Faure Gnassingbé, un rêve hantant

Faure Gnassingbé, un rêve hantant
Faure Gnassingbé

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
“Papa nous a dit de ne jamais laisser le pouvoir”. Ces paroles de Faure Gnassingbé, quelques temps après qu’il soit imposé au pouvoir par quelques officiers véreux de l’armée Togolaise, continuent de faire objet de méditation. Le Togo serait-il l’héritage que feu Général Gnassingbé Eyadema a laissé à ses nombreux progénitures? Autrement dit, est-ce une affaire de succession? Le sujet mérite des analyses approfondies pour permettre à l’opinion de mieux appréhender la situation et se donner les moyens d’en finir avec le statu quo.

Depuis 2005, le Togo connaît la succession d’un fils à son père, dans pratiquement les mêmes conditions dans lesquelles le Père a accédé au fauteuil de ce qui est censé être une République c’est-à-dire la chose publique. Ce qui porte à croire que les Gnassingbé considèrent le Togo comme une propriété privée et se font passer pour Dieu, ayant un pouvoir de vie et de mort sur le peuple togolais. Cette situation ferait des populations togolaises, des métayers dans le champ des Gnassingbé. La preuve, du Père au fils, ils décident du temps de respiration de chaque habitant du Togo.

Le pays est devenu une jungle dans laquelle le lion est roi. Les autres animaux étant des gibiers. Ce rêve hante vraiment l’esprit du jeune dictateur qui poursuit son chemin, obsédé par le pouvoir. Ainsi après trois mandats, Faure Gnassingbé court derrière un hypothétique quatrième mandat. L’homme a mis en place une CENI et une Cour Constitutionnelle à sa guise. Il roule sur les moyens de l’Etat, l’armée étant à l’œuvre, arrosant les espaces poussiéreuses pour permettre à l’homme d’intoxiquer l’opinion et abuser du tympan des pauvres populations, avec des propos injurieux et moqueurs du genre «Je vais faire pleuvoir le bonheur sur vous au cours de mon certain quatrième mandat».

Le rêve est tellement ensorcelant que Faure Gnassingbé refuse tout compromis avec sa propre conscience qui sait parfaitement que des jours sombres guettent le fils à Papa.

Si en 15 ans, la pluie n’a pas avalé la terre togolaise ou encore rempli la jarre, par quel miracle ce rêve s’accomplirait dans les cinq prochaines années ? L’homme ne peut-il pas se convaincre d’avoir atteint l’inaptocratie? Qui peut interpréter ce rêve profond au fils du grand baobab qui n’a pas aussi cru jusqu’à trépas ?

Faure Gnassingbé court et ne pense pas s’arrêter même si son cœur s’arrête. Il saute dans l’inconnu et préfère y faire le lit.

Le Togo est une République et non une monarchie. Même s’il en était une, les Gnassingbé n’en sont guère propriétaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.