28.1 C
Lomé
Wednesday, June 16, 2021

Patrice Talon à l’épreuve de la pédagogie dans la mise en oeuvre des réformes au Bénin !!!

Les unes des journaux

Patrice Talon à l'épreuve de la pédagogie dans la mise en oeuvre des réformes au Bénin !!!
Patrice Talon

Il avait promis la rupture d’avec les anciens systèmes de gouvernance de son pays. Nous y sommes, ou presque, mais de quelle manière et à quel prix ?

Commençons d’abord par les faux-pas.

Moins de six mois après son élection, il engage le projet de démolition de l’empire de son faiseur, Sébastien Ajavon.

L’épreuve était dure, tant sur le plan moral que dans sa faisabilité, mais au bout, il a réussi à démolir son allié de circonstance après avoir naturellement écorné l’image de la justice béninoise et donné le regrettable sentiment d’une réelle ingratitude vis-à-vis de celui dont l’alliance circonstancielle l’a propulsé dans le fauteuil présidentiel.

Ensuite, le Président Patrice Talon entame des reformes tous azimuts sur tous les fronts à la fois.

Politiquement, il fait reformer la Constitution en y supprimant des dispositions et en y ajoutant de nouvelles, source de vives polémiques.

Ses adversaires mécontents, l’attaquent auprès de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) qui leur donnera raison sur beaucoup de points.

Logiquement, selon le dernier arrêt rendu durant la semaine qui vient de finir, certaines dispositions “discriminatoires” contenues dans cette nouvelle Constitution ainsi que dans le code électoral en vigueur, devront être élaguées avant toute élection au Bénin.

Le moins que l’on puisse dire, le président béninois a effectivement pris le risque de se rendre impopulaire par ses réformes ambitieuses engagées sans manière et sans pédagogie préalable.

Ce faisant, il a dynamité l’opposition, contraint plusieurs personnalités à l’exil, anéanti les puissants du pays, pour au bout, s’établir un boulevard d’action libre.

Mais que veut-il vraiment faire de ce champ libre?

Selon ses dires et au vu de nombreuses de ses actions concrètes, il veut restructurer l’État béninois, assainir son économie et ensuite, la bâtir réellement sur des bases fiables et viables.

Ainsi, il multiplie des levées de fonds à coûts de milliards sur les marchés financiers pour cette cause; ferme les robinets et les trous habituels de “siphonage” des ressources de l’État, fusionne l’armée, la police et la gendarmerie dans une creuset commun dénommé “police républicaine” à laquelle il assigne une mission claire de sécurisation du pays, de lutte contre la fraude, les braquages etc.

La formule a marché et aujourd’hui, la corruption est traquée avec rigueur au Bénin et les indélicats sont traduits devant la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET).

Personne ne parle de racket de policier ou de gendarme dans les rues du Bénin; et les braquages ont presque fait leur adieux à ce pays. Du coup, le Bénin fait partie des quatre économies les plus dynamiques du continent en cette année 2020.

Sur le plan social, ce pays était bien connu pour ses longues et répétitives grèves dans l’administration publique. La recette de Monsieur Talon a été toute simple, instaurer un dialogue franc et direct avec les acteurs du monde de travail, voter des lois coercitives limitant la marge d’exercice du droit de grève, valoriser les salaires des fonctionnaires, améliorer leurs conditions de travail etc. Par ces actions, la sérénité a été de fait instaurée et les travailleurs sont désormais mus par une conscience nationale autour d’un travail bien fait.

Puis, en terme d’infrastructures, l’ambition du président béninois est réelle. Plus d’une vingtaine de centres de santé, tout autant de marchés publics haut standing, réaménagement conséquent d’infrastructures routières à travers le pays et un vaste projet de construction d’un hôpital de référence à Cotonou dont les travaux ont à peine été entamés.

Dans la foulée, il a stoppé les évacuations sanitaires qui absorbaient des milliards à l’État alors que les bénéficiaires de ces mesures étaient en général des nantis qui avaient les moyens de se prendre en charge. Désormais, une commission mise en place à cet effet est chargée d’étudier, sans discrimination aucune ni complaisance, les dossiers des patients susceptibles d’être réellement évacués. Ce qui a rétabli la justice sociale à ce niveau.

Par ailleurs, le Bénin est aujourd’hui à 40% d’autonomie en matière d’énergie et il projette atteindre les 100% d’ici 2023.

Mais sera-t-il là dans ce fauteuil à cette date?

La question, en vérité, n’est pas ex nihilo, car il avait aussi promis, de sa propre bouche, qu’il ne ferait qu’un seul mandat.

Mais à cette échelle d’exercice du pouvoir, les reformes sont peut-être effectives à plusieurs niveaux, mais sans doute fragiles et donc non encore consolidées, alors qu’il n’a apprêté aucun dauphin pour en assurer éventuellement la continuité.

