Le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) appelle à une unicité d’action à l’arrêt de l’injustice et à l’enrôlement massif des populations

Le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) appelle à une unicité d’action à l’arrêt de l’injustice et à l’enrôlement massif des populations

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
Le terrain d’Akassimé a accueilli ce samedi 04 mai 2019, la rencontre citoyenne organisée par le Front Citoyen Togo Debout (FCTD).

Nombreux sont les citoyens et citoyennes, parmi lesquels figurent les responsables politiques et ceux de la société civile, à prendre part à ce rendez-vous où la parole a été donnée au peuple.

Trois grands thèmes ont été abordés à savoir:

  • le contexte créé par les élections du 20 décembre 2018: la nouvelle phase de la lutte et l’impératif d’une dynamique unitaire;
  • l’impérieuse nécessité du changement pour un vivre ensemble, harmonieux et avec des chances égales; et
  • la question des élections locales en vue.

Tour à tour, NABOUDJA Bouraïma, Maître Raphaël Kpandé Adzaré et Professeur David DOSSEH se sont prononcés sur les différents sujets d’actualité notamment la question des réformes, les élections locales, la problématique de l’interdiction des manifestations publiques pacifiques, la précarité et les conditions difficiles de travail des travailleurs et de vie des populations.

Parole a été donnée au peuple qui a appelé le Front Citoyen Togo Debout à reprendre la lutte pour sauver le pays.

Dans un message lu par Maître Raphaël Kpandé Adzaré, le Front Citoyen Togo Debout a dénoncé avec véhémence la manipulation de la justice pour asseoir une politique restrictive et répressive des libertés. Le Front Citoyen Togo Debout insiste sur la dynamique unitaire de la classe politique de l’opposition et invite les populations togolaises à sortir massivement pour se faire recenser et s’inscrire sur les listes électorales, tout en dénonçant l’insuffisance du temps que la CENI, Commission Électorale Nationale Indépendante accorde à l’opération de révision des listes électorales.

Dans un décor meublé de couleurs nationales et animé de diverses sonorités du terroir, le meeting citoyen d’Akassimé a été un rendez-vous qui a permis à chaque acteur d’écouter les populations s’exprimées.

On peut noter la présence de Jean Pierre FABRE de l’ANC, Thomas Kokou NOUSSOUKPOE du BAC et d’autres responsables de formations politiques.

Un dispositif sécuritaire a été déployé pour garantir la sécurité des populations mobilisées à l’appel du Front Citoyen Togo Debout.

Dans leurs interventions, les populations ont émis le vœux que cette initiative soit multiplier pour atteindre l’intérieur du pays.

Lire le message livré par le Front Citoyen Togo Debout

MESSAGE DU FRONT CITOYEN « TOGO DEBOUT » A LA RENCONTRE CITOYENNE DU 04 MAI 2019

1. Le contexte actuel et la nouvelle phase de la lutte : l’impératif d’une dynamique unitaire

La volonté d’être ensemble des forces démocratiques au sein d’un regroupement a suscité un espoir au sein de la population et entraîné un mouvement mondial qui n’est que l’extériorisation d’une soif accrue de changement dans le mode de gouvernance de notre pays.
Nul n’ignore que des citoyens togolais, y compris plusieurs enfants mineurs, sont tombés, certains sont devenus des handicapés à vie, d’autres encore sont emprisonnés, déplacés ou contraints à l’exil, et enfin d’autres sont spoliés dans leur liberté, dans leur dignité et dans leurs biens. Le chemin a été trop long et douloureux et cette fois-ci, nous avons l’impérieux devoir de conclure cette lutte.
Le FCTD réaffirme avec insistance que dans le contexte togolais actuel de la lutte pour la libération, aucune formation politique quelque soit son niveau d’implantation et son audience auprès des populations, ne peut y arriver en dehors d’une action convergente et unitaire, autour d’objectifs précis d’intérêt général, et empreinte d’objectivité, d’humilité, de sincérité et de respect mutuel.
La cause est nationale, les enjeux sont au-dessus des seules formations politiques, prises individuellement.
Après le « scrutin de la honte » du 20 décembre 2018, et au regard de la trahison de la CEDEAO et de l’entêtement du régime dictatorial qui durcit le ton, le peuple togolais doit continuer par démontrer son rejet total de ce système cinquantenaire et exprimer davantage sa soif au changement.
Le peuple togolais doit continuer la lutte en l’intensifiant et savoir qu’aujourd’hui plus que jamais, les forces démocratiques doivent transcender ce qui les divise car ce qui les unit est nettement plus fort et plus noble : la liberté et la dignité pour ce peuple qui ne doit plus compter que sur lui-même et sur personne d’autre. Cela passe par l’intensification de la mobilisation.
Face à une dictature cinquantenaire, il faut être endurant et résistant, stratège et courageux.

