Gamessou Ekué KPODAR, l’alternative crédible pour redresser le Togo

Gamessou Ekué KPODAR, l’alternative crédible pour redresser le Togo

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
La rumeur est devenue une clameur depuis hier 10 septembre 2019. Gamessou Ekué KPODAR a officiellement annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 2020 et se présente comme l’alternative crédible dotée de capacité et de compétence requises pour redresser le Togo au cours d’un mandat qui sera placé sous le sceau d’une transition. C’est à travers une conférence de presse à l’américaine tenue dans un grand hôtel de la capitale Togolaise, Lomé.

Dans un discours d’une trentaine de minutes, l’homme a posé un diagnostic clair de la situation sociopolitique et économique du Togo, mentionné les raisons qui sous-tendent sa candidature et étalé les grandes lignes du projet qu’il porte.

Du redressement de l’économie à la libération des énergies passant par la réconciliation armée-peuple, Gamessou Ekué KPODAR envisage la refondation du système de la santé et celui de l’éducation.

“GAMESSOU, La terre promise est plus proche que nous le pensions” a t-il clamé avec un accent particulier sur son ouverture à composer à avec tous ceux qui partagent la vision d’un Togo nouveau.

“Pas de chasse aux sorcières” a t-il martelé et invité le président Faure Gnassingbé à travers un appel fraternel et solennel au chef de l’État de faire preuve d’élévation de soi, de se mettre au-dessus de la mêlée, pour mûrir sa décision au sujet de 2020 ; de bien considérer les faits, sans interférence aucune, prendre en compte avec noblesse et grandeur l’intérêt général de notre pays, affronter courageusement sa conscience et sa responsabilité aux fins de prendre la bonne décision.
“Nous le savons capable de dépassement. Nous sommes convaincus qu’il sait qu’un grand leader doit soigner sa sortie afin de rentrer dans l’Histoire du bon côté.” a indiqué le candidat GAMESSOU.

“Y-a-t-il une fatalité à la fraude, à l’injustice, à la violence ? Devons-nous nous résigner à la servitude et au désespoir ? Je laisse le soin à chacun de trouver sa réponse.” a t-il lancé comme réflexion.

Lire l’intégralité de son discours de circonstance

Déclaration de candidature à l’élection présidentielle de 2020
Discours de Ekué Gaméssou Kpodar

Lomé, le 10 septembre 2019

Mesdames et messieurs les responsables et représentants de partis politiques,

Mesdames et messieurs les responsables et représentants d’organisations de la société civile,

Honorables invités,

Mesdames et messieurs les professionnels des médias,

Mesdames et messieurs.

Merci de votre présence ce matin. Je compte sur vous pour relayer au pays et au monde la déclaration qui suit.

Togolaises, Togolais, mes chers compatriotes

Il y a dans la vie des hommes et des femmes, comme dans la vie des nations, des moments cruciaux, des tournants décisifs, qu’il faut savoir négocier et aborder avec hauteur d’esprit, détermination et sagesse. En un mot prendre ses responsabilités malgré les défis et obstacles, tout en mesurant à leur juste valeur les risques inhérents afin de pouvoir mieux les anticiper et les maîtriser.

Je trouve opportun et essentiel de me présenter à vous. Je me nomme Ekué Gamessou Kpodar. Je suis né à Glidji-Kpodji dans une modeste famille il y a une soixantaine d’années. Je me présente humblement comme un expert économiste expérimenté, ayant exercé de hautes fonctions dans des institutions régionale et internationale. Je suis également un coach en développement personnel et leadership. Je crois et j’adhère aux valeurs d’humanisme, de démocratie, d’Etat de droit et de libéralisme économique à visage humain. J’ai pris ma retraite anticipée après 35 ans de vie professionnelle riche et diverse pour me mettre à l’écoute du Togo et de l’Afrique et voir comment je peux me rendre plus utile à notre pays.

