28.1 C
Lomé
Sunday, October 17, 2021

La campagne médiatique quotidienne pour la libération des prisonniers politiques du Togo lancée

Les unes des journaux

 La campagne médiatique quotidienne pour la libération des prisonniers politiques du Togo lancée

Le Comité pour la Libération de tous les Détenus Politiques du Togo était face à la presse le 18 juillet 2021 à BrotherHomé, Lomé, à l’occasion de la Journée internationale Nelson Mandela célébrée le 18 juillet de chaque année, pour faire le point de la situation des activités qu’il mène pour la libération sans conditions des prisonniers politiques du Togo.

On note dans la déclaration liminaire du comité, lue par Claude Améganvi, qu’il y a à ce jour, au total 113 prisonniers politiques dont 108 actuellement vivants dont :
– 5 prisonniers politiques morts en détention en octobre
– Plus d’une dizaine de détenus malades dont 2 hospitalisés au Cabanon du CHU-Tokoin depuis plus de 8 mois et 1 libéré pour aller se faire soigner hors du milieu carcéral, tous arbitrairement arrêtés et en détention préventive ;
– 16 détenus arbitrairement arrêtés et en détention préventive dans l’Affaire GOMA Abdel-Aziz depuis 2018 ;
– 73 détenus arbitrairement arrêtés et en détention préventive dans l’affaire « Tigre Révolution » depuis 2019 ;
– 3 détenus arbitrairement arrêtés pour cause de manifestation pacifique de 2013 à 2018, jugés, condamnés et purgeant actuellement des peines d’emprisonnement allant de 4 à 10 ans ;
– 3 détenus arbitrairement arrêtés pour délit d’opinion depuis le début de l’année 2021 dont 1 en détention préventive et 2 jugés et condamnés à des peines de 8 à 24 mois de prison ;
– 3 détenus arrêtés depuis 2009, jugés et condamnés dans l’Affaire Kpatcha GNASSINGBE de complot contre la sûreté de l’Etat et purgeant actuellement des peines d’emprisonnement allant de 15 à 20 ans.

Le Comité dans le cadre de la lutte pour la libération de ces prisonniers politiques, a procédé au lancement d’une campagne médiatique qui consiste à diffuser quotidiennement dans les médias et sur les réseaux sociaux, une image conçue en macaron d’un prisonnier politique afin d’attirer l’attention du gouvernement et ses partenaires sur la nécessité de la libération de ces prisonniers politiques dont la plupart court un grand danger.

Le Mouvement Conscience Mandela qui suit avec un grand intérêt et une attention particulière, les nombreuses actions et campagnes que mène le Comité de lutte pour la libération des prisonniers politiques au Togo depuis sa création, a saisi l’occasion pour féliciter les premiers responsables dudit comité et répondant à son appel lancé pour le parrainage des détenus politiques, met symboliquement à la disposition du Comité une enveloppe de cinq cent mille (500.000) Francs CFA.

Il en a profité pour lancer aux côtés de la campagne médiatique quotidienne du comité, et à l’occasion de cette Journée Mandela, la caravane « SEMESTRE MANDELA AUX CÔTÉS DES DÉTENUS ». Selon le Mouvement Conscience Mandela (MCM), au cours de cette caravane, des actions concrètes seront posées en faveurs du monde carcéral.

Le MCM a également saisi l’occasion pour demander la libération de tous les prisonniers d’opinion, et la prise par les gouvernants, des mesures idoines pour assurer aux personnes privées de leur liberté, des conditions de détentions dans le strict respect dû à la dignité et à la valeur inhérentes à la personne humaine.

Lire les déclaration du Comité et du MCM

MESSAGE À L’OCCASION DE LA « JOURNÉE INTERNATIONALE NELSON MANDELA » 2021

Dans son message à l’occasion de la Journée internationale Nelson Mandela 2021, le Secrétaire Général de l’ONU, le Portugais António Guterres déclarait ceci :

« La journée internationale Nelson Mandela est une invitation à contempler la vie et l’héritage d’une figure mythique de la défense de la dignité, de l’égalité, de la justice et des droits de l’humain à l’échelle internationale. Chaque année, à l’occasion de l’anniversaire de Nelson Mandela, nous
rendons hommage à cet homme extraordinaire qui a su incarner les hautes aspirations de l’ONU et de l’humanité. Les exhortations de Madiba à la solidarité et à l’éradication du racisme sont particulièrement d’actualité dans monde où la cohésion sociale est menacée par les divisions. Nos sociétés se polarisent sous l’effet des discours de haine qui se multiplient et de la désinformation qui masque la vérité, favorise l’obscurantisme et mine les institutions démocratiques. Madiba nous a enseigné que chacun et chacune d’entre nous peut faire la différence en faveur de la paix, des droits humains, de l’harmonie avec la nature et de la dignité de tous. Inspirés par ce message et portés par son héritage, répondons tous présents à son appel à l’action ».

