Groupe CASTEL/BB : Thierry Feraud et le traffic criminel des boissons frelatées

Groupe CASTEL/BB : Thierry Feraud et le traffic criminel des boissons frelatées

« La Vérité si je mens » : Dans l’histoire de toutes les brasseries du monde et dans les entreprises alimentaires, il arrive des moments où des produits qui tendent vers la péremption ou impropres à la consommation soient détruits, au vu et au su des autorités et des consommateurs. Ceci est un signe de transparence et de crédibilité de l’entreprise qui met en confiance ses consommateurs. Jamais, la Brasserie du Bénin ne s’est donné cette peine de jeter à la poubelle les produits périmés ou affectés par les erreurs de production. La Direction se donne le plaisir d’introduire ces produits dans des circuits forains pour les faire consommer par les populations.

D’après les informations que nous avons recueillies, l’ancien Directeur commercial de la Brasserie a été viré à cause de ce trafic criminel. Il avait introduit, avec la complicité de ses supérieurs, une grande quantité de la boisson Pils dans des manifestations à la plage.

Certains distributeurs sérieux et honnêtes ont signalé, l’information est remontée à la base, en Suisse chez le Groupe Castel, la décision est prise, beaucoup ont été limogés.

Emmanuel Béchet, ancien Directeur administratif et financier complice de ce trafic doublé de la responsabilité d’un redressement fiscal de l’OTR (plus de 60 milliards) a été sauté et a quitté le Togo en avril 2018. Il sera remplacé par David Fustec qui a réussi à obtenir lui aussi son redressement.

Thierry Ferraud a été directeur adjoint jusqu’en avril dernier, avant de se faire confié le titre de directeur général lors d’une assemblée générale terminée en queue de poissons.

David Fustec, c’est le Directeur administratif et financier. Il était démarcheur de pétrole au Tchad, avant d’être affecté au Togo. C’est compréhensible qu’il confonde la gestion de pétrole et celle de la bière qui est produit de consommation alimentaire. C’est lui qui porte le fardeau d’un redressement sans précédent de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) qui a coûté à l’entreprise la bagatelle somme de plus de 100 millions payés en trois tranches de 40, 40, 28 millions de FCFA de janvier en mars.

Le sieur Darrah, est également cité, plusieurs opérations suspectes à son actif, notamment le scandale des canettes poreuses que la brasserie a rappelées et qui traînent encore sur le marché pour refus de la brasserie BB de recevoir de certaines commerçantes.

Amidou Konaté, le Directeur Commercial, meneur du jeu avec plusieurs partenaires en affaires de déversement de produits de mauvaise qualité. Les manifestations de prédilection, les Evalas à Kara, les activités à la plage, les grands évènements sportifs et les manifestations funéraires. Il affecte les mauvais produits sur le marché en toute impunité. Ce sont les affaires. Tant pis pour les consommateurs.

Revenons à l’essentiel : la Bière Pils. On risque de nous accuser de faire diversion.

Les Pils incriminées par les consommateurs et les distributeurs et grossistes qui ont eu l’honnêteté de nous livrer la forfaiture ont des caractéristiques propres que nous allons démontrer au moment opportun. Ce sont des produits périmés avant la date de péremption en raison d’une erreur de fabrication et de conditionnement. Cette information, nous la détenons des indiscrétions de la chaîne de production.

Leurs bouteilles, leurs emballages, leurs capsules, leurs couleurs, leurs goûts, naturellement diffèrent nettement de celles qui sont « normales » et qui se vendent aussi.

Si Thierry Feraud, le Directeur Général dit n’être pas au courant, David Fustec, DAF, le sieur Darrah, et le sieur Konaté qui constituent le consortium des affairistes savent bien de quoi nous parlons, de même que les nombreux commerciaux sur le terrain.

Les problèmes de la brasserie de Lomé sont profonds et affectent dangereusement la crédibilité du Groupe Castel qui est présenté à l’international comme un groupe très sérieux. Mais la gestion faite de la Brasserie BB de Lomé est atypique.

Dans la foulée, des responsables de syndicats de tenanciers de bars, de gros distributeurs de la BB soutiennent cet empoisonnement lent des consommateurs togolais. Ceci au nom de l’enrichissement sur des bases malhonnêtes.

Sinon, la réponse d’accusation de mauvaise qualité de produit ; exposition de médaille n’est pas la bienvenue. Nous reviendrons sur les contours d’attributions des médailles et prouver que cette distinction n’est pas une panacée. Les bouteilles des Pils gâtées traînent encore sur le marché. « La Vérité, si je mens. »

Carlos KETOHOU

Source : ndependantexpress.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.