Déclaration liminaire de la conférence de presse de la coalition des 14 ce 09 Juillet 2019

Déclaration liminaire de la conférence de presse de la coalition des 14 ce 09 Juillet 2019
Conférence de presse de la coalition des 14 ce Mardi 09 Juillet 2019

Les résultats provisoires des élections municipales du 30 juin proclamés le vendredi 05 Juillet 2019 par la CENI attribuent à la C14 131 sièges.

La C14 voudrait tout d’abord préciser que le nombre total de ses conseillers s’élève à 136 en tenant compte de ceux élus sur les trois listes dans lesquelles sont impliqués le PSR et l’ADDI.

Au-delà de ces préliminaires, la C14 tient à faire observer que ces résultats provisoires ne sont en rien conformes à la réalité.
Ils consacrent le renversement des valeurs morales et l’absence de toute étique politique que les tenants du système plus que cinquantenaire utilisent sans vergogne pour se maintenir au pouvoir et qui lui ont permis de s’octroyer 895 conseillers.

En d’autres termes, le régime apprend aux citoyens à tricher, à voler, à être violents et à ne pas vivre des fruits de leur travail. Quelle société pouvons-nous bâtir dans ces conditions !!!

En effet, plusieurs anomalies graves ont entaché la fiabilité des élections locales que les populations togolaises ont attendues pendant des décennies et montré la mainmise totale du pouvoir sur l’ensemble du processus électoral.

Ces anomalies sont entre autres :

  • la révision des listes électorales totalement biaisée pour empêcher des citoyens de se faire inscrire
  • le refus délibéré de la CENI de sensibiliser les populations togolaises à participer aux élections locales.
  • les conditions discriminatoires dans lesquelles les listes de l’opposition ont été invalidées dont 12 de la C14.
  • la volonté d’opacité affichée par le pouvoir en refusant l’accréditation à tous les observateurs nationaux.
  • les nombreux cas de fraudes notamment, les bourrages d’urnes attestés par le fait que dans certains bureaux de vote le nombre de bulletins de vote retrouvés dans les urnes est largement supérieur au nombre de votants, que des délégués de la C14 ont été violentés et renvoyés des bureaux de vote ; c’est le cas par exemple dans l’Ogou, dans Kpendjal Ouest, dans Tone, dans le Zio où un ancien député UNIR a été le grand artisan de la manœuvre. L’achat des votes par la remise d’argent le jour du vote à des électeurs, l’achat des membres des bureaux de vote sont également d’autres formes de fraudes décelées.

Enfin l’utilisation massive de bulletins pré-votés amène à s’interroger sur leur origine et le rôle de la CENI et ses démembrements dans la mise à disposition de ces bulletins à un parti qui se trouve être le parti au pouvoir. Tout cela pose le problème de sécurisation du matériel électoral.

Le comble de l’immoralité vient du fait que les personnes prises en flagrant délit de fraude et qui sont toutes de UNIR n’ont nullement été inquiétées. Les rares qui ont été arrêtées et remises à la gendarmerie ont été relâchées sur ordre des premiers responsables de ce parti. Le cas a été observé à Anfoin, dans le Zio et dans l’Ogu.

La stratégie élaborée par la CENI consistant à ne prévoir au plus que trois procèsverbaux dans les bureaux de vote de manière à en priver les délégués de l’opposition en violation du code électoral, participe au vaste plan de fraudes élaboré par le régime.

Malgré toutes ces anomalies et fraudes, la C14 ne regrette pas d’avoir pris la décision courageuse de participer à ces élections.

Après la proclamation des résultats provisoires par la CENI, elle a introduit des recours fondés sur les preuves en sa possession.

La C14 voudrait saisir l’opportunité de cette conférence de presse pour remercier les électeurs qui ont accordé leurs voix à l’opposition démocratique en général et à la C14 en particulier.

Cette étape du processus vers l’instauration de la démocratie par l’alternance à l’horizon 2020 s’achève avec la démonstration de l’extrême vulnérabilité matérielle d’une frange importante des électeurs appauvris par le régime, la démotivation d’une immense proportion de la population comme en témoigne le faible taux de participation.

Mais la plus grande leçon et le signal fort que les populations togolaises ont adressés à toute l’opposition à travers les résultats proclamés est qu’elle est obligée de s’entendre si elle veut contrôler des mairies. En clair, nos compatriotes ont voulu signifier par les suffrages exprimés que l’unité d’action de l’opposition est une nécessité incontournable.

La C14 en a pris acte et espère que la leçon est comprise par tous.

Elle lance donc encore une fois un appel vibrant à toutes les forces démocratiques, ceux qui ont pris part au scrutin comme ceux qui l’ont boycotté, qu’ils soient membres de partis politiques, de la société civile ou de la diaspora, pour une remobilisation générale en vue de la poursuite du combat pour l’alternance en 2020 et la libération de tous les détenus politiques pris en otage depuis plusieurs mois.

En paraphrasant Winston Churchill, la C14 rappelle aux togolaises et togolais que tout succès qui n’est pas fondé sur des valeurs est éphémère, qu’aucun revers après un combat juste ne peut être définitif et que ce qui compte c’est le courage de continuer.

La lutte populaire est invincible

Fait à Lomé le 09 Juillet 2019
Pour la Coalition, la Coordinatrice
Kafui Brigitte ADJAMAGBO-JOHNSON

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.