Le Togo est-il devenu une fabrique de prisonniers politiques ?

Le Togo est-il devenu une fabrique de prisonniers politiques ?
Ayayi Togoata APEDO-AMAH

Depuis le 17 août 2017, date à partir de laquelle le PNP de Tikpi Atchadam a redynamisé la lutte contre la tyrannie, qui s’essoufflait; les prisonniers politiques se sont comptés par centaines parmi les combattants de la liberté. C’est dire qu’au Togo, se dresser contre la tyrannie fait peur aux monarcho- fascistes.

L’incarcération arbitraire est une vieille arme de dissuasion des États policiers. Et pourtant, même les condamnations à mort n’ont jamais étouffé dans les cœurs l’ardent désir de liberté. Quand s’ouvrent les portes des prisons, les prisonniers politiques en sortent plus déterminés que jamais pour achever le travail. La liste est longue : Nkrumah, Kenyatta, Mugabe, Mandela, Ben Bella, etc.

La liste des prisonniers politiques est trop longue au Togo. D’aucuns parlent à juste titre d’otages du régime liberticide. Le curieux paradoxe, c’est que la privation arbitraire des libertés des militants démocrates n’a jamais affaibli ni la détermination, ni la mobilisation pour chasser du pouvoir les usurpateurs.

L’embastillement de tous ces patriotes anonymes ou connus est une torture psychologique gratuite qui conforte tous les Togolais et tous les combattants de la liberté dans l’idée que ce régime vomi doit être dégagé pour que notre cher pays ne soit plus une prison à ciel ouvert pour ses filles et ses fils.

Libérez nos prisonniers politiques ! Libérez-les tous sans exception !

Ayayi Togoata APEDO-AMAH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.