Les deux plans secrets de Yawovi AGBOYIBO

A la veille de chaque élection présidentielle, Me Yawovi AGBOYIBO a deux plans. Ils lui permettent de tirer son épingle du jeu en faisant souvent d’une pierre deux coups.

Le premier plan consiste pour le Bélier noir de mettre en jeu une stratégie qui vise à faire de lui le candidat de l’opposition. Cette formule dans la plupart des cas échoue. Alors, l’homme de Kouvé sort sa seconde cartouche, celle qui consiste à créer une situation de confusion générale au sein de l’opposition pour la fragiliser et permettre donc au pouvoir d’avoir raison de jouer sur le cafouillage pour s’accorder des scores qui finissent par s’imposer comme résultats de l’élection. Scores qui sont naturellement en faveur du parti au pouvoir.

L’édition de la manœuvre de cette année est assez inédite. Me Yawovi AGBOYIBO qui a remis la direction du parti à son élève, Dodji APEVON fait depuis plus de deux ans des pieds et des mains pour se faire porter par le CAR comme candidat.

Mais, la logique ayant fait choisir Me APEVON, président du CAR comme Candidat de la coalition Arc en ciel, l’ancien premier ministre, fondateur du CAR sort de ses gongs par l’entremise de son Perroquet, le député Jean KISSI.

Celui-ci, dans une campagne médiatique soutenue, n’insiste pas sur le choix de Me APEVON déjà contesté par certains petits partis de la coalition Arc en ciel, mais argue dans la confusion que le CAR a son candidat sans nommer son président en la personne de Me DODJI APEVON.

Du coup, les chances de l’avocat de Vo se minimisent au profit du retour du Bélier noir sur la scène.

Cette confusion sciemment semée n’est pas sans conséquence sur les conclaves au sein de l’opposition sur le sujet de la candidature unique.

Lors d’une récente réunion du CST et de la Coalition, une vive altercation a opposé Jean KISSI qui semblait mener un lobbying pour un candidat inconnu du CAR, et Abass Kaboua qui lui reprochait de mener une campagne d’intoxication sur les médias.

Le débat dans les conclaves entre le CST et Arc en ciel concerne actuellement les critères de choix du candidat unique et les stratégies d’une opposition unie pour assurer l’alternance.

Ce débat est en train de sombrer dans l’impasse par la faute des ambitions cachées du CAR, version AGBOYIBO-KISSI.

Le CST, pour sa part ne s’affole pas dans son choix. C’est Jean-Pierre Fabre, en même temps le chef de file de l’opposition qui est le candidat naturel.

Me Yawovi AGBOYIBO a des raisons de ses manœuvres à la veille de chaque présidentielle. Rester dans le débat et les discussions postélectorales en qualité de candidat malheureux pour postuler au poste de Premier Ministre ou proposer des pions en cas de gouvernement d’union nationale.
Cela a déjà marché pour lui ;
Cette fois, on se demande si la même formule pour être de rigueur, le tableau politique ayant subi des mutations avec l’élimination de Gilchrist Olympio, le positionnement de Jean-Pierre Fabre et la menace de Alberto OLIMPIO. Autre faiblesse pour Agboyibo, l’âge avancé qui ne lui donne pas une très bonne santé physique. Mais le bélier noir ne semble pas désarmer, il fonce, la tête baissée……

Alfredo PHILOMENA

Source: independantexpress

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.