses amis vont parvenir à la satisfaction de leurs idéaux, dans un contexte où ils reconnaissent que pour un oui ou pour un non, on peut emprisonner les opposants et décider du sort des amis et collaborateurs d’hier ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.