27.1 C
Lomé
Thursday, December 9, 2021

La DMK demande à Faure Gnassingbé de respecter la souveraineté du peuple togolais

Les unes des journaux

 La DMK demande à Faure Gnassingbé de respecter la souveraineté du peuple togolais  La DMK demande à Faure Gnassingbé de respecter la souveraineté du peuple togolais

Faure Gnassingbé et sa bande ne respectent pas la souveraineté du peuple togolais. Ce peuple maltraité, laissé pour compte, trompé, maintenu dans la pauvreté, opprimé. C’est ce que pense la Dynamique Kpodzro de la gouvernance du fils d’Eyadéma. Lors d’une rencontre avec la presse mercredi à Lomé, la DMk est revenue sur tous les sujets de l’heure au Togo. La conclusion de la CNAP, l’augmentation du prix du ciment, la mauvaise gestion de la crise sanitaire au Togo et autres ont été au menu de ladite rencontre. La DMK a convié les Togolais à se mobiliser pour provoquer l’alternance au Togo. Lisez la déclaration liminaire:

 

DECLARATION LIMINAIRE

IL EST TEMPS DE LIBERER LE TOGO.

L’HEURE DU RENOUVEAU A SONNE.

Mesdames et Messieurs les journalistes ;

Mesdames et Messieurs les militants des différents partis politiques et organisations de la société civile membres de la DMK;

Chers frères, sœurs et amis citoyens épris de paix et de liberté pour le Togo;

Après un temps d’observation et d’intenses actions diplomatiques et de lobbying, il est opportun de vous retrouver et partager avec vous nos analyses et positions sur la situation socio politique de notre pays ainsi que sur la lutte de libération nationale commencée depuis le 05 octobre 1990 et qui a pris une autre tournure à partir du 22 février 2020.

Ce qui est constant à cette étape, c’est le sentiment de plus en plus exprimé de la majorité des citoyens qui aspirent à de profonds changements dans leurs vies et dans notre vivre ensemble. Le temps presse et l’impatience gagne les cœurs du peuple Togolais qui attend de voir naître un Togo nouveau.

C’est donc dans un contexte socio-politique chargé que la DMK fait sa rentrée politique ce jour suite aux derniers évènements de Paris à travers lesquels, la CIDMK avec la présence effective du patriarche de la Nation Monseigneur Philippe Fanoko KPODZRO, a, dans un vibrant plaidoyer, le 16 octobre 2021, attiré l’attention du monde entier sur la grave crise que traverse notre pays depuis le 22 février 2020 et la nécessité pour la communauté internationale de soutenir le désir d’alternance exprimé par les togolais.

C’est pour la DMK l’occasion de rassurer une fois de plus le peuple Togolais sur notre volonté et notre détermination à parachever la longue lutte de libération nationale que parraine le patriarche nonagénaire de la Nation et dans laquelle la diaspora togolaise joue un rôle historique. Cette phase de la lutte doit nous conduire enfin et inévitablement à restaurer la vérité des urnes de la dernière élection présidentielle du 22 février 2020 en concrétisant l’alternance pour laquelle les togolais se sont massivement prononcés.

Aussi, toute tentative de manipulation des faits et de l’histoire par la force et l’intimidation sur fond de corruption à grande échelle ne saurait prospérer. La seule chose qui vaille et qui apporterait une solution définitive qu’attend tout le peuple Togolais est de restaurer la vérité des urnes et d’abandonner la voie suicidaire qui consiste à user de la violence et la terreur pour gouverner, en faisant taire par la peur, la majorité des Togolais et en jetant au dehors ou dans les prisons ceux des citoyens courageux qui osent affronter cette dictature féroce. Ce qui est évident, c’est que la dictature au Togo fait face à un peuple plus que déterminé qui cherche à imprimer de nouvelles pages de son histoire.

En ce moment crucial de la vie de notre Nation, il convient tout simplement de dire ensemble à ce régime exécrable et vomi par le peuple STOP, ÇA SUFFIT.

Ce régime qui se complaît à faire la promotion de la médiocrité, empreinte de méchanceté dans les comportements de tous les jours et dans toutes les sphères de la vie de nos concitoyens, n’est plus digne ni qualifié de continuer à gouverner les Togolais.

