Referendum ? « Bring it on ! »

Referendum ? « Bring it on ! »

Referendum ? « Bring it on ! »
Par Tata Hounkanli, togo-online.net
Les députés du RPT-UNIR adoptent ce jour le projet de loi du gouvernement. Ils n’ont pas la majorité des 2/3 pour adopter le texte. Ils ont par contre les 4/5 pour faire passer le texte au referendum. Ils se sont clairement prononcés pour l’usage de cette voie. Faure Gnassingbé fera un discours à la nation togolaise demain mercredi, pour annoncer la tenue rapide d’un referendum. A confirmer.

L’objectif est de court-circuiter l’opposition et donner une légitimité au texte du gouvernement. L’opposition doit jouer toute sa finesse pour pouvoir gérer la nouvelle situation qui naitra de la volonté du gouvernement d’aller au referendum.

Deux options principales s’offrent à elle : Continuer les manifestations et rendre le pays ingouvernable, empêchant de facto la tenue de ce referendum, et espérer chasser Faure du pouvoir par la rue.

J’ai écouté Me Apevon, un des leaders de l’opposition, dire que les conditions ne sont pas réunies pour un referendum (fichier électoral pas à jour, la commission électorale nationale amputée de ses membres, la cour constitutionnelle qui fonctionne mal etc.) En tirant les conséquences de la situation décrite par Me Apevon, je dirai que l’opposition fonce vers un boycott.

Si l’opposition veut aller au boycott, il ne faut pas attendre le jour du referendum pour appeler les populations à ne pas se rendre aux urnes, et miser sur un quelconque faible taux de participation. Le RPT-UNIR gonflera les chiffres. Donc si l’opposition doit boycotter, ce sera un boycott actif. Et ce boycott actif doit commencer le même jour où Faure annoncera la tenue de ce referendum. Et l’empêcher. Mais nous devons savoir que la sympathie de l’armée n’est pas assurée.

Participer au referendum en appelant ses partisans à voter « NON » pour le texte du gouvernement. Mais il y a un risque. Si le gouvernement manipule les résultats du referendum et annonce la victoire du « OUI », la tache se compliquera davantage pour l’opposition.

Mon opinion :

Il faut participer à ce referendum et déculotter le RPT –UNIR. Dans ce cas l’opposition doit se donner les moyens nécessaires pour faire triompher le « NON ». Ce qui nécessitera un travail immense et une mobilisation en ressources humaines et financières. La victoire du « NON » sonnera immédiatement le glas du régime.

Je sais qu’il peut frauder et il va frauder. Cependant, le régime est tellement impopulaire que même avec ce fichier électoral non à jour, la position de l’opposition passera. Il suffit juste de se donner les moyens d’une mobilisation de vigilance et de contrôle. Mettre les forces de tous les partis politiques ensemble et veiller.

Le rôle de la diaspora sera déterminant. Pas sur Facebook ou WhatsApp. Mais en levant des fonds conséquents pour financer la campagne de l’opposition. Selon la disponibilité et selon les moyens, descendre sur le terrain s’il le faut. Car le régime en face ne lésinera pas sur les moyens. Même les moyens de l’Etat seront utilisés comme d’habitude. Le referendum selon moi, est l’occasion rêvée, pour démontrer, une fois encore, au régime des Gnassingbé qu’il est vomi par les togolais. Le RPT-Unir mise sur un boycott éventuel de l’opposition pour reprendre la main. Nous ne devons pas leur offrir ce boulevard. Referendum ? « Bring it on ! »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.