A qui profitent les soi-disant « résultats encourageants » de l’OTR ?

Henry Gaperi, le commissaire général de l’Office Togolais des Recettes (OTR)
Henry Gaperi, le commissaire général de l’Office Togolais des Recettes (OTR)

Henry Gaperi, le commissaire général de l’Office Togolais des Recettes (OTR)
Henry Gaperi, le commissaire général de l’Office Togolais des Recettes (OTR)
Par togo-online
Selon les messages véhiculés à travers des spots publicitaires, tant sur des radios que sur des chaines de télévision, les ressources de l’Office Togolais des Recettes (OTR) devraient permettre de construire le Togo, notamment les infrastructures routières, les établissements scolaires, les centres de santé… Elles devraient également permettre de promouvoir l’éducation pour tous y compris celle de la jeune fille, parlant aussi de la gratuité aux cours primaires.

Trop redondant, ce message constitue une sorte de masturbation psychologique dont le but est de contraindre le citoyen lambda à honorer ses engagements vis-à-vis de la fiscalité et des impôts. Au nom de cette pensée, des agents de l’OTR traquent jusque dans leur dernier retranchement les petits commerçants, allant jusqu’à fermer leur petit commerce. Dans leurs interventions, ils affichent un zèle inutile qui embrigade les togolais et oriente leur pensée de plus en plus vers une sorte d’escroquerie d’Etat.

Contre leur gré, les commerçants s’accrochent à cette réalité qui fait plus mal qu’elle contribue au développement économique.
Au départ, le fait que l’OTR soit une politique à partir de laquelle plusieurs milliers d’agents des douanes, des impôts et des services généraux ont été sacrifiés sur ce que le prince Faure Gnassingbé a appelé « hôtel des réformes », a plus édifié sur l’efficacité de la finalité de cette fusion des deux grandes régies financières du Togo.

L’avantage va plutôt à l’endroit de la minorité qui continue de s’accaparer des ressources du Togo, laissant croupir dans le cachot du désespoir, le peuple ou si vous voulez la majorité. Les chiffres avancés en matière d’avancées significatives sur le plan économique largement en déphasage avec la réalité de vie des citoyens. On parle alors de plus en plus de vie chère, de la hausse des prix des produits de premières nécessités, le tout découlant d’un pouvoir d’achat malheureusement trop faible.

La dernière fois, comme si cela ne suffisait, le canado-rwandais, orchestre de cette escroquerie étatique a mentionné que les résultats de l’OTR en 9 mois de travail sont satisfaisants et donc dépassent les prévisions. Ce qui signifie en temps normal que le Togo dispose de moyens pour régler certains problèmes qui mettent à rude épreuve la vie quotidienne de la majorité des citoyens togolais. Avec cette soi-disant avancée, l’on s’attendait à une répercussion sur le panier de la ménagère. Bien au contraire, l’on assiste plutôt à une augmentation du coût de la vie plus qu’il l’était. Les prix à la pompe des produits pétroliers sont alarmants, les primes de rentrée et de bibliothèque des enseignements sont restés impayés, les fonds de roulement des établissements scolaires insignifiant et difficilement encaissables, les fonctionnaires toujours dans la précarité…, sans oublier les conditions inhumaines et dégradantes dans lesquelles sont abandonnées les hôpitaux du pays. Au même moment, la minorité poursuit sa vie de sultan, le prince toujours joli papillon dans les airs à coût de milliard au dos du contribuable togolais, Robert Dussey concurrençant Faure Gnassingbé en matière de voyage, le tout puissant Ayassor toujours dans son fameux projet 10%…, Cina Lawson faisant pousser de grands bulding du sol tout comme plusieurs autres ministres du gouvernement…

A qui profitent alors ces résultats dits encourageants de l’OTR ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.