Les derniers développements de l’actualité socio-politique de notre pays en disent long sur la capacité de nuisance de ce régime dictatorial et ses complices ainsi que sur leurs dérives autoritaires qui compromettent dangereusement l’avenir de notre jeunesse et justifient qu’on aille très rapidement à l’alternance.

AU PLAN POLITIQUE
La DMK avait déjà dénoncé en son temps les discussions qui ont donné naissance à la concertation nationale des acteurs politiques (CNAP).

Les dernières sorties de certains partis de l’opposition qui ont pris part aux récentes discussions dans le cadre de la CNAP témoignent à n’en point douter de l’échec de cette tentative de dialogue qui n’avait pas d’autres buts que de se mettre ensemble avec quelques acteurs politiques intéressés, dans un pseudo dialogue sur des sujets de distraction et de diversion afin d’isoler la DMK qui continue de revendiquer la victoire du peuple obtenue dans les urnes lors de la dernière élection présidentielle du 22 février 2020.

En effet, pour ce régime dictatorial vieux de plus d’un demi-siècle, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une fuite en avant, alors que pour les partis d’opposition qui se sont prêtés à ce jeu, il s’agit d’une grave faute politique qui ne sert aucunement les intérêts du peuple togolais martyrisé et désabusé.

Aussi, les lois adoptées par l’Assemblée nationale le 1er octobre dernier, conformément aux recommandations des participants à cette concertation, et portant révision du code électoral, de la loi sur la décentralisation et les libertés locales, et de la loi sur les manifestations publiques pacifiques, sont-elles durement critiquées, preuve qu’elles sont rejetées par les populations togolaises.

Cela est d’autant plus évident que ces réformes engagées ne prennent en compte aucune préoccupation des Togolais en ce moment et constituent de graves reculs de la démocratie dans notre pays.

Le Pouvoir désorienté sur le plan diplomatique avec une mauvaise appréciation des enjeux géostratégiques mondiaux, a orchestré un folklore autour de la récente visite de travail et d’amitié du Président Turc Recep Tayyip Erdogan au Togo. Ceci traduit sans aucun doute le malaise du régime dans ses relations diplomatiques avec ses partenaires traditionnels de l’occident, même s’il tente de présenter cette visite comme une diversification de ses partenaires sur le plan international. Ce régime en difficulté ne chercherait-il pas à se soustraire à la pression de ses alliés traditionnels et s’en trouver d’autres qui seraient moins regardants sur les valeurs démocratiques? Ce nouvel ami du dictateur qui n’a cure du respect des libertés fondamentales vient d’expulser 10 ambassadeurs des pays occidentaux dont ceux de la France de l’Allemagne et des Etats-Unis pour avoir exigé la libération de l’opposant Osman Kavala. Par ailleurs, la Turquie est placée depuis le 20 Octobre 2021 sous surveillance du GAFI (Groupe d’Action Financière) qui l’accuse de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

La DMK suivra avec une extrême vigilance les relations entre le Togo et la Turquie, un pays dans lequel nous venons de perdre un compatriote dans les circonstances non élucidées et sans qu’aucune réaction des autorités des deux pays ne situe les Togolais à ce jour.

Quid des mesures prises pour apaiser les douleurs des parents de ce compatriote victime de cet acte crapuleux avant de dérouler le tapis rouge au président Erdogan isolé par tous ses voisins, comme pour narguer et insulter les parents de la victime ?

AU PLAN DE LA GESTION DE LA CRISE SANITAIRE LIÉE A LA COVID-19
Le vote par l’Assemblée nationale de la loi portant prorogation de douze mois de l’état d’urgence sanitaire est tout autant inopportun que les mesures de vaccination et de pass sanitaire obligatoire alors qu’au même moment, des voix discordantes s’élèvent au sein de la communauté scientifique des pays les plus touchés par la pandémie, sur la pertinence et l’efficacité de la vaccination contre la COVID-19.

Rendre la vaccination obligatoire est une violation flagrante des droits humains des Togolais.

La DMK aurait usé d’une approche pédagogique visant à convaincre les citoyens du bien-fondé de se vacciner tout en donnant la liberté à chacun de prendre en son âme et conscience la décision de se faire vacciner ou non.

