29.1 C
Lomé
Monday, June 14, 2021

La démocratie est une dictature affinée !

Les unes des journaux

La démocratie est une dictature affinée !
Luc ABAKI

Je sais que nombre d’entre vous seront un peu surpris de ce libellé, car tout naturellement, nous avons toujours pris l’habitude d’opposer la dictature à la démocratie. Cela se comprend aisément lorsque l’on situe les deux termes dans leur sens primaire et périphérique.

Un dictateur utilise la force brute et la peur pour dominer et réduire le peuple au silence quitte à le frustrer et à le brimer ; la seule chose qui compte pour lui est la résignation de celui-ci. A l’opposée, l’on perçoit la démocratie comme étant l’expression du pouvoir du peuple par le peuple où seules les lois règnent en triomphe et régulent la vie sociétale.

Mais qui a lu Propaganda (comment manipuler l’opinion en démocratie), du publicitaire et écrivain américain Edouard Bernays, obtient un sens plus subtil, notamment de la notion de la démocratie. Il la perçoit justement comme étant un régime dans lequel, une minorité éclairée et intelligente modèle l’opinion publique pour le bien de la société.

Alors il écrit : « La manipulation consciente et intelligente des actions et des options de masse est un élément important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme de la société, constituent un gouvernement invisible qui est le vrai pouvoir dans notre pays. Nous sommes gouvernés, nos esprits sont formés, nos goûts éduqués, nos idées suggérées, en grande partie par les hommes dont nous n’avons jamais entendu parler ».

En réalité, le peuple par lui-même ne dispose pas, à proprement parlé, de pouvoir. Celui-ci ne peut lui être octroyé que par une élite éclairée qui conçoit et vote des lois en vue de réguler la vie sociale. C’est justement lorsque les lois ainsi conçues et votées en fonction de la vision de l’élite intelligente sont mises en œuvre, que le peuple s’y abrite et se revendique un pouvoir sur la base des recommandations de celles-ci.

Mais mieux, dans la vie quotidienne, les dirigeants, s’ils sont affinés et raffinés vont utiliser des méthodes subtils pour faire passer des formules et formater le comportement du peuple en agissant sur des représentations symboliques plutôt que sur la simple raison. Mais lorsque je parle de dirigeants, il ne s’agit pas seulement des gouvernants, mais de tous ceux qui ont un pouvoir soit financier, soit législatif ou communicationnel, d’impacter la vie du peuple, par tous les moyens y compris surtout, les médias, les réseaux sociaux, des meetings, les caravanes etc.

Je voudrais m’inspirer d’un des faits d’arme de Bernays pour mieux expliquer ce volet.

En 1929, Edouard Bernays avait été sollicité par une firme de tabac afin d’établir une stratégie qui lui permette d’augmenter ses ventes alors que l’on était bien dans un contexte où la consommation du tabac était stigmatisée et les fumoirs exclusivement réservés aux hommes. Aussi perfide que malicieux, il organise les dimanches, des manifestations à News York, des femmes payées à cet effet qui arboraient une cigarette à la main avec des pancartes sur lesquelles il était écrit « torche de la liberté ».

L’astuce a donc consisté pour Bernays à modifier la perception, la représentation de la cigarette chez les femmes, pour en faire un symbole de réappropriation de la liberté et une affirmation nette de l’émancipation de celle-ci. Du coup, beaucoup de femmes dans tous les Etats-Unis se sont mises à fumer, faisant ainsi grimper le chiffre d’affaires de la firme.

Tout ceci pour dire que la gouvernance démocratique d’un peuple exige des dirigeants, beaucoup de finesse, de subtilité et surtout de culture de sorte qu’ils soient à même de l’influencer intelligemment plutôt que de le dominer avec des méthodes primaires et grossières.

C’est donc par manque de ces attributs qui exigent du dirigeant un déploiement permanent de soi, que certains d’entre eux fléchissent et finissent par verser dans l’autocratie, la dictature brute et la tyrannie qui sont, de toute évidence infructueuses, en tout cas du point de vue de l’émancipation de l’esprit humain.

Ceci est d’autant plus vrai que la seule fierté d’un dirigeant devrait être sa capacité à convaincre et à persuader le peuple à le suivre dans sa vision plutôt de l’y forcer par des méthodes brutes. Et tout le monde peut aisément se rendre à l’évidence que le désir le plus intime de chaque individu est de s’affirmer en société par ses vertus, ses atouts, ses qualités et ses valeurs qui parlent beaucoup mieux, marquent la différence et ont plus de portée que les réflexes primaires et instinctifs qui s’utilisent dans une dictature comme des raccourcis parfaitement lâches.

En tout, le but de toute gouvernance doit être d’émanciper intellectuellement, spirituellement, moralement et matériellement le peuple. Un tel but est forcément engageant pour le dirigeant qui, pour y arriver, se doit de s’affranchir des réflexes instinctifs pour s’inscrire résolument dans le renforcement permanent de sa personnalité et dans son ’affinement de sorte qu’il devienne capable d’appréhender les problèmes de sa société avec hauteur et détachement. Ce faisant, il se revêt de l’étoffe d’un leader ayant, en tout temps et en tout lieu, un regard bienveillant sur son peuple.

L’Afrique, pour sortir de l’ornière, a forcément besoin que ce type de leaders émergent et se multiplient un peu partout sur le continent.

Luc ABAKI

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : Curieux silence des associations de consommateurs

La vie chère s'accentue, intensifiant la souffrance des populations Togolaises qui tirent déjà le diable par la queue. La situation est plus...

LIBERTÉ POUR DJIMON ORÈ ET TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES DU RÉGIME GNASSINGBÉ

Par Ayayi Togoata APEDO-AMAHLa présence de prisonniers politiques dans les geôles du régime policier constitue un cinglant démenti à la fiction de...

Lutte pour la démocratie au Togo : les leçons de l’heure

"Lutte pour la démocratie au Togo : les leçons de l’heure", c’est le titre d’une tribune publiée sur Facebook par Gnimdéwa Atakpama,...

La faute aux quatre coups KO: que les crétins louangeurs sortent des bois!

Par Kodjo EpouQuelque chose, en nous, s'est brisé. Le Togolais est devenu indéfinissable, même méconnaissable. Son pays aussi l'est, et en pire,...

CITE AU QUOTIDIEN : CROIRE EN LA MAGIE

"Dieu le fera" Oui Il le fera mais Il ne le fera pas sans nousSavoir cela c'est se découvrir acteur (actrice) de...

Togo : Nouvelle hausse du prix du carburant

Après l'augmentation du coût du péage, augmentation qui a pour conséquence, une flambée des prix des produits de première nécessité, l'équipe de...

Togo : La terreur s’intensifie

Le Togo vit une situation très préoccupante en matière de violation des Droits de l’Homme. En tout cas, c’est ce qu’on peut...

L’art de répondre efficacement aux questions!

Partons simplement de l'analyse d'une question posée par notre compatriote Didier Akouete aux présidents Macky Sall et à Paul Kagagmé pour dérouler...
- Advertisement -
error: Content is protected !!