Mes chers compatriotes,

L’année 2020 marquera 60 ans d’indépendance nominale de notre pays le Togo. Et bientôt, dans quelques mois, plus précisément au cours du premier trimestre de 2020, il va s’ouvrir devant nous un nouvel épisode de la vie politique nationale. Le Togo va tenir une élection présidentielle. Je voudrais saisir cette occasion pour m’entretenir avec vous sur les voies et moyens d’aborder cette période avec un esprit d’ouverture et de rassemblement qui épargne à notre pays des confrontations politiques stériles. Je voudrais m’entretenir avec vous sur comment, à partir de cette échéance cruciale, recréer la confiance et la concorde entre les filles et les fils du Togo, notre maison commune, et redonner de l’espoir à notre jeunesse.

Avant de continuer mes propos, je voudrais vous demander à toutes et tous d’avoir une pensée pour les pères de notre indépendance chèrement acquise. D’avoir une pensée pour nos compatriotes qui ont payé de leurs vies les conséquences néfastes des crises qui ont secoué et continuent de secouer notre pays. Je voudrais vous demander de nous associer aux douleurs des Togolaises et Togolais, y compris dans la Diaspora, qui ont souffert dans leur chair et qui continuent de souffrir d’une manière ou d’une autre des fracas de l’histoire singulière de notre pays.

Avec vous ici présents et, à travers vous, avec les femmes et les hommes de toutes les contrées du Togo, je m’incline devant la mémoire des disparus, des plus célèbres aux plus anonymes, de tous ceux qui, au regard de notre histoire mouvementée, incarnent la résistance face à l’injustice et l’oppression. Si demain la République est restaurée, si demain une démocratie inclusive, juste et humaine venait à s’installer durablement dans notre pays, ce sera grâce à eux, ces martyrs dont les familles attendent toujours de faire le deuil. Le Togo ne les oubliera pas. Jamais.

Au nom de ceux-là, au nom de tous, je me sens interpelé à un sursaut patriotique, au devoir de répondre et d’apporter ma modeste contribution. Face à leurs sacrifices, face à l’état de notre patrie commune, face à ma propre conscience, je ne saurais réfuter cet appel de servir et de me rendre plus utile à notre nation.

Mesdames, Messieurs, chers compatriotes, notre pays va mal. Trop mal. Ayons le courage de le reconnaître pour accepter et susciter le changement de système et de mentalité indispensables pour un renouveau politique, économique et social. Le Togo a été longtemps victime de nombreux fléaux : violence, mauvaise gouvernance, crises politiques récurrentes, prédation, vols et détournements, corruption, impunité, instrumentalisation de la justice, gabegie, concussion que sais-je encore. Le pays souffre d’un déficit démocratique qui est le résultat d’un verrouillage politique. Ainsi, le Togo est le seul pays de la sous-région ouest africaine qui n’a pas connu jusqu’à présent de véritable alternance au sommet de l’État. A ce verrouillage politique s’ajoute un verrouillage économique qui favorise une certaine minorité et tue l’esprit d’entreprise de la majorité. Ces blocages conjugués de plus en plus avec une profanation de nos traditions et autres patrimoines culturels, ne laissent aucun espace aux citoyens togolais pour s’exprimer, s’épanouir et entreprendre en toute liberté. Le génie créateur du peuple est ainsi étouffé.

Les conséquences vous les connaissez, nous les vivons toutes et tous.

En premier lieu, la peur, l’insécurité et le désespoir habitent nos populations. Sur ce sujet, je dirai qu’il n’est pas acceptable que dans un pays qui se targue d’être démocratique un togolais vivant à l’étranger soit empêché de retrouver son pays natal. Il n’est pas normal qu’un responsable politique de premier plan soit contraint à la clandestinité parce qu’il craint pour sa sécurité. Il n’est pas normal dans un état démocratique qu’une personne soit détenue indéfiniment sans jugement.

Ensuite, nous le constatons la misère s’est emparée de notre pays et a élu domicile dans toutes les familles. Elle frappe de plein fouet femmes, enfants, vieillards et jeunes, sans distinction d’âge, de sexe, d’ethnie. La majorité souffre de la cherté de la vie et de la baisse du pouvoir d’achat, le chômage et le sous-emploi généralisés qui frappent surtout la jeunesse. Nos structures de santé sont déficientes amenant certains à dire que nos hôpitaux sont de vrais mouroirs. Le système éducatif devient de plus en plus inadapté et ne permet plus de répondre aux exigences de ce 21eme siècle. Tout ceci amène la majorité de nos citoyens à ne plus avoir foi en la crédibilité de l’État.