Le récent arrêt de la Cour Constitutionnelle déclarant discriminatoire la décision du gouvernement de conditionner l’accès aux bâtiments publics et administratifs par le pass vaccinal ne doit souffrir d’aucune divergence d’interprétation. Il s’agit tout simplement d’un désaveu de la Cour Constitutionnelle au sujet de cette décision du gouvernement qui est une injustice flagrante teintée d’incohérence et de mépris du peuple.

Il devient urgent que ce régime de violence cesse d’instrumentaliser cette pandémie de COVID 19 en mettant fin aux mesures attentatoires aux libertés fondamentales prises au nom de la lutte contre la pandémie. Tous les Togolais savent ce qui pousse le pouvoir en place à se réfugier dans cette crise sanitaire tout en cherchant à l’amplifier chaque jour.

En tout état de cause, la DMK exige du régime togolais de faire les comptes sur la gestion des fonds reçus de la communauté internationale et collectés auprès des togolais dans le cadre de la gestion de cette pandémie.

La DMK saisit cette opportunité pour demander une fois encore aux populations togolaises de se protéger en respectant les mesures barrières et d’apprendre à vite identifier les signes de la maladie afin de se faire soigner dès les premières alertes.

La DMK et la majorité des togolais se demandent pourquoi le régime togolais n’investit pas autant dans la lutte contre d’autres pathologies telles que le paludisme par exemple qui décime beaucoup plus de togolais que la covid-19 et pourquoi aucun effort n’est fait pour la mise en place d’infrastructures et d’équipements adéquats permettant une meilleure prise en charge des malades. L’état délabré des structures sanitaires et des plateaux techniques est source du calvaire que vivent les togolais partout sur le territoire national. C’est ici le lieu de rappeler le dernier cas en date qui continue à juste titre de susciter de l’émoi au sein des populations, celui de la jeune dame Ornella qui vient de perdre gratuitement sa vie par faute de soins et d’équipements adéquats alors qu’elle allait donner la vie.

La DMK présente ses vives condoléances à la famille éplorée et demande que justice soit faite à Ornella. Elle exige que la responsabilité des plus hautes autorités, et non uniquement des techniciens, soit engagée dans cette affaire, car la vie des togolais a du prix.

Pour clore le chapitre de la pandémie, la DMK exige purement et simplement la levée de l’état d’urgence dans notre pays comme c’est le cas dans les autres pays de la sous-région où se déroulent normalement les activités économiques et culturelles en toute sérénité.

Il est temps que les conditions optimales soient créées pour une reprise effective de la vie économique et culturelle, et que les togolais apprennent à vivre avec la COVID19.

3) AU PLAN SOCIAL

Le peuple Togolais continue de subir à plein fouet les conséquences de la mauvaise gouvernance, l’insouciance et le mépris des citoyens par ce régime. On note tous les jours la multiplication des taxes, l’augmentation des prix des produits de première nécessité, la pression fiscale sur les entreprises et les individus. La dernière augmentation en date, celle du ciment est la plus scandaleuse lorsqu’on sait que notre pays fournit du clinker aux pays voisins qui réussissent la prouesse de vendre le ciment moins cher qu’au Togo

Les engagements de l’Etat vis à vis des braves enseignants, du corps médical et des autres corps professionnels du secteur public, sont toujours restées lettres mortes. Attend-t-on que le pays brule alors que la colère gronde et le feu couve depuis longtemps déjà ?

Le gouvernement de fait n’a pas pu faire respecter ses propres engagements pour une gratuité effective de la scolarité des élèves du Togo comme l’a montré à la dernière rentrée la perception des contributions financières des parents lors de l’inscription de leurs enfants. Cette décision pour être applicable sans sources de difficultés supplémentaires aurait dû au minimum, être accompagnée de mesures pour répondre aux besoins auxquels les responsables d’établissement ne pourront plus faire face, faute de frais de scolarité.

Toujours dans le secteur de l’éducation, qu’attend ce régime vieux de plus d’un demi-siècle pour construire les infrastructures et les doter des équipements adéquats pour permettre une bonne éducation de nos enfants ? L’échec dans ce domaine est cuisant.

L’exacerbation de la suicidalité dans le pays est révélatrice de l’ampleur du délitement du lien social et de la paupérisation des populations confrontées au désespoir et a la désespérance. Jusqu’à quand les autorités actuelles resteront-elles spectatrices sans s’en émouvoir ?

AU PLAN DES DROITS HUMAINS
La DMK note la sortie de prison du Prophète Esaïe qui a dû purger sa peine de 12 mois de prison.

