PRÉSIDENTIELLE 2020 : TOUT EST DÉJÀ PLIÉ, EMPAQUETÉ, FICELLÉ

L’ignoble dictature monarcho-fasciste du clan Gnassingbé, avec l’élection présidentielle de février 2020, s’apprête encore à asséner un terrible coup de bambou derrière le crâne des Togolais épris de liberté, de justice et de bien-être. En effet, tout est déjà plié, empaqueté et ficellé par les éternels voleurs d’élections au Togo.

Les préparatifs ont commencé, il y a quelques mois, avec la loi scélérate et antidémocratique contre les manifestations de l’opposition et le fumeux Programme national de développement ( PND) qui annonçaient implicitement la candidature du putschiste Faure Gnassingbé. Ces deux mesures représentent le bâton et la carotte.

Le recours à la terreur est une constante dans la politique des usurpateurs qui ont volé le pouvoir dans notre pays. Les flots de sang, les violations massives et répétées des droits humains en sont les exemples les plus éloquents. Ce régime analphabète reproduit tout le temps les mêmes actes dans son odieuse volonté de confisquer éternellement le pouvoir. Tous les Togolais le savent sauf les politiciens qui se prétendent de l’opposition démocratique. Sont-ils tarés ? Non. Le dire serait une façon de les excuser. Tout est truqué: le fichier électoral, une frange très importante des électeurs n’a pas de carte d’électeur suite au précédent boycott lancé par la C14, la CENI est une caisse de résonance du Rpt/Urine ainsi que la Cour constitutionnelle, le double jeu des opposants choisis, etc. C’est en fonction de ces graves manquements que cette drôle d’opposition avait boycotté les législatives.

Mais les Togolais n’ont plus rien compris lorsque ces stratèges de pacotille de l’opposition ont piétiné et renié leurs propres consignes pour se précipiter aux élections municipales sans aucune garantie d’équité. Face au boycott du peuple, il n’ont eu que des miettes et la honte. Un proverbe Guin résume parfaitement leur situation : ” La poule ne connaît pas la honte “. Mais leur mission était accomplie, c’est-à-dire servir d’accompagnement, de béquilles et de caution à Faure Gnassingbé avec l’onction de la France coloniale et colonialiste.

Le régime de merde ayant déjà fait sa part de boulot, il ne reste plus que la mise en place des candidats figurants choisis. Et, tenez-vous bien, ils se bousculent au portillon. Ces marionnettes sont déjà près d’une quinzaine. D’ici la date de clôture des inscriptions, ils seront une bonne vingtaine de farfelus. Ils n’ont ni programme ni assise nationale. Ils font ce pour quoi ils sont sollicités : faire de la figuration pour couillonner le bon peuple togolais. Les affaires seront-elles juteuses après coup ? Ce qui est sûr, c’est qu’ils ne font pas de la figuration pour rien ! Le business de l’opposition ! Chuia !!!

Que les partisans invétérés de l’électoralisme osent nous dire, entre quatre yeux, en toute VÉRITÉ, en quoi toutes leurs participations aux élections truquées ont fait avancer la démocratie et la cause du peuple depuis des décennies ! Ils confondent électoralisme et démocratie !

Le peuple togolais va encore tout droit dans le mur clouté d’une terrible escroquerie politique. Jusqu’à quand se laissera-t-il berner par tous ces faux opposants alimentaires qui, depuis des décennies, sont en train de lui jouer une comédie de mauvais goût ? L’espoir suscité par l’avènement du Parti National Panafricain, le 19 août 2017, a été trahi par eux tous, toute la lie politique de la C14 manipulée, comme des bambins, avec une sucette, par deux chefs d’État de la CEDEAO. Le peuple togolais vit un drame qui voit chaque fois ses espoirs trahis par les mêmes individus qui prétendent défendre sa cause mais qui sont en réalité ses pires ennemis. Cette fausse opposition gangrenée par la corruption, la traîtrise, l’absence criarde de patriotisme et la médiocrité, n’a rien à offrir aux Togolais.

Il se fait que notre pays est devenu l’otage de deux camps, la dictature militaire et son opposition choisie. Tous deux au service de l’impérialisme français contre les intérêts légitimes du peuple togolais.

Le Rpt, en nous faisant croire qu’il a changé en changeant sa couleur blanche en couleur bleue tout en changeant son sigle en Urine, a toujours fait du dilatoire pour jouer les prolongations. S’offrir une fausse opposition ne lui épargnera pas le sort qui attend toutes les dictatures. Ne sont dupes que ceux qui le veulent bien. Les militants démocrates doivent aussi procéder à la critique de leur militantisme pour ne pas être toujours les dindons de la farce des scélérats manipulateurs qui portent le bonnet d’âne d’opposants choisis du clan Gnassingbé.

La politique de changement qui ne consiste qu’à être toujours candidats aux élections frauduleuses dans un régime militaire fermé à tout changement démocratique, est une politique d’accompagnement et de renforcement de la démocrature. La dictature a besoin de candidats “opposants” pour donner le change. C’est pour cela qu’elle lâche de temps en temps du lest avant les échéances électorales. En décembre 2018, elle a même nommé des “députés opposants” au parlement pour contourner le boycott de la C14 !

Tout le monde sait comment cette élection truquée, qui s’annonce, s’achèvera : à la proclamation du triomphe du dictateur, l’opposant choisi arrivé en tête criera à la fraude et suivra une séance sauvage de répression puis tout s’éteindra comme les projecteurs d’une mauvaise comédie. Rideau. Et le régime corrompu continuera à tourner en rond avec un rare cynisme sur la misère et le désespoir des Togolais. Les antidémocrates et leurs opposants choisis, tous des médiocres, ont de sérieux problèmes avec la VÉRITÉ. Mentir est leur profession, agiter des mythes mystificateurs pour abuser le bon peuple est leur passe-temps jouissif. La VÉRITÉ doit s’opposer au mensonge. Le vrai changement ne peut faire l’économie des valeurs morales. Le vrai changement sera en totale rupture avec soixante ans de gangstérisme politique au Togo. Ceux qui ont peur de la VÉRITÉ ne peuvent réaliser la ruine de la dictature, car ils en sont les complices. Toute dictature se nourrit de mensonges et de falsifications.

Il appert que l’an 2020 sera une période de souffrances indicibles pour nous, les Togolais, car notre lutte devient de plus en plus difficile avec des opposants choisis coalisés au militaro-fascisme du clan Gnassingbé et au néocolonialisme de la France mafieuse. La démocratie proditoire que cette coalition de malheur à trois têtes nous propose, n’est qu’une vulgaire démocrature.

La VÉRITÉ exige le boycott de la présidentielle truquée et des candidatures du mensonge. Ne soyons pas les artisans de notre propre malheur. Le peuple togolais est seul contre tous. Son salut ne dépend que de lui-même. Il devra susciter, dans la VÉRITÉ, une nouvelle opposition démocratique authentique, honnête et patriotique. Le vrai changement est à ce prix.

Ayayi Togoata APEDO-AMAH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.