Élections locales au Togo : le taux de participation provisoire estimé à 50,5%

Élections locales au Togo : le taux de participation provisoire estimé à 50,5%
Tchambakou Ayassor, président de la CENI

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
Et bien le chiffre présenté par le président de la CENI, Tchambakou Ayassor comme taux de participation laisse perplexe. A voire la réalité en face surtout avec la victoire de l’abstention sur la participation, l’on se demande d’où le missionnaire bleu sort ce pourcentage mensonger toute suite défié par celui du 20 décembre 2018 où l’opposition n’avait pas participé aux élections législatives.

Chose paradoxale qui étonne plus d’un. Ce n’est un secret pour personne que les populations Togolaises ont, dans leur majorité, boudé ces élections municipales, affichant une certaine fatigue face à l’éternelle question d’élections truquées.

En tout cas, lorsqu’on se rend compte que dans les bureaux de vote, sur 5000 inscrits, à peine 1000 votent, ce taux de participation du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ne peut que laisser perplexe.

Tchambakou Ayassor, fidèle au système de fraudes électorales, a certainement dit ce qu’on lui a dit de dire, sans trop regarder dans le miroir. « Le vote a démarré dans de meilleures conditions » a-t-il indiqué alors que tout le monde entier sait que ces élections ont été un rendez-vous de la fraude massive marquée par dtristes scènes de bourrage d’urnes.

On nous dira que l’opposition ne conteste pas. C’est vrai. Toutefois il faut souligner que l’objectif de l’opposition en participant à ces élections municipales n’est certainement pas de crier « au voleur » mais plutôt de poursuivre sa recherche de solution pour mettre fin à ce système dictatorial et assassin qui terrorise le peuple depuis plus de 50 ans. Il est également question d’évaluer les atouts pour permettre une participation réussi à l’élection présidentielle de 2020.
Il faut donc se mettre à l’œuvre pour parvenir à briser la chaîne et libérer le Togo du joug de la dictature des Gnassingbé qui mettent déjà au devant de la scène, leur troisième génération donc leurs petits-fils et petites-filles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.