La DMK constate avec indignation que le régime dictatorial cinquantenaire au Togo reste sourd aux multiples cris de détresse et des appels incessants du comité pour la libération des prisonniers politiques pour l’élargissement des nombreux citoyens privés de liberté pour leurs opinions politiques.

Les valeurs démocratiques sont bafouées et foulées au pied, les criminels font la loi. Les journalistes qui osent dénoncer les dérives autocratiques sont persécutés. Les institutions chargées de protéger les journalistes sont devenues leurs bourreaux qui les sanctionnent et interdisent leur parution à tour de bras. Le dernier cas en date est celui du journal « The Guardian » sans oublier les déboires que subissent l’Alternative et le journal Liberté depuis longtemps.

Les nombreuses victimes des incendies des grands marchés de Lomé et de Kara continuent de vivre leur misère à cause de ces crimes non élucidées jusqu’à ce jour. Ces milliers de victimes et leurs familles crient justice et attendent leur juste indemnisation pendant que les vrais auteurs de ces incendies se pavanent dans les rues en toute impunité et narguent les victimes et les togolais. La reconstruction des marchés brulés annoncée depuis plus de deux ans tarde à se concrétiser.

Plusieurs assassinats sont restés non élucidés jusqu’à ce jour. Les cas du Colonel Bitala MADJOULBA et d’autres officiers supérieurs des Forces armées Togolaises (FAT) constituent des curiosités aux yeux des Togolais.

L’exil du président démocratiquement élu, Dr Gabriel Agbéyomé Messan KODJO, de l’archevêque Émérite de Lomé Mgr KPODZRO et son assistant Marc MONDJI, de Messieurs TIKPI Atchadam, Olivier AMAH, François BOKO, Bertin AGBA et d’autres exilés, constitue de graves entorses pour le respect des droits de l’Homme et la réconciliation indispensable dans notre pays.

La récente condamnation du Togo pour torture par la Cour de Justice de la CEDEAO en dit long sur le respect des droits de l’Homme dans notre pays. C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’est attendu le 29 Octobre prochain le jugement de ladite Cour sur les procédures judiciaires diligentées contre le président démocratiquement élu depuis mars 2021.

Par ailleurs, la DMK demande aux autorité du pays d’accueil du patriarche de la nation Mgr Kpodzro de bien veiller sur la sécurité de ce dernier car la récente sortie de Mgr Kpodzro et ses manifestations à Paris suscitent des velléités de représailles de la part de ceux qui veulent continuer à dominer nos pays malgré nos indépendances.

Au total, la DMK exige encore une fois la libération de Paul Missiagbeto, de Djimon Oré et de tous les autres détenus politiques.

Elle exhorte les magistrats Togolais à cesser d’être des bras de répression du régime dictatorial plus que cinquantenaire du Togo, car la justice doit être le socle de la démocratie et de l’Etat de droit.

5) AU PLAN DE LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE

Les togolais notent avec désapprobation la propension des gouvernants de notre pays à privatiser et pire à remettre entre les mains des intérêts étrangers les secteurs clés de notre économie : le Port Autonome de Lomé, le secteur industriel, le secteur bancaire, le secteur de la grande distribution, le transport, les BTP et plusieurs autres secteurs d’activités commerciales, reléguant les entreprises privées nationales au rang de sous-traitants alors même qu’elles sont souvent mieux qualifiées que certaines entreprises étrangères.

Par ailleurs, il est à relever que le personnel togolais de certaines entreprises dirigées par des expatriés subissent une nouvelle forme d’esclavage.

Les derniers événements dans la société Mèche Amina où les citoyens abusivement licenciés sont obligés de se mettre à genoux pour demander pardon à leur maître sont consternants.

Il est urgent de défendre les intérêts de nos concitoyens abusivement exploités par les chefs d’entreprises étrangers.

En 16 ans de gouvernance sans partage, l’actuel tenant du pouvoir n’a pas réussi à construire un seul nouvel hôpital, une seule université dont les Togolais peuvent être fiers, ni aucune grande école spécialisée à vocation sous-régionale pour donner des chances égales aux citoyens sur le marché international de travail.

Les crimes économiques sont légion et se multiplient au vu et au su des représentants du peuple et des institutions chargées de réprimer ces actes. Les cas du « petrolegate » et du dossier Bolloré en sont des illustrations révoltantes que la DMK continue de dénoncer.