Pendant soixante-sept (67) ans en effet, Nelson Mandela a mis sa vie au service de l’humanité, en tant qu’avocat spécialiste des droits de l’homme, prisonnier de conscience, architecte international de la paix et premier président démocratiquement élu d’une Afrique du Sud libre. Détenu, pendant
de nombreuses années, pour ses opinions, Mandela n’en a pas moins conservé sa dignité, ne renonçant jamais à ses idéaux. Devenu Président en 1994, il s’éteint le 5 décembre 2013 en léguant à la gente humaine tout en entière un riche héritage né de ses convictions politiques.

Le 10 novembre 2009, l’Assemblée générale des Nations Unies proclame, par sa Résolution A/RES/64/13, le 18 juillet de chaque année la Journée internationale Nelson Mandela, afin de commémorer la contribution de Nelson Mandela à la promotion d’une culture de paix.

Durant cette journée, chaque citoyen du monde est appelé à consacrer symboliquement soixantesept (67) minutes de son temps à une œuvre au service de la collectivité, en mémoire des soixante-sept (67) années que Mandela a vouées à sa lutte pour la justice sociale, la liberté, l’égalité, la réconciliation et la diversité culturelle à l’échelle internationale. Chaque année donc, la Journée internationale Nelson Mandela nous rappelle que chacun à son niveau peut agir et inspirer le changement autour de lui. Chacun d’entre nous a la possibilité et la responsabilité de changer le monde pour le rendre meilleur. La Journée Mandela célèbre également une campagne
connue sous le nom de « 46664 », en référence au numéro de prison de Nelson Mandela à la prison de Robben Island.

En décembre 2015, l’Assemblée générale des Nations Unies décide d’étendre la portée de la Journée internationale Nelson Mandela afin de promouvoir les conditions de détention humaines et de sensibiliser l’opinion au fait que les détenus continuent de faire partie de la société, ainsi qu’à reconnaître l’importance particulière du travail social accompli par le personnel pénitentiaire.
Dans cette logique, elle adopte la Résolution 70/175 le 17 décembre 2015, qui prévoit l’Ensemble de règles minima des Nations Unies pour le traitement des détenus (Règles Nelson Mandela), dont la Règle 1 édicte comme principe fondamental que :

« Tous les détenus sont traités avec le respect dû à la dignité et à la valeur inhérentes à la personne humaine. Aucun détenu ne doit être soumis à la torture ni à d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, et tous les détenus sont protégés contre de tels actes, qui ne peuvent en
aucun cas être justifiés par quelque circonstance que ce soit. La sûreté et la sécurité des détenus, du personnel, des prestataires de services et des visiteurs doivent être assurées à tout moment » ;

Et ce, en hommage à l’œuvre accomplie par Nelson Rolihlahla Madiba Mandela, qui, du fait de son combat mondial en faveur des droits de l’homme, de l’égalité, de la démocratie et de la promotion d’une culture de paix, a passé 27 ans de sa vie en prison ; et dont la politique carcérale est illustrée
par sa phrase suivante : « Personne ne peut prétendre connaître vraiment une nation, à moins d’avoir vu l’intérieur de ses prisons. Une nation ne doit pas être jugée selon la manière dont elle traite ses citoyens les plus éminents, mais ses citoyens les plus faibles ».

Au cours de la Journée Mandela donc, de nombreuses personnes et organisations à travers le monde participent, comme c’est le cas actuellement, à de nombreuses activités qui aident à soutenir la consolidation de la paix, à traiter les causes majeures de la souffrance humaine et à
promouvoir les intérêts communs de l’humanité.

Le Mouvement Conscience Mandela suit avec un grand intérêt et une attention particulière, les nombreuses actions et campagnes que mène le Comité de lutte pour la libération des prisonniers politiques au Togo depuis sa création. Le Mouvement Conscience Mandela saisit l’occasion pour féliciter les premiers responsables dudit comité et répondant à son appel lancé pour le parrainage des détenus politiques, met symboliquement à la disposition du Comité une enveloppe de cinq cent mille (500.000) F CFA.

Le Mouvement Conscience Mandela lance, à l’occasion de cette Journée Mandela, la caravane « SEMESTRE MANDELA AUX CÔTÉS DES DÉTENUS ». Au cours de cette caravane, des actions concrètes seront posées en faveurs du monde carcéral.

