Tikpi Atchadam : les grandes lignes d´un discours plein d´enseignements

Tikpi Atchadam : les grandes lignes d´un discours plein d´enseignements
Salifou Tikpi Atchadam

Par Samari Tchadjobo, Allemagne
Lundi, 30 Septembre 2019 le leader du Parti National Panafricain (PNP), Salifou Tikpi Atchadam, l´homme par qui le 19 Août 2017 est arrivé, s´est adressé aux Togolais à travers un message-audio de 39 min 09 s. Comme à son habitude il ne passera pas par quatre chemins avant d´étaler son point de vue sur la situation politique actuelle de son pays le Togo en proposant des approches de solution qu´il estime pertinentes pour résoudre la crise. Avec courage et clairvoyance et sans langue de bois, le président du parti rouge posera le diagnostic d´un Togo en déconfiture totale sur les plans humain, social et politique. Après avoir relevé les incohérences et les contradictions d´une certaine opposition mal inspirée face au grand défi que constitue le drame Faure Gnassingbé et courtisans, il appelle les populations togolaises à prendre leurs responsabilités pour enfin cesser d´être esclaves d´un régime cinquantenaire sur leurs propres terres.

Avant toute chose, comme dans une pièce de théâtre, Tikpi Atchadam plante le décor d´un Togo qui, depuis bientôt 57 ans, ploie sous le goug impitoyable d´une seule et même famille entourée de courtisans dangereux. Une gouvernance nourrie depuis donc plus d´un demi-siècle par une philosophie politique d´essence machiavélique qui s´employa à maintenir le citoyen togolais dans l´indigence totale malgré les richesses dont regorge son pays.

La minorité gouvernante n´a eu depuis toutes ces 5 décennies qu´un seul but: règner le plus longtemps possible sur les Togolais à leur corps défendant. Et pour y arriver tous les moyens étaient bons: la clochardisation des populations, leur humiliation, la violation massive des droits de l´homme, le mensonge, la corruption, la division et la manipulation des consciences. Incapables d´amener la prospérité malgré leur long règne, les Gnassingbé, depuis Éyadéma jusqu´à Faure, aidés par leurs complices, ne font que menacer leurs concitoyens de guerre civile en évoquant en permanence la paix et la sécurité, alors que “tout le monde sait que la paix, la sécurité et la stabilité ne sont pas des objectifs de gouvernance, mais des conditions de gouvernance.”

Tikpi Atchadam sait que ce régime manipulateur et diviseur va sûrement recourir à ses sports favoris que sont l´achat et la manipulation des consciences au moment il est acculé sur tous les plans. Aussi, lance-t-il un appel aux populations togolaises du nord au sud de rester sur le qui-vive et faire preuve de beaucoup de vigilance pour déjouer les plans machiavéliques des zélés du parti des malheurs. Une campagne d´explication dans le langage qu´ils comprennent le mieux doit être menée en direction des compatriotes qui seraient tentés de répondre aux sirènes de la manipulation du RPT/UNIR. L´explication sans violence doit être claire et tellement convaincante qu´ils arrivent à comprendre la nécessité d´une alternance au sommet de l´État en 2020. Les campagnes envers ces Togolais sur le point d´être trompés et manipulés doivent aussi inclure leur admission dans les plattes-formes des réseaux sociaux où le slogan “Non au 4e mandat de Faure” est omniprésent. En un mot l´anticipation du peuple pour déjouer leurs plans doit être le leitmotiv.

Abordant le chapitre des élections au Togo, le premier responsable du parti politique frappé à l´emblème du cheval ne s´est pas fait prier avant de dire que le mot “élections” serait un trop gros mot, qui n´est en fait qu´un abus de langage faute de terme adéquat pour le désigner. Les élections au Togo ne le sont que de nom. Les mascarades électorales de 1998, 2003, 2005, 2010 et 2015 suivies de morts, de blessés, de disparus et d´exilés doivent être assez édifiantes pour nous faire comprendre que les élections avec ce régime de dictature ne résoudront pas le drame togolais. C´est pourquoi le natif de Kparatao n´a pas manqué de fustiger les Togolais et les partis politiques de l´opposition qui s´apprêtent à aller aux élections avec Faure Gnassingbé:
“Se mettre à réfléchir et à échafauder des stratégies destinées à battre Faure Gnassingbé en 2020, c´est l´inviter de façon subtile et voilée aux élections de 2020, alors qu´il est envahi par le doute le plus profond de son existence. Inviter Faure Gnassingbé aux élections de 2020 revient à rejeter la constitution du 14 Octobre 1992, l´effectivité du droit de vote de la diaspora et la feuille de route. Inviter Faure Gnassingbé aux élections de 2020, c´est non seulement oublier les nombreuses victimes de la répression, des morts, des blessés des détenus, des exilés de 1990 jusqu aux détenus actuels, mais aussi attirer à nouveau sur le peuple les malheurs qui accompagnent toujours les élections au Togo. Nous ne pouvons pas nous permettre sous prétexte d´élections, d´offrir pour la ènième fois une barque au régime face au fleuve en crue… aujourd´hui les stratégies électorales sont hâtives, prématurées et inappropriées.”

