Comprendre l’histoire de Faure et les langues locales

Comprendre l'histoire de Faure et les langues locales
Faure Gnassingbé au lancement du rapport pays Doing Business 2020, Lomé, 31 octobre 2019

Il est l’un des chefs d’Etat le plus distant au monde. S’assurant des instruments de fabrication des résultats aux élections au Togo, Faure Gnassingbé n’a que faire du peuple. Il n’en a point besoin pour continuer de régenter le Togo à la suite de son père.

Il comprend et parle couramment le mina et le kabyè. Mais il en parle rarement en public. Comme une hirondelle qui annonce le printemps, dès que l’on entend le président du RPT puis de UNIR s’exprimer dans l’une de ses deux langues du Togo, c’est qu’une échéance électorale s’annonce. La langue étant un puissant outil de rapprochement avec la communauté locutrice, le successeur de Eyadèma Gnassingbé ne s’exprime dans ces deux langues du Togo en public que pour la précampagne et la campagne électorale.

Une sorte de renard qui sait flatter les gens pour abuser de leur confiance. A l’occasion de la présentation du rapport-pays du Doing Business le jeudi 31 octobre dernier, Faure Gnassingbé a repris service. Devant un parterre de personnalités étrangères qui ne comprennent pas la langue, même certains de ses proches, il a balancé: « Déké mianto migblona, nyé moulé dzi la dou noukpin année prochaine oo (mina) (Je ne veux pas être couvert de honte l’année prochaine) ». Un freestyle qui a arraché quelques applaudissements à ses courtisans et laudateurs et continue de faire le buzz.

En réalité, quand bien même le français est la langue officielle, il y a plusieurs occasions qui s’offrent à Faure Gnassingbé de s’exprimer dans les langues locales pour expliquer certaines préoccupations.

Malheureusement comme l’ensemble de sa politique de tromperie généralisée, il ne le fait que pour appâter en précampagne et campagne électorale. Qui n’a pas en tête « Vous-mêmes vous savez que je ne parle pas beaucoup » en mina dans le Grand Kloto et bien d’autres flatteries en kabyè aux jeunes à l’occasion des Evala.

Ceci étant dit, l’histoire de Faure Gnassingbé avec les langues locales se résume à la flatterie et au faux rapprochement avec le peuple.

Honoré ADONTUI

Source: Le Correcteur – N°901 du 04 Novembre 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.