Présidentielle de 2020 : Gabriel Agbéyomé ou le choix d’un homme politique à problèmes

Présidentielle de 2020 : Gabriel Agbéyomé ou le choix d’un homme politique à problèmes
Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
Le choix de Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo comme candidat unique de l’opposition, à l’initiative de Monseigneur Philippe Fanoko KPODZRO a été et continue de l’être d’ailleurs, une symphonie inachevée. Une chose est de proposer la pilule, l’autre est toute la problématique qui entache, complique et défavorise son intégration dans la société, panier à crabes où il est bien connu. Eh bien, l’intégration de cet enfant vieux aux doigts entachés de faits têtus né le 31 décembre 2019 dernier, après une césarienne faites par ses géniteurs dont les visages portent tous un nom, y compris ceux tapis dans l’ombre ou qui pensent être invisibles, pose un véritable problème. Elle est une mission quasi impossible dans laquelle des gens qui s’enfoncent se dénudent et perdent toute crédibilité aux yeux de l’opinion nationale. Comme quoi, lorsqu’un enfant naît frappé d’Infirmité Motrice Cérébrale (IMC), le monde le rejette. Surtout si lors de la naissance de l’enfant en question, on se rend compte que sa porteuse a trépassé, l’enfant est traité de tous les noms difficile à laver avec une baguette magique, à l’eau et à l’éponge.

Avant de connaître le résultat de cet examen dont les candidats et les sujets n’ont même pas été faits dans les règles de l’art, le nom Messan Agbéyomé Kodjo était déjà communiqué par des médias. L’on retient cet article du confrère Indépendant Express qui annonce que la pilule est trop amère.

La guerre médiatique à laquelle on assiste avec l’intention d’un gendarme derrière les vendeurs de boudè qui ne lutte que pour leur survie, démontre à suffisance que le travail est pénible. Il consiste à faire passer le diable pour Jésus. Comment y parvenir ? C’est vraiment ce qu’on tente de demander avec détour à un peuple qui a souffert dans la rue, au moment même où ce sauveur désigné se la coulait douce, dans ses nouveaux rôles aux côtés de l’oppresseur du peuple de qui il est attendu aujourd’hui, un soutien.
Tout ça pour ça ? S’interrogent plus d’un.

L’homme est devenu la star sur les réseaux sociaux, en bien ou en mal ? A chacun de définir son propre angle de vue. Mais qui ne peut-être caché et qui est vrai, c’est que le choix de l’homme apporte une nouvelle division dont les conséquences s’annoncent dramatiques pour l’ambition d’une alternance politique à l’issue du processus électoral en cours.

Pourquoi et comment l’initiative de Monseigneur Kpodzro sur la base du Saint Esprit dit-on en est-il arrivé là, à se faire hara-kiri ? Qu’est-ce qui a bien pu se passer ?
On en saura mieux avec le temps mais à l’instant, le choix de Gabriel Agbéyomé ouvre une nouvelle boîte à pandore qui rajoute une dimension nouvelle à la crise existante.
« Celui qui décide de vendre de l’alcool dans la cour d’une mosquée, ne doit pas se plaindre de la mévente » dira un vieux du village assit sous l’arbre à palabre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.