32.1 C
Lomé
Tuesday, June 15, 2021

Cette pauvreté qui tue les Togolais lentement mais sûrement

Les unes des journaux

Cette pauvreté qui tue les Togolais lentement mais sûrement
Cette pauvreté qui tue les Togolais lentement mais sûrement

La longue crise togolaise est avant tout politique. Mais ses conséquences débordent largement sur l’économie et le social. La population en est la principale victime.

Selon la dernière étude menée en 2017 par l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographiques (INSEED-Togo), avec les financements du PNUD et de la Banque Mondiale, la cartographie de la pauvreté au Togo présente une situation alarmante. Les chiffres montrent que sur le plan national, plus de 53% des Togolais vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ce qui est considérable. Mais ce chiffre moyen cache des situations encore plus dramatiques dans certaines zones. C’est le cas de la préfecture de Kpendjal qui enregistre 70,3% de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté et même de 77,2% pour la préfecture de l’Oti Sud. Le niveau de pauvreté demeure alarmant dans ces zones, même si elles ont connu un frémissement d’amélioration ces dernières années.

Ce qui n’est ni le cas de la région maritime qui abrite en gros le tiers de la population nationale – 7,8 millions de Togolais – ni celui de la capitale Lomé. La situation y empire dangereusement. La pauvreté est montée à 52,6% dans la région maritime et à 30,3% à Lomé. Quand le plus important centre urbain du pays a le tiers de sa population qui vit en dessous du seuil de pauvreté, la seule question en suspens est de savoir quand aura lieu l’explosion sociale.

Les chiffres du Fonds monétaire international (FMI) indiquent que la croissance du PIB passe de 4,9% en 2018 à 5,3% en 2019. Le Togo s’enrichit. Pendant ce temps, un grand nombre de Togolais deviennent de plus en plus pauvres. Cherchez l’erreur !

Comment ne pas mettre en relief le confinement de la population dans la trappe à pauvreté, malgré l’enrichissement du pays, d’un côté, avec la corruption endémique que mettent régulièrement en lumière les médias d’investigation et la mauvaise gouvernance que dénonce continuellement l’opposition, de l’autre côté ?

La dernière affaire de détournement de deniers publics mise en lumière par le journal L’Alternative est celle du PétroleGate. Elle porterait sur le montant vertigineux de 500 milliards de Francs cfa. C’est la moitié du budget national ! Et depuis le 9 juin 2020 que ce scandale est mis sur la place publique, il n’y a toujours pas eu la moindre réaction, ni du gouvernement, ni d’aucune autre institution, si ce n’est une convocation du journal par la justice suite à une plainte de l’un des mis en cause.

Dans son rapport de 2019 sur le développement humain, le PNUD classe le Togo au 167ième rang sur 189 pays évalués. Cette position peu glorieuse du Togo souligne de grandes défaillances structurelles en matière d’accès aux services de base tels que l’eau et l’électricité, la santé de premier niveau et l’éducation de base. Le chômage chronique qui frappe la population, particulièrement les jeunes, vient appuyer ce classement.

Le gouvernement a lancé en 2018 le Plan National de Développement (PND) destiné à sortir les Togolais de la pauvreté et à mettre le Togo sur les rails du développement. Deux ans après, ce plan, comme les précédents, piétine et augure d’un lendemain qui déchante.

Pendant que l’Etat cherche désespérément de l’argent pour financer les projets du PND supposés développer le pays, le régime togolais jette des dizaines de milliards de francs cfa par la fenêtre pour acquérir un puissant logiciel dans l’unique but de surveiller l’espace privé des opposants, des prélats et des responsables de la société civile. Quel cynisme !

Tant que les énergies seront focalisées sur les questions politiques dans un contexte dépourvu de démocratie, il sera bien laborieux d’apporter des réponses appropriées aux besoins de développement économique et d’amélioration significative des services de base.

Ensemble nous devons trouver les voies de l’assainissement politique, afin de reconstruire un vivre-ensemble harmonieux. C’est à ce seul prix que le Togo sortira des tourments politiques et prendra son envol.

Gamesu

Nathaniel Olympio
Président du Parti Des Togolais

Publié le 17 Août 2020

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : La solution « magique » de la STT contre l’inflation et la hausse des prix des produits pétroliers

Ces derniers jours, les Togolais se plaignent de la cherté de la vie. Pour cause, les produits de première nécessité ont connu...

Covid-19 Togo : 4 nouvelles contaminations dans la préfecture d’Agoe

Hier, quatre nouveaux cas positifs ont été enregistrés dans la préfecture d’Agoe. C’est ce qu’indique le site officiel du gouvernement. Le même site...

Togo : Agbeyomé Kodjo va faire un voyage sans retour

Telle est la prophétie faite par Maranatha Mashia’h de l’église « clinique Immanuel Temple du Saint Esprit », récemment fermée au Togo. Même...

Que sont devenues Réckya Madougou et ses valises d’argent dont parlait Patrice Talon?

Par Samari Tchadjobo «Elle débarque avec des valises d’argent, des sponsors de chefs d’Etat des pays voisins, a indiqué Patrice Talon dans...

Togo : Curieux silence des associations de consommateurs

La vie chère s'accentue, intensifiant la souffrance des populations Togolaises qui tirent déjà le diable par la queue. La situation est plus...

LIBERTÉ POUR DJIMON ORÈ ET TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES DU RÉGIME GNASSINGBÉ

Par Ayayi Togoata APEDO-AMAHLa présence de prisonniers politiques dans les geôles du régime policier constitue un cinglant démenti à la fiction de...

Lutte pour la démocratie au Togo : les leçons de l’heure

"Lutte pour la démocratie au Togo : les leçons de l’heure", c’est le titre d’une tribune publiée sur Facebook par Gnimdéwa Atakpama,...

La faute aux quatre coups KO: que les crétins louangeurs sortent des bois!

Par Kodjo EpouQuelque chose, en nous, s'est brisé. Le Togolais est devenu indéfinissable, même méconnaissable. Son pays aussi l'est, et en pire,...
- Advertisement -
error: Content is protected !!