Naturellement, dans un tel contexte, les courtisans ne vont jamais aider le Président à respecter sa promesse de mandat unique de principe, d’autant plus celle-ci n’avait pas reçu l’assentiment de l’Assemblée Nationale qui devrait en faire une loi fermement instituée.

Alors? De toute évidence, Patrice Talon sera à nouveau candidat pour un nouveau mandat de cinq ans, pour, certainement consolider, renforcer et amplifier les reformes politiques et économiques en vue d’assurer l’émergence du Bénin, s’il y est reconduit par le peuple.

Mais la tâche ne sera pas facile ni aisée et ce, pour plusieurs raisons.

D’abord le simple fait de ne pas respecter sa parole est un vrai problème, même si des circonstances atténuantes sont objectivement envisageables en sa faveur.

Ensuite, les écueils politiques laissés par ces réformes sont manifestes dressant ainsi plusieurs poids lourds de l’échiquier politique béninois contre lui. Saura-t-il s’affranchir d’un tel handicap majeur?

Enfin, il apparaît aujourd’hui comme le Président le moins compris possible des béninois et la raison est toute simple: les reformes, non seulement n’ont pas été couplées d’une démarche pédagogique qui, certainement, lui aurait perdu beaucoup de temps, mais encore elles ont donné le sentiment qu’il empêche certains d’avoir de l’argent alors que son entourage en profite allègrement.

C’est vrai, cette dernière accusation n’est pas amplement prouvée, mais l’être humain est ainsi fait que lorsque vous lui fermer le robinet du profit sans lui en expliquer les causes et le but visé, il s’oublie dans les jugements et les accusations de toute nature.

Alors au bout, que fera l’intraitable Talon? Va-t-il se soumettre aux exigences de la CADHP ou ira-t-il droit dans ses bottes contre cette institution et assumer sa posture d’insoumis aux juridictions internationales ?

L’épreuve est sans doute corsée ! Mais tout compte fait, le Président béninois aura prouvé que l’audace et le courage payent en toute chose y compris en politique. Même si de façon circonstancielle, elles écornent l’image du dirigeant et le rendent impopulaire, celui-ci pourra aisément se sortir d’affaire devant l’histoire, si réellement, il est exclusivement guidé par la recherche sans retenue du bien commun.

L’hésitation, le tâtonnement, les longs calculs au sommet de l’État, ne sont pas trop recommandables surtout dans des pays comme les nôtres où le retard est criard sur tous les plans.

Seule l’histoire nous situera vraiment sur la vision du Président Talon et le bien fondé des actions fortes qu’il a pris le risque d’initier depuis son accession au pouvoir au Bénin en 2016, mais déjà les résultats déjà atteints militent en sa faveur, même si les frustrations sont encore fortes au sein de la classe politique qui se sent traquée et muselée par l’homme fort du moment au Bénin….

Luc Abaki

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : La solution « magique » de la STT contre l’inflation et la hausse des prix des produits pétroliers

Ces derniers jours, les Togolais se plaignent de la cherté de la vie. Pour cause, les produits de première nécessité ont connu...

Covid-19 Togo : 4 nouvelles contaminations dans la préfecture d’Agoe

Hier, quatre nouveaux cas positifs ont été enregistrés dans la préfecture d’Agoe. C’est ce qu’indique le site officiel du gouvernement. Le même site...

Togo : Agbeyomé Kodjo va faire un voyage sans retour

Telle est la prophétie faite par Maranatha Mashia’h de l’église « clinique Immanuel Temple du Saint Esprit », récemment fermée au Togo. Même...

Que sont devenues Réckya Madougou et ses valises d’argent dont parlait Patrice Talon?

Par Samari Tchadjobo «Elle débarque avec des valises d’argent, des sponsors de chefs d’Etat des pays voisins, a indiqué Patrice Talon dans...

Togo : Curieux silence des associations de consommateurs

La vie chère s'accentue, intensifiant la souffrance des populations Togolaises qui tirent déjà le diable par la queue. La situation est plus...

LIBERTÉ POUR DJIMON ORÈ ET TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES DU RÉGIME GNASSINGBÉ

Par Ayayi Togoata APEDO-AMAHLa présence de prisonniers politiques dans les geôles du régime policier constitue un cinglant démenti à la fiction de...

Lutte pour la démocratie au Togo : les leçons de l’heure

"Lutte pour la démocratie au Togo : les leçons de l’heure", c’est le titre d’une tribune publiée sur Facebook par Gnimdéwa Atakpama,...

La faute aux quatre coups KO: que les crétins louangeurs sortent des bois!

Par Kodjo EpouQuelque chose, en nous, s'est brisé. Le Togolais est devenu indéfinissable, même méconnaissable. Son pays aussi l'est, et en pire,...
- Advertisement -
error: Content is protected !!