23.1 C
Lomé
Tuesday, October 19, 2021

5 OCTOBRE 1990: 31 ANS PLUS TARD, LA FLAMME NE S’ÉTEINDRA PAS

Les unes des journaux

  5 OCTOBRE 1990: 31 ANS PLUS TARD, LA FLAMME NE S'ÉTEINDRA PAS

31 ans après le 5 octobre 1990, le peuple togolais est toujours en lutte pour abattre la dictature militaire, laquelle s’acharne, à contre-courant, à rogner les acquis démocratiques de la lutte.

Les libertés de presse, d’expression et de manifestations régressent dangereusement. Les prisons de la dictature abritent de nombreux prisonniers politiques qui se sont engagés au service du peuple pour la conquête de la liberté confisquée. La présidentielle du 22 février 2020, une mascarade de plus, remportée par Agbéyomé Kodjo de la DMK, s’est inscrite dans la logique du coup d’État permanent que connaît le Togo depuis 1967.
La flamme allumée par le peuple togolais le 5 octobre 1990, ne peut pas être éteinte par ceux qui usurpent le pouvoir mais qui n’ont pas les épaules assez larges pour porter nos aspirations légitimes à la liberté, au développement, au travail qui nourrit correctement le travailleur et lui permet de s’occuper dignement de sa famille et de lui-même. Tout cela, faute de vision. Les dizaines de milliers de chômeurs qui, chaque année, viennent grossir l’armée de la classe dangereuse, appauvrie, sans emploi et humiliée, est une extraordinaire bombe à retardement. Ces damnés de la terre cesseront un jour de choisir le voyage-suicide pour affronter les sables brûlants du désert, l’esclavage en Libye, avant de servir de nourriture aux poissons de la Méditerranée.

Cette jeunesse abandonnée est celle qui a donné l’assaut à la citadelle criminelle du régime du parti unique. Elle ronge son frein et rêve toujours de changement. Le rêve engrossé le 5 octobre 1990, n’a pas avorté ; il n’est pas mort. Il est toujours vivant et anéantira la tyrannie comme la vague océane qui efface le château de sable orgueilleux sur la plage.

Un jour, dans ce pays, le 5 octobre sera une journée fériée et célébrée en mémoire des innombrables victimes tombées, emprisonnées, torturées, exilées et de tous les martyrs pour que nous soyons libres. Libres du despotisme médiocre et analphabète, libres des réseaux mafieux et obscurantistes, libres du néocolonialisme français pervers et de tous les impérialismes.
Libres tout court.
J’ai dit.

Ayayi Togoata APEDO-AMAH

 

 

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Atteinte à la vie privée des filles, un devoir d’explication s’impose aux officiels du monde de l’éducation au Togo

Le devoir de redevabilité à l'égard du peuple voudrait que l'on explique une décision pareille qui suspend deux acteurs du monde éducatif. On...

Le monde syndical togolais pleure Ephrem Tsikplonou

Le monde syndical togolais est frappé par un deuil. Ephrem Tsikplonou, SG de la coordination générale des cadres du Togo (CGCT) a...

Togo: Bienvenue dans la République d’UNIR !

Voilà un régime de père en fils qui s’est approprié le Togo qu’il régente comme une épicerie familiale depuis 54 ans. Le...

Togo: Quand Faure Gnassingbé se moque des pauvres populations

Les faits et gestes de l'exécutif togolais constituent la preuve que le régime mesure le degré de pauvreté des populations. Ils envahissent...

Togo / Gendarmerie nationale : Le Commandant de la Brigade territoriale de Lomé et certains de ses éléments mis aux arrêts

Des gendarmes mis aux arrêts, ça n’arrive pas souvent. Mais ne dit-on pas « tous les jours pour le voleur, et un...

Du sourire aux lèvres des élèves de l’EPP Davié Anomé grâce à l’association « New Family »

Ce samedi 16 octobre 2021, l'association "New Family" était aux côtés des élèves démunis de l'école primaire publique de Davié Anomé (préfecture...

Le Covid Business en vogue au Togo

Les populations sont de plus en plus fatiguées, surtout avec les non-dits qui entourent la gestion de la pandémie à la covid-19...

Pétrolegate: Le procès en appel encore renvoyé

L’affaire dite « Pétrolegate » mettant aux prises le journal « L’Alternative » et la famille Adjakly est encore sur le tapis. L’audience de ce jeudi...
- Advertisement -
error: Content is protected !!