Que peut l’UFC avec 7 chaises à elle offertes par le RPT/UNIR ?

Que peut l’UFC avec 7 chaises à elle offertes par le RPT/UNIR ?

Par Lucien Hounkanli, togo-online.net
L’heure est aux interrogations, face à la nouvelle configuration de l’Assemblée nationale, telle que taillée par le RPT/UNIR, au sortir du rendez-vous de mascarade électorale du 20 décembre 2018.

Si hier, l’opposition avait été très active à l’hémicycle avec plus de deux dizaines de députés, sans parvenir à faire fléchir le régime sur son obsession abyssale du pouvoir, que pourra t-elle faire avec la nouvelle force parlementaire d’une soit-disante opposition, avec moins de 20 députés ?

La réflexion s’impose et remet d’ailleurs en cause les différentes raisons évoquées par les accompagnateurs pour justifier leur participation à la mascarade électorale organisée par le RPT/UNIR sous la bénédiction de la CEDEAO, facilitatrice dans la crise Togolaise.

Que d’utopie malheureusement rayonne dans la pensée de l’Union des Forces de Changement (UFC) qui au lieu de se soucier de sa perte de plumes à grande échelle, se contente des miettes à elle données par Faure Gnassingbé et ses sbires.

Jean-Claude Homawoo, conseiller de Gilchrist Olympio, indique que « très rapidement, l’UFC va introduire plusieurs propositions de loi fondamentales ».
Une chose est d’introduire des propositions de lois, l’autre chose plus capitale est de parvenir à faire voter les propositions à introduire. Malheureusement, sur ce plan, surtout que le régime est hostile au changement, ce que l’UFC peut réussir à faire est d’accompagner le régime dans le vote des propositions de lois taillées sur la mesure de Faure Gnassingbé, c’est-à-dire voter des lois qui vont conforter le désir du règne sans fin du champion des bleus.

L’UFC est d’ailleurs mieux placée pour comprendre que son allié est un fossoyeur qui ne respecte jamais ni la parole donnée, ni les accords, ni les engagements. Ce qui explique d’ailleurs pourquoi l’accord RPT/UFC n’a jamais été respecté, excepté la nomination de quelques membres du parti à des postes insignifiants.

Estimé que « Ce n’est pas en criant dans la rue et en menaçant que les choses vont changer », Jean-Claude Homawoo souffle un chaud qui n’existe que dans ses petites imaginations. Cette déclaration confirme qu’en réalité l’UFC n’a jamais combattu pour le peuple, mais pour un intérêt personnel et particulier, celui de détruire tous les autres leaders pour profiter des avantages que lui confèrent son accord caduque avec le pouvoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.