La pagaille gouvernementale continue au Togo

Le gouvernement de Sélom Komi Klassou jeudi à Kara
Le gouvernement de Sélom Komi Klassou jeudi à Kara
Le gouvernement de Sélom Komi Klassou jeudi à Kara

Et enfin, le premier conseil des ministres du gouvernement Sélom Komi Klassou, et c’est la ville de Kara qui a été l’heureux élu. Un conseil qu’on peut situer dans le cadre du festival de lutte traditionnel EVALA en pays Kabyè, un festival qui démarre le 18 juillet pour prendre fin le 26 du mois.

L’occasion a été tardivement et honteusement saisie par Charly Faure Gnassingbé, à l’ouverture des travaux, pour exposer sa dite “profonde compassion” à l’endroit des familles des victimes des drames intervenus dans les usines de Wacem à Tabligbo et SNPT à Hahotoé. Loin de se dérober des habitudes de la maison tant décriées par les Togolais, Charly Faure Gnassingbé a semblé souhaiter que les enquêtes qui ne seront jamais bouclées, avancent rapidement et que des solutions qui ne verront jamais le jour, soient trouvées pour insécuriser, j’allais dire “sécuriser” les sites industriels.

Après une perte de temps incompris par les Togolais, Faure Gnassingbé appelle ses nouveaux pilleurs, je veux parler des membres du gouvernement Sélom Komi Klassou, à se mettre sans délai à l’œuvre et à déployer toute leur énergie pour relever les défis auxquels le pays est assujetti. Comme pour se moquer et faire rire un peu les Togolais, Faure Gnassingbé a demandé d’apporter au quotidien, des réponses concrètes aux préoccupations du peuple. Et tristement, on se rend compte que c’est maintenant que Faure Gnassingbé se réveille de son profond coma, lorsqu’il déclare : “Nos concitoyens aspirent légitimement à un mieux-être dans tous les secteurs de la vie économique et sociale”.

Même s’il s’agit d’un conseil qui s’est déroulé hors caméra, les informations font cas de l’examen et l’adoption d’un projet de loi concernant la réglementation des bureaux d’information sur le crédit (BIC), institutions chargées de la collecte d’informations nécessaires à l’évaluation de la solvabilité d’un demandeur de crédit, dans l’Espace UMOA.

Coup d’envoi donc au pillage des ressources du pays par le gouvernement médiocrement publié de Sélom Komi Klassou et Esso Solitoki.

Au-delà de cette lecture, la tenue de ce conseil des ministres à Kara n’est pas fortuite. Comme d’habitude, les ministres sont partis pour y rester ou peut-être être à cheval entre Kara et Lomé car, la fête rituel EVALA est une occasion mise à profit tous les ans pour vider l’administration de ses travailleurs. Comme quoi, avec ça, on prouve sa loyauté au prince, synonyme donc d’un feu vert pour confondre les caisses de l’Etat aux poches de ces pilleurs professionnels.

Dommage pour un peuple qui gît dans la misère…

Lucien Hounkanli

1 COMMENT

  1. Il faut appeler le chat par son nom. Coup d’envoi est donne aux pelleurs du grenier togolais grace a une armee togolaise fantome.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.