  • Mais être endurant et résistant ne veux pas dire qu’on ne se fatigue pas. Mais que la cause pour laquelle on lutte est noble et juste, et qu’on ne doit pas abandonner tant que la lutte pour la démocratie, l’Etat de droit, le respect des droits de l’homme, la bonne gouvernance et le développement, n’est pas achevée.
  • Etre courageux ne veut pas dire qu’on n’a pas peur, mais la possibilité de vaincre cette peur et de la faire changer de camp.
  • Etre stratège ne veut pas dire non plus qu’on ne peut pas commettre d’erreurs, mais plutôt de ne plus persister dans l’erreur, donc de se relever s’il arrivait que l’on tombe.
    Au lendemain de 20 décembre 2018, la dictature a durci le ton par un politique restrictive et répressive des libertés de réunion et de manifestation.


Le FCTD dénonce avec véhémence le fait que la justice pénale togolaise soit constamment et systématiquement utilisée pour asseoir cette politique restrictive et répressive des libertés : incarcérer les victimes de la répression et laisser courir leurs bourreaux.

2. L’impérieuse nécessité du changement pour un vivre ensemble, harmonieux et avec des chances égales

L’aspiration au changement doit aller avec un changement de vision de la politique qui met au cœur de ses stratégies l’intérêt général.
Ce changement crée un vivre ensemble harmonieux de toutes les filles et tous les fils du Togo. Le changement est impérieux et n’est dirigé contre personne, sauf contre les ennemis de la liberté et du changement. Il n’y aura pas de chasse aux sorcières.
A cet effet, la main est tendue aux forces progressistes dans l’élan d’opérer ce changement.
Dans logique de ce changement, le FCTD encouragera toute initiative et toute action allant dans le sens de la réalisation des réformes conformément aux aspirations profondes du peuple, et nécessaires à la concrétisation de l’Etat de droit et de la démocratie. Le FCTD apportera sans ambages, le moment venu, de manière claire et non équivoque, son soutien à la structure ou au regroupement de structures qui vise le mieux et sans calculs égoïstes ni politiciens, l’intérêt du peuple qui est le bien commun.
Seule la dynamique unitaire est salutaire, la résignation et la dispersion des forces sont suicidaires.

3. La question des élections locales en vue

La tenue des élections locales est un moment très crucial du processus démocratique dans notre pays, car ces élections traduisent par elles et en elles la gouvernance et le développement par la base.
C’est pour cette raison que le gouvernement ne doit pas s’en servir comme un moyen de conservation vaille que vaille du pouvoir.

Après plus de trente (30) ans, ces élections doivent s’organiser dans un contexte décrispé, de manière inclusive et avec toutes les granites de transparence, de liberté, d’honnêteté et de crédibilité ; d’où la nécessité de libérer toutes les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations publiques, ensemble avec les détenus politiques en vue de détendre l’atmosphère socio-politique.
C’est pourquoi le FCTD rappelle au gouvernement et à la CENI les dispositions de l’article 47, et suivants d’ailleurs de la Loi N°2012-002 du 29 mai 2012 portant code électoral et relatives aux conditions d’inscription et d’établissement des listes électorales :
« Il existe une liste électorale pour chaque commune et pour chaque préfecture.
La liste électorale nationale est constituée par le rassemblement des listes communales et préfectorales ».
L’inverse n’est plus possible.
Tout en demandant aux populations de sortir massivement pour se faire recenser et s’inscrire sur les listes électorales, le FCTD relève que le délai de trois jours ouvert par la CENI en ce qui concerne ces listes électorales reste très insuffisant pour leur établissement et leur constitution.

Et sur tous ces points, le FCTD en appelle à la mobilisation des Togolais eux-mêmes, et à la communauté internationale.
« Que viennent les tyrans, ton cœur soupire vers la liberté ! Togo debout, luttons sans défaillance » !

Fait à Lomé le 04 mai 2019

Le Front Citoyen « TOGO DEBOUT »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.