Le Mouvement Conscience Mandela saisit une fois encore l’occasion pour demander la libération de tous les prisonniers d’opinion, et la prise par les gouvernants, des mesures idoines pour assurer aux personnes privées de leur liberté, des conditions de détentions dans le strict respect dû à la dignité et à la valeur inhérentes à la personne humaine.

Je vous remercie !

Fait à Lomé le 18 Juillet 2021,
Le Mouvement Conscience Mandela

COMITE POUR LA LIBERATION DE TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES DU TOGO

Déclaration liminaire de la Conférence de presse du dimanche 18 juillet 2021

Mesdames et messieurs les journalistes,

Nous tenons d’abord à vous remercier d’avoir aussi promptement répondu par votre présence à cette Conférence de presse à laquelle nous avons tenu à vous inviter en cette solennelle occasion de commémoration de la journée internationale Nelson MANDELA dédiée par l’ONU aux prisonniers politiques tous les 18 juillet.

Nous associant à la commémoration internationale de ce jour, nous tenons à rendre hommage à la mémoire de Nelson MANDELA et à tous les prisonniers politiques qui, dans tous les pays de par le monde, subissent injustement l’enfermement dans des lieux de détention de toutes natures pour le simple fait d’avoir exprimé des opinions divergentes de celles des régimes
politiques établis et exigeons leur libération immédiate et sans condition.

Revenant au Togo qui vient de subir le passage de l’Examen période universel (EPU) lors duquel a été révélé à nouveau tous les travers de notre système judiciaire, carcéral et institutionnel ainsi que l’état désastreux des libertés civiles et politiques qui y prévaut, nous tenons à présenter le tableau général des prisonniers politiques comme suit :
— 5 prisonniers politiques morts en détention en octobre 2020 et pour lesquels nous continuons à exiger que justice soit rendue en faisant les investigations nécessaires sur les causes de leur décès afin que des poursuites judiciaires soient engagées contre leurs auteurs et éventuels commanditaires, ceci, afin de mettre fin à l’impunité de ces crimes
politiques ;
— Plus d’une dizaine de détenus malades dont 2 hospitalisés au Cabanon du CHU-Tokoin depuis plus de 8 mois et 1 libéré pour aller se faire soigner hors du milieu carcéral, tous arbitrairement arrêtés et en détention préventive ;
— 16 détenus arbitrairement arrêtés et en détention préventive dans l’Affaire GOMA Abdel-Aziz depuis 2018 ;
— 73 détenus arbitrairement arrêtés et en détention préventive dans l’affaire « Tigre Révolution » depuis 2019 ;
— 3 détenus arbitrairement arrêtés pour cause de manifestation pacifique de 2013 à 2018, jugés, condamnés et purgeant actuellement des peines d’emprisonnement allant de 4 à 10 ans ;
— 3 détenus arbitrairement arrêtés pour délit d’opinion depuis le début de l’année 2021 dont 1 en détention préventive et 2 jugés et condamnés à des peines de 8 à 24 mois de prison ;
— 3 détenus arrêtés depuis 2009, jugés et condamnés dans l’Affaire Kpatcha GNASSINGBE de complot contre la sûreté de l’Etat et purgeant actuellement des peines d’emprisonnement allant de 15 à 20 ans.
Soit au total 113 prisonniers politiques dont 108 sont actuellement vivants.

Nous saisissons l’occasion que nous offre cette journée solennelle pour réitérer à nouveau notre exigence de libération immédiate et sans condition de tous ces prisonniers politiques, en priorité ceux d’entre eux qui sont malades et qui vivent dans les conditions carcérales atroces que nous avons exposées dans notre Conférence de presse du jeudi 10 juin dernier.

Nous tenons à réaffirmer solennellement ici que nous ne cesserons jamais de poursuivre le combat jusqu’à la libération complète de tous ces détenus politiques.

Nous nous félicitions de ce que nos compatriotes de la diaspora ont repris à leur compte le combat que nous avons engagé pour la libération de tous les prisonniers politiques du Togo en lançant une initiative internationale de leur parrainage qui les amène à mobiliser l’opinion internationale pour intervenir auprès des autorités togolaises afin d’exiger leur libération et à collecter des fonds pour leur venir en aide dans les domaines de la santé et de leurs besoins les plus vitaux.

Nous tenons à remercier tout particulièrement les regroupements Pyramide, Coditogo, Urgence Togo Germany et toutes les bonnes volontés qui ont, à ce jour, contribué à ce fonds de parrainage des détenus politiques et les exhortons à poursuivre leurs efforts pour les soutenir.