Après le Professeur Léopold Gnininvi avec son légendaire slogan de Tchèkpo au tout début du soulèvement à l´orée des années ´90 “Démocratie d´abord, multipartisme après”, Tikpi Atchadam en invente un nouveau: “Liberté d´abord, démocratie après”. Pour lui cette lutte est d´abord une lutte pour la liberté, et non une lutte pour le pouvoir… Il ne serait donc pas question d´élections mais de lutte.

Que propose-t-il?

En bon villageois dont il se réclame d´ailleurs, Salifou Tikpi Atchadam s´appuie sur l´anecdote du comportement des villagois face à l´épervier dans le ciel qui menace de descendre en toute vitesse pour s´emparer du poussin. Les villageois n´ont d´autres choix que de pousser de grands cris pour dissuader l´oiseau-rapace de renoncer à son projet. De même, les Togolais devraient anticiper en agissant avant qu´il ne soit trop tard, avant que Faure Gnassingbé n´ait le pouvoir en main. Nous devons nous opposer pacifiquement et avec un fair-play inédit au quatrième mandat de Faure. Crier, crier fort et partout au pays et dans la diaspora pour l´obliger à renoncer à son projet.“le pacifiste doit chercher à gagner la guerre sans avoir à la mener. Il utilise l´arme de l´anticipation pour gagner une guerre qu´il a réussi à éviter….”

Le président du Parti National Panafricain (PNP) invite humblement tous ceux qui ont l´intention légitime et admirable de se présenter aux élections présidentielles de 2020 à se joindre au peuple, autrement ils renforcent la logique de légitimation de la dictature. Pour l´orateur l´annonce par le régime de la révision des listes électorales et l´annonce de la candidature de Faure Gnassingbé sont autant de déclics qui feraient sortir massivement les populations pour agir, comme le recommande la déclaration de Tchamba.

Tikpi Atchadam constate qu´après les élections locales et surtout après les affinités contre-nature remarquées lors de l´élection des maires et de leurs adjoints, la frontière entre le pouvoir et l´opposition est devenue plus perméable, et personne ne sait plus qui est qui. Il prend également le peuple à témoin et lui demande de prendre ses responsabilités.

Atchadam estime que la fin de l´actuel mandat de Faure serait le meilleur moment pour faire une pause et passer à une transition sur une période raisonnable et conséquente. Cette transition se chargerait de faire les réformes nécessaires avant l´organisation des élections présidentielles, législatives et locales.

“C´est en procédant ainsi que nous pourrions avoir des institutions crédibles et fortes pour la viabilité de la démocratie dans notre pays. Alors débutera enfin sur des bases saines une nouvelle histoire constitutionnelle, institutionnelle et socio-politique de notre cher pays à nous tous, le Togo…”
Il lance un appel au peuple pour s´organiser et se soulever le moment venu pour chasser ce régime d´un autre âge. Mais n´oublie pas d´insister sur le caractère pacifique: “Mais ne l´oubliez pas. Votre courage ne doit jamais aller jusqu´à la violence et dégénérer en brutalité. Être courageux et être violent, ce n´est pas la même chose…”

Avant d´ajouter: “Peuple martyr du Togo, ne donne la chance inouie à personne, qu´il soit du pouvoir, de l´opposition ou de la société civile de te conduire à renoncer à la liberté à l´horizon ultime 2020, alors que tu es, par tes propres sacrifices, à deux doigts de la victoire…Pour le coup de grâce fraternel, nous ne vous apprenons pas qu´un volcan n´a pas besoin du Ministère de l´Administration Territoriale, ni d´un ordre, ou d´un discours pour entrer en éruption.. “

Pour terminer, et en toute humilité Salifou Tikpi Atchadam demande qu´on le rappelle à la raison, si jamais certains trouvaient ses démarches et propositions peu consistantes pour la libération définitive de notre pays. Le leader du PNP clôture son discours par ce slogan désormais fétiche pour tout Togolais ou toute Togolaise qui ne veut plus voir Faure Gnassingbé au pouvoir à la fin de son mandat actuel.

NON AU 4e MANDAT DE FAURE! NON AU 4e MANDAT DE FAURE! NON AU 4e MANDAT DE FAURE!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.