Enfin, notre pays est très endetté. Une dette qui demeure au-dessus de la norme de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) en dépit d’une baisse en termes du produit intérieur brut observé ces deux dernières années. Notre pays consacre des ressources significatives au paiement des intérêts de la dette.

Face à ce constat, j’entends beaucoup de nos compatriotes désespérés, dire que notre pays ne pourra pas s’en sortir. La chute semble irréversible. Les résultats des élections législatives et ceux des municipales ont assommé encore plus d’autres. Pour beaucoup 2020 est déjà scellé. La question que nous devons nous poser est celle-ci. Y-a-t-il une fatalité à la fraude, à l’injustice, à la violence ? Devons-nous nous résigner à la servitude et au désespoir ? Je laisse le soin à chacun de trouver sa réponse.

Pour ma part, je suis de ceux qui pensent que c’est le peuple qui écrit son Histoire et que rien n’est définitivement écrit. Je crois que le changement est la seule chose qui n’est pas statique et que la terre promise est plus proche que nous le pensions. Comme dit un adage de notre sagesse ancestrale, « On a connu des pluies plus fortes, la terre les a toutes bues ».

Alors, malgré les difficultés, je suis optimiste pour mon pays et je crois en notre jeunesse. Je crois en notre Diaspora qui regorge de talents inimaginables prêts à rentrer et à servir si les conditions idoines sont réunies. Pendant mes déplacements partout dans le monde à travers ma carrière, j’ ai eu à rencontrer des compatriotes qui sont entrepreneurs, éducateurs, universitaires, chercheurs scientifiques, médecins etc.… qui expriment la même soif de mettre leurs compétences au service de la patrie, un jour, lorsque les conditions de leur retour seront réunies. Je crois que la diversité est une richesse et constitue une force si elle est bien utilisée.

Nous voulons, moi et les nombreux compatriotes qui partagent le même rêve, être porteurs d’espoir et d’espérance et conduire le Togo vers de nouveaux rivages, bâtir une nation prospère, solidaire et équitable pour nous-mêmes et pour les générations futures. Nous voulons recréer la confiance entre les citoyens, restaurer la crédibilité de l’État, et redonner au peuple sa liberté et sa dignité. En un mot, nous croyons fortement que nous sommes UNE ALERNATIVE CREDIBLE, que nous correspondons aux attentes légitimes de notre peuple, que nous pouvons offrir l’ALTERNANCE au Togo pour UNE AUTRE FAÇON DE GOUVERNER.

Pour toutes ces raisons, je déclare ma candidature à l’élection présidentielle de 2020.

Je mesure le poids et la complexité de la tâche de président de la République. J’en suis parfaitement conscient. Je pense que l’école de la vie, mon éducation, ma foi, ma culture, mon parcours, mes expériences personnelles et professionnelles m’ont préparé à cette mission.

Mesdames, Messieurs chers compatriotes.

Je voudrais d’abord marteler ici que le changement que veut le peuple togolais n’est contre aucune personne en particulier, aucune institution en particulier, aucun intérêt particulier. La reconquête de la Liberté et la Dignité va libérer le génie créateur du peuple pour l’intérêt général et l’accroissement du bien-être de tous.

Tout le monde gagnera à vivre dans un état véritablement démocratique dans lequel la force est au service du droit et de la justice. Nous n’allons pas passer notre temps à regarder dans le rétroviseur ou à montrer du doigt qui que ce soit. A quoi servira une chasse aux sorcières sinon à enfoncer un peu plus notre pays dans la division. Non, nous voulons résolument regarder vers l’avenir et préparer ensemble des lendemains meilleurs pour notre nation.

