Accroché à la transparence de l’élection présidentielle au Togo, Alberto Olympio continue de créer l’insomnie à la CENI

Alberto Olympio
Alberto Olympio, président du Parti des Togolais

Alberto Olympio
Alberto Olympio, président du Parti des Togolais
Le premier candidat déclaré à l’élection présidentielle de cette année au Togo, Alberto Olympio, continue de semer la panique au sein de la CENI et par ricochet du pouvoir RPT/UNIR. Cet Ingénieur diplômé en informatique Microsoft et homme d’affaires, président du Parti des Togolais et frère de Harry Olympio, se prévalant des dispositions de l’article 60 du code électoral qui autorise l’accès au fichier électoral à tout parti politique régulièrement installé au Togo, continue de créer l’insomnie à la CENI, à la Cour Constitutionnelle et au régime RPT/UNIR.

Cette préoccupation première du président du parti des Togolais, Alberto Olympio se révèle comme une menace au dispositif de fraude électronique auquel a toujours recours le parti cinquantenaire pour frauder les élections au Togo. Pour preuve, Alberto Olympio pointe du doigt, l’enrôlement six fois avec la même photo, la même identité et la même emprunte d’Issifou Taffa Tabiou, président de la CENI, lors de l’opération de simulation en prélude à celle officiellement lancée le 20 janvier dernier.

Ce fait, selon Alberto Olympio constitue une preuve palpable des anomalies qui minent le fichier électoral notamment les doublons, les noms des personnes décédées, les noms des mineurs … que contiendrait déjà le fichier électoral. Il s’agit pour le président du Parti des Togolais d’œuvrer à dépouiller le fichier électoral à travers un algorithme, de toutes ces insuffisances. Une opération que celui-ci compte faire en présence de toute l’équipe technique de la CENI, des médias, des ambassadeurs accrédités au Togo et des partenaires techniques et financiers du Togo. « Si ni le pouvoir en place ni la CENI n’ont rien à cacher alors pourquoi me refusent-t-ils ce droit? », se demande Alberto Olympio.

Pour défendre l’indéfendable, le pouvoir RPT/UNIR a largué ses griots sur les antennes pour fustiger ce droit d’accès au fichier électoral reconnu par le code électoral à Alberto Olympio, président d’un parti politique régulièrement installé au Togo. Dans les propos et arguments fallacieux développés par ceux-ci, il ressort la peur de voir Alberto Olympio lui-même bourrer le fichier électoral. Chose paradoxale car, en cherchant à défendre l’indéfendable, ces griots révèlent l’incompétence de l’équipe technique de la CENI qui n’est en réalité outillée que pour les fraudes électorales.

Vu la ténacité de Alberto Olympio à obtenir gain de cause par rapport à ses exigences et face au refus de la CENI qui ne compte lui donner le fichier qu’en format PDF, ce que Alberto refuse, l’on se demande ce que l’avenir réserve au processus électoral.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.