Des élections locales sous hautes tensions dans l’Ogou

Des élections locales sous hautes tensions dans l’Ogou

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
Depuis quelques heures, l’on est fixé sur les dates clés dans l’organisation d’élections locales historiques au Togo. Si la révision des listes électorales démarre le 16 Mai 2019, le scrutin local se tiendra le 30 Juin 2019, selon nos informations. Contrairement à la logique qui voudrait que les populations accordent un certain crédit à ce rendez-vous important en matière de gouvernement local, elles se campent sur la défensive, attendant avec impatience, les surprises que le RPT/UNIR a préparé comme dans ses habitudes. Ailleurs, un conflit ouvert s’observe entre communautés qui se disputent des portions de terres, suite à la délimitation inique faite par le gouvernement.

En effet, la délimitation faite divise des communautés et attribue le chef lieu aux cantons créés de toutes pièces.

Dans la préfecture de l’Ogou, l’administration publique associe les cantons de Datcha, Katoré et Akparé pour créer une commune qui aura pour chef lieu, Datcha.

Ce choix fâche les chefs traditionnels des cantons Katoré et Akparé qui s’insurgent et multiplient des actions, malgré les menaces et intimidations de retrait de leur décret de nomination.

Dans l’argumentaire développé par les chefs, il est question entre autres de l’inexistante d’une voix directe qui fait la liaison entre Datcha et les deux autres cantons. Pour se rendre à Datcha, les populations des deux cantons doivent impérativement faire une piste distante d’une trentaine de kilomètres avant de déboucher sur le carrefour Agbonou et continuer en direction de Lomé, sur la nationale numéro 1. Ainsi, pour tous besoins, ce périple sera imposant aux populations des deux cantons. Argument pertinent que refuse de prendre en compte le RPT/UNIR qui a choisi Datcha comme chef lieu, juste pour satisfaire l’égo d’un militant.

Dans un précédent découpage, Datcha était rattaché à Agbonou, les deux cantons Katoré et Akparé constituant une commune. Sur une plainte sans fondement du militant en question qui aspire à être nommé Maire, Datcha ne disposant d’aucune ressource, a visé les deux autres cantons qui disposent de marchés assez vastes et très animés et aussi d’autres atouts qui lui permettraient de se mettre plein la poche. Ce besoin de satisfaire le militant en question a sous-tendu la nouvelle délimitation qui prend en compte son désir.

Les populations de Katoré et Akparé sont donc obligés de se mettre sur le pied de guerre. Des voix s’élèvent pour tirer sur la sonnette d’alarme car l’effervescence est dans l’air et il suffira d’une étincelle pour déclencher un violent incendie que le RPT/UNIR ne pourra éteindre.

A suivre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.