Le peuple doit savoir la vérité à ce sujet et ceux qui ont agi contre les intérêts des togolais doivent être poursuivis et sanctionnés.

Des milliards de francs des togolais sont dépensés pour financer et lancer en grande pompe un Programme national appelé PND qui s’avère aujourd’hui un mort-né. Ces milliards des contribuables togolais n’auraient-ils pas servi à répondre aux besoins prioritaires en matière de santé et d’éducation qui sont les secteurs les plus sinistrés du pays aujourd’hui ?

LES TOGOLAIS NE SONT PAS DUPES.

Le Togo est hélas devenu le repaire des criminels au col blanc avec une prime à l’impunité qu’il est temps d’arrêter. Et c’est pour arrêter tout cela que les togolais ont décidé de sanctionner ce régime le 22 février 2020 par leurs votes massifs portés sur Dr Agbéyomé Messan KODJO, candidat de la DMK. Mais le régime dictatorial vieux de plus d’un demi-siècle, fidèle à ses habitudes a fait le quintuple coup d’état (militaire, électoral, judiciaire, diplomatique et médiatique) pour se maintenir au pouvoir jusqu’à ce jour contre la volonté des Togolais.

Ça ne peut plus continuer et cela ne tient qu’à chacune et chacun de nous inspirer de l’intrépidité du patriarche de la Nation Mgr Philippe Fanoko KPODZRO, un vieillard de 92 ans !

C’est fort de tout ce qui précède que la DMK lance un appel pressant à tout le peuple Togolais dans toutes ses composantes à savoir : paysans, enseignants, personnels de santé, conducteurs de taxi et taxi moto, militaires, étudiants et élèves, commerçants et artisans, syndicats et associations de tout genre à se mobiliser comme un seul homme pour soutenir la réclamation de la victoire du peuple portée par la DMK et exprimée dans le mémorandum remis à l’Union Européenne.

Une solution politique doit être trouvée pour concrétiser l’alternance décidée par les togolais en ce jour historique du 22 février 2020. C’est la seule issue pour éviter à notre pays des surprises désagréables que nul ne souhaite !

ÇA SUFFIT, ÇA DOIT CHANGER MAINTENANT. LA SOUVERAINETE DU PEUPLE TOGOLAIS DOIT ETRE RESPECTEE !

Fait à Lomé le 27 Octobre 2021.

La conférence des présidents de la DMK

 

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

CEDEAO: Les frontières terrestres pourraient rouvrir à partir du 01 janvier 2022

Cela fait deux ans que les frontières sont officiellement fermées dans l’espace CEDEAO à cause de la pandémie de Covid-19. Mais des...

Décès de présumés innocents détenus politiques : L’inquiétante inhumanité de la politique togolaise

Kéliba Amadou Kassimou est le septième détenu mort en détention dans l’affaire Tigre Révolution. Ce chiffre inquiétant n’est que la révélation de...

Pass vaccinal dans les églises: Le MMLK initie l’opération “Tour de Jericho”

La mesure prise par le gouvernement exigeant un pass vaccinal pour avoir accès aux églises continue de susciter des réactions. Les leaders...

Togo: Monia Tchangaï a tiré sa révérence

Le monde musical togolais est en deuil. Il vient de perdre une icône de la musique traditionnelle, Monia Tchangaï.

Les chefs d’Etat africain, entre président à vie et limitation de mandat

Le débat autour de la limitation du nombre de mandat d’un président à la tête d’un pays s’amplifie. Les 8, 9 et...

Togo: Un couple perd la vie dans un tragique accident de circulation à Kpomé

Lundi matin, un couple a perdu la vie dans un tragique accident de circulation à Kpomé-Aveta, impliquant deux motos et un taxi. Selon...

La CEET annonce de nouvelles perturbations dans la fourniture du courant électrique

A compter du mercredi 08 décembre 2021, de nouvelles perturbations dans la fourniture du courant électrique dans certaines zones de la capitale...

Présentation de pass vaccinal à l’église: Boukpessi donne des consignes aux préfets

C’est à partir du vendredi 10 décembre 2021 que vont commencer les contrôles du pass vaccinal ou d’un test PCR datant de...
- Advertisement -
error: Content is protected !!