Ibrahima Maimounatou ou la porte-parole défenseur de l’allié en difficulté

Ibrahima Maimounatou ou la porte-parole défenseur de l'allié en difficulté
Ibrahima Maimounatou

Par Marcelle Apévi, togo-online.net

Au Togo, le termes “marché sur la tête” semble être ce que certain proposerait et tenterait d’imposer au peuple. Dans un jeu trouble où l’Union des Forces de Changement (UFC) joue au jeu trouble, il fallait bien un avocat défenseur de diable affecté à Gilchrist Olympio par son allié RTP/UNIR. Et c’est la vice présidente de l’Assemblée nationale, Ibrahima Maimounatou qui se prête à l’exercice. Le choix serait motivé par la capacité de celle-ci à se sentir à l’aise dans des bassesses, vue qu’elle ne connait pas la honte.

Interrogée par une radio de la place, elle fait briller une démonstration alambiquée pour justifier la manipulation dont est victime l’UFC qui risque de disparaître totalement de la scène politique. Qui trop embrasse mal étreint dit l’adage. Si le RPT/UNIR insiste sur le fait que son allié doit obligatoirement trouver une place dans le lot des huit représentants des forces vives, n’en étant pas une, c’est que cet allié est sûr que l’UFC émiettera les voix des forces vives et fera balancer les décisions en faveur des dictateurs qui font tout pour s’imposer contre la volonté du peuple Togolais, celle de mettre fin à cette gouvernance cinquantenaire sans partage et de mains dures.
Ibrahima Maimounatou dans son vrombissement a mal caché la joie du chien face à la prise d’os dévêtu par le coq.

Question de bon sens et de droit

L’UFC à travers un accord qui n’engage que lui et le RPT/UNIR, co-gère le pays. Toutes les insuffisances qui sous-tendent les manifestations pour réclamer le changement sont imputables à l’UFC au même titre que le RPT/UNIR. Ainsi a t-on une configuration RPT/UNIR-UFC, une partie et C14 deuxième partie dans la crise qui a connu un rebondissement en août 2017. Pour être claire, les deux parties constituent les protagonistes de la crise Togolaise.

Secundo, le Togo de trouve dans ce qu’on appelle en droit constitutionnel, CIRCONSTANCE EXCEPTIONNELLE et en termes pratiques, la loi est mise en veilleuse en circonstance exceptionnelle, surtout que la loi, pour le cas du Togo, souffre d’insuffisances.

Ici, le débat n’est pas de savoir si l’UFC est parti parlementaire d’opposition ou non, ni si la loi qui souffre d’insuffisances consacre le chef de file de l’opposition ou non. Il s’agit de se demander si l’UFC est un allié du RPT/UNIR ou non, si l’UFC co-gère le pays avec son allié RPT/UNIT ou non.

C’est bien de cela qu’il s’agit, et la réponse, tout le monde la connaît sans se tromper.

Si en toute objectivité, on trouve une réponse claire et correcte à ces deux questions logiques, on ne peut soutenir ce mauvais jeu de l’UFC qui ne doit en réalité s’en prendre qu’à ses turpitudes et son inconstance en matière d’opposition qu’elle a été.

En choisissant de s’allier au dictateur, l’UFC devait mesurer le pour et le contre et s’attendre à être traitée comme tel et répondre comme tel.
Hypocrisie politique, c’est ce qui malheureusement transparaît dans les élucubrations que raconte le nouveau porte-parole du parti qui s’embrouille et expose mal les turpitudes du vieux parti agonisant.

Pour ce qui concerne l’interprétation du communiqué du comité de suivi relatif à la recomposition de la CENI, il serait mieux que les facilitateurs viennent exposer clairement leurs intentions afin qu’on en finisse. Mais, pour être sincère, il serait mal vu que ceux-ci appuient l’UFC dans son errement, sous la manipulation de son allié RPT/UNIR.
Le vieux HOMAWOO qui siège à la CENI depuis 2010, si bonne mémoire y ait, doit être sincère avec lui-même et se dire qu’il se fait du mal en acceptant cette manipulation éhontée. Démissionner pour donner chance à la recomposition de la CENI pour la reprise du processus électoral, c’est la décision la mieux indiquée pour entrer dans l’histoire de façon responsable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.