L’ASVITTO s’interroge sur ce que cache la 2ème convocation d’Agbeyomé Kodjo

L’ASVITTO s’interroge sur ce que cache la 2ème convocation d’Agbeyomé Kodjo
M. ATCHOLI KAO MONZOLOUWÈ, président de l'ASVITTO

Par Serge Lemask, togo-online.net
QUE CACHE RÉELLEMENT LA 2e CONVOCATION D’AGBEYOME KODJO ?

Arrivé au pouvoir en 2005, après le massacre historique de plusieurs centaines de togolais, Faure GNASSINGBE se maintient depuis lors par la force et a conduit le pays dans les abîmes de la misère et de la désolation.

Devenu en quinze années de règne, le champion incontesté de la violence et des tueries y compris sur des enfants de bas âge régulièrement abattus par des hommes à sa solde, il détient aussi la palme des crimes économiques en siphonnant pour le seul bénéfice de son clan les ressources du pays.

Incapable de saisir la cristallisation des souffrances d’une population dont l’épanouissement et les suffrages sont sans cesse violés, il décide contre la volonté de tous, de briguer un quatrième mandat après avoir été battu à plate couture dans les urnes. Une défaite retentissante qui trahit en réalité l’aspiration au changement de tout le peuple togolais y compris ceux de ses rangs.

Plusieurs centaines de nos milliards sont décaissés pour acheter des satisfécits qui tardaient à arriver tant le quatrième mandat, le passage en force au premier tour et le score dont il s’est affublé sont une insulte à l’intelligence la plus élémentaire. Et lorsque des dirigeants ne veulent pas s’associer à cette forfaiture, alors tant pis, on falsifie car rien ne doit entraver la boulimie du tyran, surtout dans un contexte de pandémie où les yeux des grandes puissances sont rivés sur la résolution de cette crise sanitaire qui secoue la planète.

Un viol de trop dans un monde où tous les pays avancent, y compris les moins lotis en termes de ressources naturelles, mais qui parviennent à réaliser des exploits éclatants pour le bien de leurs populations. Pour parvenir à ses fins, Faure GNASSINGBE décide de neutraliser Agbéyomé KODJO, dont la victoire aux élections de Février 2020 n’a jamais fait l’ombre d’un doute comme le démontre sans fard la position américaine.

Pour y parvenir, il soumet le vainqueur des élections à un harcèlement sans précédent. Dès les premières minutes du dépouillement qui laissaient transparaitre l’écrasante victoire du candidat de la dynamique de Monseigneur KPODZRO, la maison d’Agbéyomé KODJO est immédiatement prise d’assaut par des hommes en uniformes.

Ses immunités parlementaires lui seront enlevées à la hussarde quelques jours plus tard sur instructions de Faure GNASSINGBE. Certains de ses collaborateurs kidnappés de nuit, détenus au secret et soumis à une sévère torture depuis plusieurs semaines.

On demande désormais à l’ex Premier Ministre, de comparaitre devant le Service des Renseignements de la Gendarmerie Nationale. Une convocation qui cache mal les intentions d’un dictateur en panne d’inspiration et qui continue d’user des méthodes rétrogrades et poussiéreuses pour neutraliser ses adversaires.

Les togolais ont encore en mémoire la lugubre machination des incendies de Lomé et de Kara, préparée et exécutée sur ordre de Faure GNASSINGBE. Un attentat contre les braves femmes du marché et contre l’économie de notre pays qui a débuté par le kidnapping et la torture d’un certain Mohamed LOUM a qui il fut demandé de mentir sur le compte d’Agbéyomé KODJO pour pouvoir lui imposé de lourdes peines d’emprisonnement.

Aux lendemains des élections présidentielles de 2010, c’est un collaborateur d’Agbéyomé KODJO qui avait été contraint de faire des déclarations publiques pour justifier la dissolution du parti de l’ex premier ministre. Les togolais avaient assisté à cette époque au plus gros scandale juridico-politique de leur histoire. Après avoir accompli cette besogne, Gaston VIDADA, dévoré par les remords demande à revoir son ancien patron pour se repentir. Il fut froidement abattu à son domicile avant de pouvoir se confesser et donner les noms des auteurs de ce complot.

Il appartient désormais au peuple souverain de se lever et de prendre son destin en main. La liberté de tout un peuple ne saurait être sacrifiée sur l’autel des ambitions inexplicables d’un dictateur inconscient et incapable d’apporter des solutions rudimentaires à un pays pourtant doté d’importantes ressources.

La pandémie qui frappe actuellement le monde a une nouvelle fois mis en évidence l’incapacité et l’inefficacité de Faure GNASSINGBE qui se maintient par la force et s’arroge tous les pouvoirs et tous les biens du pays pour sa seule jouissance. Une série de mesures absurdes dans un pays qui ne dispose que de deux lits de réanimation.

Mais face à cette misère galopante, ce virus qui frappe partout et contre lequel nous ne sommes aucunement armés et une population aux abois, Faure GNASSINGBE n’a qu’un seul souci en tête : mettre la main sur le vainqueur des élections au lieu de lui transférer simplement le pouvoir pour le bien de tous.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.