56ème anniversaire de l’indépendance du Togo : une pluie d’inauguration pour narguer la majorité pauvre

56ème anniversaire de l’indépendance du Togo : une pluie d’inauguration pour narguer la majorité pauvre
Ashok Gupta et Faure Gnassingbé, inaugurent l’hôtel Radisson Blu

Ce 27 avril, le Togo commémore le 56ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Plusieurs activités se multiplient notamment des cérémonies d’inauguration tout azimut : la nouvelle aérogare, le siège de la société SGI en face de la direction de l’Office Togolais des Recettes (OTR), une usine d’assemblage de motos à notsè… Une série de projets a été lancée par Faure Gnassingbé notamment un nouveau produit du Fond National de la Finance Inclusive (FNFI).

Par Marcelle Apévi

56ème anniversaire de l’indépendance du Togo : une pluie d’inauguration pour narguer la majorité pauvre
Ashok Gupta et Faure Gnassingbé, inaugurent l’hôtel Radisson Blu

Egalement au programme, la finale de la Coupe de l’Indépendance du Togo et aussi l’inauguration du Radison Blu Hôtel, ex Hôtel 2 février. En prélude à cette célébration, une diminution du prix à la pompe des produits pétroliers a été opérée.

De très bonnes initiatives qui ne prêtent finalement que pour la chapelle de la minorité qui pillent les ressources du pays. Puisqu’en réalité, la fête de l’indépendance doit être une occasion pour tous les fils et toutes les filles du pays de célébrer dans de bonnes conditions, la paix au cœur. Tel n’et nullement le cas. Faure Gnassingbé réduit les togolais au silence dans un contexte de précarité où il est difficile à la majorité pauvre de manger une seule fois par jour.


56 ans dans la vie d’une nation n’aurait être célébrés dans un contexte de division entre ses fils et filles. Tel est malheureusement le cas pour le Togo où une minorité riche pille et s’accapare les ressources du pays, tandis que la majorité croupi dans une misère ambiante, une précarité absolue.

Au lot des projets lancés par Faure Gnassingbé à l’occasion de cette célébration, figure un projet qui clochardise les chefs traditionnels qui sont appelés de fait, garants des us et coutumes. Si 56 ans après son indépendance, c’est l’Etat qui doit acheter un téléphone portable muni d’un kit de connexion et de crédits à un chef traditionnel afin que ce dernier puise informer des faits qui se produisent dans sa localité, et aussi faire-part des besoins des populations au gouvernement, il est clairement compréhensible que Faure Gnassingbé et ses amis déduisent parfaitement et clairement que ces chefs n’ont pas un train de vie qui leur permet de s’acheter un téléphone mobile, un kit de connexion et voir du crédits. Ce qui vient donc justifier la thèse des difficultés que traverse la majorité pauvre du Togo.

Au-delà de toute considération, ce projet est une insulte à l’endroit de ces messieurs aux pagnes traditionnels qui sont devenus des vassaux du pouvoir, contrairement à leur statut qui voudrait qu’ils soient le garant des us et coutumes.

Cela permet également de retourner parler de ces projets qui consistent à faire des prêts de 30000 aux pauvres femmes, sous prétexte qu’on leur crée une pseudo-autonomie financière. Tout est en réalité une chosification de ces six millions d’habitants qui ont leur destin hypothéqué et pris en otage par une quarantaine d’individus qui décident de leur sort.

Triste célébration au nom duquel d’ailleurs, de mesures absurdes sont prises pour réduire le bas-peuple au silence et le maintenir dans une résignation absurde.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.