Grâce à la convergence de toutes ces actions que nous avons poursuivies jusqu’à ce jour y compris à travers des plaidoiries auprès des institutions en charge des détenus, nous avons la joie de vous informer que nous venons d’obtenir, vendredi 16 juillet 2021, la mise en liberté provisoire de M. YAKOUBOU-ABDOUL Akililou, Secrétaire général du PNP-Section Kpalimé,
arbitrairement arrêté le 25 janvier 2020 et détenu à la Prison civile de Lomé où il est tombé gravement malade, afin qu’il puisse se faire soigner dignement hors du milieu carcéral dont nous connaissons tous l’extrême précarité des conditions de détention.
Tout en nous félicitant de cette libération, nous exhortons les autorités togolaises à faire libérer tous les autres prisonniers politiques en priorité ceux qui sont malades afin qu’ils retrouvent leur plein droit à la santé conformément aux dispositions du Code de procédure pénale et à l’article 16, alinéa 1er de la Constitution de la IVe République togolaise qui dispose : « Tout prévenu ou détenu doit bénéficier d’un traitement qui préserve sa dignité, sa santé physique et mentale et qui aide à sa réinsertion 2
sociale». Ceci, afin qu’ils puissent aussi se faire soigner dans la dignité hors du milieu carcéral conformément à l’article 34 de la Constitution togolaise qui dispose : « L’Etat reconnaît aux citoyens le droit à la santé. Il œuvre à le promouvoir.” Au-delà, nous réitérons notre exigence de voir tous les prisonniers politiques du Togo libérés sans condition.

C’est pourquoi nous saisissons l’occasion solennelle que nous offre le présent événement pour annoncer le lancement d’une campagne médiatique quotidienne pour la libération des prisonniers politiques du Togo à partir de cette Conférence de presse.

Elle prendra la forme :
— 1°) de la présentation des informations de la situation de chacun des 113 prisonniers politiques chaque jour afin qu’elle soit relayée par la presse nationale, internationale ainsi que les réseaux sociaux et assimilés tous les jours de la semaine ;
— 2°) de la mise à disposition chaque jour, d’un macaron à l’effigie de chacun des 113 prisonniers politiques, macaron que nous demandons aux internautes de mettre sur leur profil Whatsapp ou facebook afin de sensibiliser l’opinion
publique sur la situation de tous ces 113 prisonniers politiques ;
— 3°) de deux vidéos que nous allons projeter tout à l’heure et que nous vous invitons à relayer largement au sein de l’opinion publique sur les plateformes Whatsapp, Facebook et Youtube, pour faire connaître la situation des
prisonniers politiques du Togo.

Nous vous remercions de votre attention.
Lomé, le 18 juillet 2021

 

 

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Du sourire aux lèvres des élèves de l’EPP Davié Anomé grâce à l’association « New Family »

Ce samedi 16 octobre 2021, l'association "New Family" était aux côtés des élèves démunis de l'école primaire publique de Davié Anomé (préfecture...

Le Covid Business en vogue au Togo

Les populations sont de plus en plus fatiguées, surtout avec les non-dits qui entourent la gestion de la pandémie à la covid-19...

Pétrolegate: Le procès en appel encore renvoyé

L’affaire dite « Pétrolegate » mettant aux prises le journal « L’Alternative » et la famille Adjakly est encore sur le tapis. L’audience de ce jeudi...

“L’avis de la Cour Constitutionnelle est un camouflet pour Victoire Dogbé”, dixit Gerry Taama

Depuis que ce document est versé sur la toile, les commentaires vont dans tous les sens. Difficile de ne pas lire des...

Deux jours de débrayage des enseignants togolais les 3 et 4 novembre prochains

Le secteur de l’éducation renoue avec la grève. Le naturel chassé n’a pas mis du temps pour revenir au galop. Le Bureau...

Des renforts de taille pour les Éperviers Dames

Dans le cadre de la double confrontation comptant pour les éliminatoires de la coupe d’Afrique des Nations (CAN) féminine Maroc 2022, les...

Accès aux bâtiments administratifs sous conditions de preuve de vaccination: La Cour Constitutionnelle juge la décision contraire à la constitution togolaise

COUR CONSTITUTIONNELLE REPUBLIQUE TOGOLAISEDU TOGO Travail - Liberté - Patrie AFFAIRE : Demande d’avis du Premier ministre sur le projet d’ordonnance relative à...

Covid-19: Un nouveau décès enregistré

Le covid-19 continue de faire des victimes. Le site d'informations du gouvernement rapporte mardi soir qu'un nouveau décès a été enregistré lundi...
- Advertisement -
error: Content is protected !!