Foly Satchivi et Marius Amagbegnon recouvrent la liberté mais toujours dans le viseur des autorités

Foly Satchivi et Marius Amagbegnon recouvrent la liberté mais toujours dans le viseur des autorités
La salle d’audience

Par Serge Lemask, togo-online.net
12 mois de prison avec sursis, c’est la peine requise par la chambre correctionnelle du Tribunal de Première Instance de Lomé contre le Président de la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE), Foly Satchivi et son camarade Marius Amagbegnon.

Comme annoncé la semaine dernière, le procès de Foly Sathivi et co-détenu a eu lieu hier après-midi. Et comme l’on pouvait s’y attendre, l’audience s’est déroulée sous haute surveillance des forces de l’ordre. Défendus par Me Zeus Ajavon, Me Paul Dodji Apévon, Me Raphael Kpandé-Adzaré et Me Celestin Agbogan, les deux étudiants accusés de troubles à l’ordre public, ont recouvré leur liberté à la suite du procès. Seulement, ces derniers retourneront directement en prison s’ils venaient à être encore arrêtés pour le même motif.

Une sentence contestée par les avocats qui parlent de justice à « double vitesse ».

A en croire Me Raphael Kpandé-Adzaré, le ministère public n’a pas apporté les preuves des accusations portées contre les deux étudiants.
« Sur la base des mêmes faits, on libère et sur la base des mêmes faits on condamne et ça c’est dommage », a-t-il déploré.

Au bout du compte, certains observateurs concluent qu’il s’agit d’un traquenard puisque les deux étudiants sont interdits d’organiser de réunions ou d’assemblées générales sur le campus et cependant un an. Sinon, ils retourneront directement en prison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.