Nana Akufo-Addo, que se rapproche t-il?

Nana Akufo-Addo, que se rapproche t-il?
Nana Addo Dankwa Akufo-Addo

Par Rodrigue, togo-online.net
C’est de façon pratiquement unanime que les forces vives y compris les politiques dans le landerneau Togolais s’accordent à affirmer, sans langues de bois, une désolation face à l’échec cuisant de la médiation de la CEDEAO, dans la crise sociopolitique qui secoue le Togo.

Comme des agneaux de sacrifices, les pauvres citoyens sont abattus par une armée tribale et clanique, y compris des enfants, pour juste satisfaire l’obsession de Faure Gnassingbé à s’éterniser au pouvoir.

Chaque fois que la CEDEAO s’ingère dans la crise, c’est pour sauver Faure Gnassingbé et noyer les aspirations profondes du peuple qui continue de subir la méchanceté du régime RPT/UNIR.

En allant trouver la CEDEAO en 2017, Faure Gnassingbé appelait le syndicat à lui porter mains-fortes. C’est ainsi que Nana Addo Dankwa Akufo-Addo et Alpha Condé ont été choisis pour le sale boulot concrétisé par l’organisation de frauduleuses élections législatives boycottées par la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition et le peuple en sa grande majorité.

Les différentes initiatives de discussions entre les acteurs notamment la diaspora, la société civile et le président Ghanéen, par rapport à la proximité de son pays avec le Togo, ont été de véritables rendez-vous où des exposés et propositions concrètes ont été faites pour aider la facilitation à permettre au peuple Togolais de retrouver sa souveraineté et faire du Togo, un véritable État de droit où la justice sera pour tous.

Malheureusement, force aura été de constater qu’en réalité, un plan macabre était déjà ficelé sous l’injonction de la France représentée par la marionnette Allassane Ouattara de la Côte d’Ivoire qui agit en mains obscures pour que le fils de Feu Général Gnassingbé Eyadema reste Ad vitam æternam au pouvoir.

Le président Ghanéen, quant à lui, soutient que “l’alternance, c’est un problème des togolais eux-mêmes”, comme si avec tout le sacrifice fait par le peuple togolais n’a pas suffisamment démontré son envie d’une alternance pacifique.

En affirmant que les contacts se poursuivent afin d’emmener les acteurs politiques togolais à parvenir à un compromis, le président Ghanéen, Nana Akufo-Addo se contredit. Ce qui signifie qu’il se rend forcément compte que la poule n’a pas totalement été déplumée.

Si la fin officielle de la facilitation n’empêche pas les chefs d’Etat de la sous-région de poursuivre les contacts avec les autorités togolaises et les leaders de l’opposition, cela veut dire qu’ils reconnaissent avoir échoué sans avoir le courage de le dire de façon claire. Il leur revenait à eux, de rappeler à l’ordre leur camarade du SYNDICAT CEDEAO qui tue les citoyens, les emprisonne et les condamne à de lourdes peines, afin que celui-ci se ressaisisse et cède le pouvoir au peuple pour qu’il puisse choisir librement son dirigeant.

Contre toute attente, ces chefs d’État “voyous” ont aidé le dictateur sanguinaire à se tirer d’affaire, noyant les aspirations profondes d’un peuple aux abois.

A quoi vont servir les discussions de couloirs, si plus d’un an de discussions n’a pas permis à la CEDEAO d’obtenir les réformes tant souhaitées, la mise en oeuvre des mesures d’apaisement, la recomposition de la CENI et de la Cour Constitutionnelle, des préoccupations pourtant inscrites dans la soi-disant feuille de route de la CEDEAO?

Sans se tromper, on peut dire que la CEDEAO s’est moquée du peuple Togolais en offrant une légitimité à un régime dictatorial mal en point depuis 2005, suite au décès du géniteur de Faure Gnassingbé.

Si Nana Akufo-Addo pense qu’il n’est pas tard pour mieux faire, il ferait mieux d’amener la CEDEAO à réparer le tord causé au peuple Togolais, en faisant de sorte que le règne de Faure Gnassingbé s’arrête en 2020. Nana Akufo-Addo lui-même a reconnu dans une interview accordée à un média américain que le problème du Togo, c’ est l’obstination de Faure Gnassingbé à se présenter en 2020, après trois mandats passés à la tête d’un pays qui continue de se déchirer.

Trêve de déclarations mensongères pour cacher le sexe de la CEDEAO. Si ce n’est pas un syndicat, que ces messieurs le prouvent sans détour et fassent de sorte que l’institution soit pour le peuple et non pour des truands politiques qui ne discutent que de comment tromper le peuple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.