Nous vous proposons chers compatriotes une politique d’ouverture et de dialogue permanent et sincère. Nous avons la ferme volonté de travailler avec tout le monde sans exception pour promouvoir cette politique d’ouverture. Par ouverture j’entends, un gouvernement compétent se reposant sur une large majorité, une équipe bien qualifiée, étendue à toutes celles et ceux qui acceptent les principes inaltérables de la démocratie, de l’État de droit, de la bonne gouvernance politique et économique, de l’égalité des chances pour tous les citoyens et de la solidarité. Un gouvernement qui rendra compte régulièrement et en toute transparence de ses actions devant les représentants du peuple. Par dialogue, j’entends des rapports constants et confiants entre gouvernants et gouvernés. Un cadre sera créé à cet effet sous la responsabilité d’un vrai Médiateur de la République.

Parmi nos axes prioritaires, l’urgence est à la réconciliation recherchée depuis des lustres. Nous avons tous ensemble une nation à bâtir, à consolider. Plus tôt nous commencerons ce travail difficile mais incontournable de la réconciliation, plus vite nous apporterons les réponses aux attentes de nos concitoyens. Nous demandons au présent gouvernement de mettre en œuvre dès à présent les conditions de cette réconciliation, en permettant le retour au pays de tous fils du Togo qui le souhaitent. Je demande au gouvernement de laisser dès maintenant à tous les responsables politiques la possibilité d’exercer librement et dans la sécurité leurs activités légales. J’ai pour ma part la volonté de dépasser les clivages politiques et ethniques, les différences et les tranchées que certains de nos propres concitoyens, ont creusées devant nous, livrant ainsi cette vibrante nation aux incertitudes et au désespoir.

a réconciliation, c’est aussi réconcilier les forces de défense et de sécurité avec le peuple. L’alternance visée ne constitue pas une menace pour l’armée et les soldats qui la composent. Au contraire cette armée, que nous voulons républicaine et noble, sera le garant de la Nation et de l’intégrité territoriale, et le gardien des citoyens dans une démocratie restaurée, dans laquelle les forces seront motivées et valorisées pour être au service du droit et de la justice.

Une autre urgente priorité est d’investir dans le peuple togolais et l’encourager et le conduire à la passion du travail, du don de soi, et la recherche de l’excellence. Nous mettrons un accent particulier sur la formation du capital humain, premier facteur de développement dans un monde où le savoir et l’innovation sont la clé de l’avenir. Il s’agira de nourrir, soigner et éduquer nos populations, leur offrir des emplois décents et rémunérateurs, et protéger notre environnement. Cela nécessitera une reconstruction des secteurs de la santé et de l’éducation, une modernisation de notre agriculture et un accroissement de la transformation sur place de nos produits avec une valeur ajoutée. Nous misons sur une jeunesse dynamique, entreprenante, qui prend des risques et innove. En bref, une jeunesse qui rentre de plain-pied dans le 21eme siècle. L’État et le leadership que nous incarnerons accompagnera cette jeunesse foisonnante.

Pour réaliser ces priorités, nous voulons libérer les énergies et le génie créateur du peuple afin de dégager une croissance rapide et inclusive, avec la participation de chacune et chacun à la création de la richesse nationale et l’emploi. Nous veillerons que l’ascension sociale soit le fruit du travail, de la compétence et du mérite. Nous mettrons en œuvre des politiques appropriées pour rehausser le pouvoir d’achat de tous les Togolais et des filets sociaux en faveur des couches les plus vulnérables, les handicapés, les orphelins etc.

Le chantier est certes vaste mais réalisable. Avec une vision claire, une volonté politique affirmée, et une utilisation judicieuse des ressources du pays, l’exécution de ce chantier est à la portée de la nation togolaise.

L’année 2020 est décisive pour nous et pour nos enfants. Elle est décisive et même cruciale pour Notre patrie qui a besoin de retrouver un autre chemin, de se doter d’un autre système de gouvernance. C’est ce renouveau que je vous propose aujourd’hui.

