Interview de Rémy Moèvi, président d’Essor de Lomé

Interview de Rémy Moèvi, président d’Essor de LoméDepuis quelques jours, l’on s’active au niveau de la FTF pour l’organisation du championnat national de football de troisième division. De même dans les Etats-majors des clubs, c’est les mêmes engouements qui sont constatés ça et là. Entre autres clubs qui doivent prendre part à cette compétition, il faut se remémorer des clubs, en prime, aux clubs qui ont descendus de la D2 en D3 depuis 2009 et qui ont attendu pendant cette longue période de léthargie, supportant les dépenses sans pouvoir rentrer en compétition. C’est le cas par exemple de Essor de Lomé, club qui a régulièrement disputé les éditions 2006-2007, 2007-2008, 2008-2009 du championnat national de deuxième division avant de descendre en division inférieure. Mais ce club aura le malheur depuis sa descente, qu’il n’ait plus eu lieu de championnat de division 3 pour lui permettre d’assurer sa remontée. Et aujourd’hui que cette compétition est programmée, c’est à la surprise générale que le nom du club ne figure pas parmi les clubs engagés. Ce qui est tout a fait anormal pour un club qui se veut actuellement d’ailleurs l’un des mieux structurés de cette division 3 togolaise et légitime pensionnaire de cette division. Surtout que ce n’est pas de sa faute si depuis 2009 il n’y plus eu de championnat. Pourquoi un tel club, encore en activité, et non dissout n’a pas été retenu ? Qu’est-ce qui se cache derrière un tel oubli ? Sans pour autant apporter des réponses à ces interrogations puisque n’étant pas à l’origine de la constitution de la liste des clubs mis en lice, le président de Essor de Lomé, Rémy Moèvi, revient sur la vie au sein de ce club depuis les années 50 jusqu’à ce jour. Les projets mis en chantier depuis 2011 et qui font de ce club un solide challenger à la montée en division 2 au terme du championnat national de D3, auquel le club se dit plus que prêt à y participer, les grands chantiers en cours. Dans les lignes qui suivent, découvrez les réponses données par M. Moèvi aux questions de la rédaction.

Comment va aujourd’hui Essor de Lomé ?

Je dirai tout simplement que Essor de Lomé se porte merveilleusement bien. A juste titre parce que le 28 décembre 2011, les membres et sympathisants de l’Essor de Lomé m’ont confié la destinée de l’Association sportive pour pouvoir l’emmener de la 3ème division où elle est reléguée à la 1ère division au bout de trois années. Donc, nous sommes en train de travailler et nous avons accompli beaucoup de succès.

Avant de nous parler de ces succès engrangés, faites nous brièvement l’historique de Essor de Lomé…

Pour ceux qui ne connaissent pas Essor de Lomé, dans les années 50, je dirai de 52 à 57, Essor de Lomé a fait la gloire du football togolais. Essor de Lomé a remporté successivement le championnat national togolais de première division pendant cinq années successives et a remporté au même moment la coupe du Togo. Je suis donc fier de représenter ce club prestigieux qui a fait la gloire de Lomé. D’ailleurs, je me rappelle mon père a été le capitaine emblématique de cette équipe qui a fait ce parcours là, Germain Moèvi. Il a été ce capitaine là qui a donné ces coupes et ces championnats au Football club Essor de Lomé.

Nous savons que depuis décembre 2011 que vous avez pris les rênes de ce club, vous avez mis en chantier certains projets. Quels sont ces projets et où en est-on avec ces projets ?

Le football aujourd’hui ne peut pas se faire comme dans les années 50. Donc vu cet état d’esprit et avant de m’engager à prendre la direction de Essor, j’ai eu à négocier, à prendre un certain nombre d’attaches avec un certain nombre de partenaires pour pouvoir emmener nos jeunes à donner un nom à Essor de Lomé. Je m’explique : Essor de Lomé aujourd’hui représente 50 jeunes en formation sport-étude à l’Ecole Alpha de Lomé. Et nous en session sport-étude, nous avons recruté 50 jeunes par des critères très rigoureux, à savoir, avoir son BEPC, avoir un bon toucher de ballon. Et c’est cela qui a fait que la première année de recrutement, nous avons eu 25 qui ont fait la seconde l’année d’avant, 25 autres pour l’année qui suit. Ce qui fait qu’aujourd’hui, nous comptabilisons 50 garçons dont 25 en seconde et 25 en première. Et parmi ces 50 garçons aujourd’hui, nous avons sélectionné les meilleurs d’entre eux pour participer au championnat D3.

Sur le plan sportif, à part la sélection faite parmi ces 50 joueurs, qu’est-ce qui a été fait ?

Nos jeunes, déjà en championnat scolaire, ont été vice-champions, l’année dernière et cette année, ils ont remporté un certains nombres de coupes. Pour tout dire, ce sont des jeunes motivés que nous avons au sein du club, qui sont déterminés à gagner le championnat D3. Et ces jeunes, je peux vous avouer que ce sont eux qui sont la locomotive aujourd’hui de ma motivation à continuer à les accompagner. C’est le lieu aussi de remercier les membres du Bureau exécutif et sympathisants de Essor de Lomé qui ont bien voulu me faire confiance pour pouvoir accompagner ces jeunes là.

Accompagner ces jeunes, c’est pour un objectif. Qu’est que vous entendez atteindre comme objectif en accompagnant ces jeunes ?

J’ai promis à mon père, feu Germain Moèvi, de ramener Essor de Lomé en division Une au bout de trois ans. Et en trois ans, j’ai le devoir et l’obligation de le faire, et je vais le faire. Je compte le faire par le travail, parce que, il n’y a que le travail qui compte et par l’accompagnement de ces jeunes dans des compétitions, nationales et sous-régionales et internationales. Pour cela, j’ai pris attache avec un certain nombre d’associations sportives de la sous-région, et au niveau international principalement le Football club de Metz et les Girondins de Bordeaux en France. D’ailleurs, on a été invité et on s’y prépare afin que, quand les jeunes vont aller passer leur Bac en France l’année prochaine, on va leur faire disputer des matches avec le FC Metz et les Girondins de Bordeaux.

Seulement des matches ou des placements en vue ?

Pour l’instant nous n’avons pas des placements en vue, nous voulons d’abord aller en division Une. C’est notre but. Je ne suis pas là pour arrêter le travail d’un jeune qui veut réussir. S’il est bon et qu’au niveau international on arrive à le détecter, je ne le bloquerai pas dans son ambition. Au contraire, il sera un bon élément pour notre équipe nationale que j’ambitionne vraiment de voir représenter plusieurs jeunes parmi ceux qui sont en formation aujourd’hui.

Un mot de fin…

Chers sympathisants et membres de Essor, je vous dis merci pour le soutien dont on a bénéficié lors du congrès de décembre 2011, j’ai senti en vous une euphorie de voir un retour effectif de Essor de Lomé dans l’arène sportif togolais. C’est l’occasion de voir vos fruits se réaliser. Et ce sera à travers le championnat de D3 qui va démarrer dans quelques jours. Nous remercions les autorités de la place de pouvoir nous faire confiance aussi pour ne pas décevoir les jeunes qui se sont battus, qui se sont investis pour que Essor de Lomé puisse participer de manière effective à l’évolution et au développement du sport national dans notre pays.

Source: togoinfos

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.