Des enseignants dits volontaires face à la misère ambiante

Des enseignants dits volontaires face à la misère ambiante
Illustration

Par K. Monzonla, togo-online.net
Au Togo, le système éducatif est confronté à d’énormes difficultés notamment le manque d’infrastructures adéquats. Dans les zones rurales, l’école est abandonnée à son triste sort. En dehors du manque d’infrastructures dignes, le corps enseignant est abandonné dans une misère ambiante. Pas de salaire, pas de rémunération ne serait-ce pour subvenir à leurs besoins élémentaires… Pour ceux qui ont la malchance de se retrouver dans des localités où il n’y a ni eau, ni électricité, c’est un calvaire qui caractérise le quotidien.

Les travaux champêtres sont le seul moyen de subsistance auquel ils font recours pour survivre.

Ces conditions difficiles de travail répercutent sur le niveau de l’éducation au Togo. Du parlé à l’écrit, les enseignants et leurs élèves sont en conflit permanent avec la langue de Molière.

L’école n’est pas régulière comme on le trouve dans les grandes villes. Les acteurs privilégient le champ. Le travail à l’école va de 8h à 11h 30 dans la matinée et la soirée, c’est sauf qui peu. Il faut aller chercher le bois, puiser de l’eau ou encore aider les parents et les enseignants dans leurs champs respectifs.

L’enseignement au Togo est à l’abandon ou carrément paralysé. Le gouvernement ne s’en soucie guère.

En plein cœur d’un mandat dit social, le secteur est à rude épreuve avec des difficultés majeures aux côtés des mauvaises conditions de vie et de travail des travailleurs dans les différents secteurs.

Ainsi va l’éducation dans les zones rurales au Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.