Nous lançons un appel fraternel et solennel au chef de l’État de faire preuve d’élévation de soi, de se mettre au-dessus de la mêlée, pour mûrir sa décision au sujet de 2020 ; de bien considérer les faits, sans interférence aucune, prendre en compte avec noblesse et grandeur l’intérêt général de notre pays, affronter courageusement sa conscience et sa responsabilité aux fins de prendre la bonne décision. Nous le savons capable de dépassement. Nous sommes convaincus qu’il sait qu’un grand leader doit soigner sa sortie afin de rentrer dans l’Histoire du bon côté.

Nous lançons un appel à la population pour aller s’inscrire et obtenir leurs cartes d’électeurs et accomplir leur devoir de citoyen en votant massivement au cours des élections de 2020. A cet égard nous demandons au gouvernement de rouvrir le fichier électoral et de faciliter l’inscription, de manière efficiente, de tous togolais remplissant les conditions et apurer ce fichier. Nous demandons pour cela l’ouverture de bureaux d’ inscriptions permanents dans toutes les localités, ce qui éviteraient les cafouillages et frustrations qu’engendrent de longs délais. Un gouvernement qui n’a pas peur des suffrages du peuple doit favoriser une large participation des électeurs.

Nous lançons un appel aux acteurs politiques, à la société civile et à la Diaspora pour s’entendre sur une vision commune, mutualiser les forces et avancer, ensemble, main dans la main, sur le chemin qui nous amènera à l’alternance en 2020. Nous restons ouverts à toute initiative gagnante, à toute démarche patriotique, guidée par l’intérêt général, pouvant nous amener sur les voies d’une victoire pour notre peuple, une victoire où, à la fin et en considération de notre histoire, c’est tout le monde qui gagne. Pour cela, l’ esprit de sacrifice de tout un chacun doit prévaloir. Aussi, nous invitons tous les partis d’opposition -parlementaires comme extra parlementaires – la Société civile, les associations et personnes ressources de la Diaspora – Toutes les forces vives de s’impliquer en privilégiant le «NOUS» sur le «MOI».

La terre promise est plus proche que nous le pensions.

Nous lançons un appel à la communauté internationale pour qu’elle accompagne le Togo dans l’organisation de l’élection présidentielle de 2020 pour s’assurer que les conditions d’une élection transparente, crédible et sécurisée sont remplies et que la vérité des urnes soit proclamée.

Nous inscrivons ce mandat à venir sous le signe d’une transition et nous nous tenons prêts à œuvrer avec tous sans exception pour l’intérêt général et la solidarité nationale afin que pendant les cinq prochaines années à partir de 2020, nous fassions du Togo cet or de l’humanité tant voulu par les Pères de Notre indépendance.

Togolaises et Togolais, GAMESSOU

Il est temps de rassurer et de redonner de l’espoir à la jeunesse togolaise qui se cherche, aux commerçantes, commerçants et autres petits et moyens entrepreneurs qui sont entravés dans leurs activités.

GAMESSOU, il est temps de mettre un terme à la politique politicienne et de travailler ensemble pour le développement du Togo.

GAMESSOU, il est temps que le Togo devienne un pays de droit où tous les usagers de notre système judiciaire seront traités de façon équitable, en dehors de toute convenance politique ou ethnique.

GAMESSOU, il est temps de réconcilier l’Armée avec le peuple Togolais.

GAMESSOU, il est temps de mettre plus efficacement au profit du Togo, les compétences économiques, technologiques, intellectuelles, artistiques, culturelles et autres des Togolaises et Togolais de la Diaspora.

GAMESSOU, il est temps que tous les Togolaises et Togolais, sans exception, se sentent en sécurité chez eux.

GAMESSOU, il est temps que les vrais élus du peuple soient proclamés vainqueurs au Togo.

Enfin, GAMESSOU, il est temps que l’alternance politique au sommet de l’État soit une réalité en 2020.

A vous toutes et tous vous qui êtes présents ici et à celles et ceux qui m’écoutent à travers les media et réseaux sociaux, rejoignez-nous et aider moi à nous mobiliser pour l’alternance en 2020, une victoire commune.

GAMESSOU, La terre promise est plus proche que nous le pensions.

Que Dieu vous bénisse et Que Dieu bénisse le Togo.

Je vous remercie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.