Les portes des salles de classe s’ouvrent pour les apprenants togolais : Une rentrée scolaire emprunte d’incertitude ?

rentrée scolaire 2015-2016 au Togo

rentrée scolaire 2015-2016 au Togo

Par Idelphonse Akpaki
Elle n’a connu ni de mouvements d’humeurs ni de contestation ou de remous des enseignants comme ce fut le cas les années antérieures, cette rentrée scolaire 2015-2016 dans la plupart des régions que compte le Togo sauf dans la région savane ou quelques incidents majeurs sont signalés.

En effet, ce lundi 28 septembre 2015, plus de deux millions (2.000.000) d’apprenants des deux sexes du primaire, secondaire et de la formation professionnelle, ont repris le chemin de l’école sur toute l’étendue du territoire national togolais. Selon le ministre des enseignements primaire et secondaire le professeur Komi TCHAKPELE, ils sont au total 2.124.750 élèves dans l’enseignement général, soit un accroissement de 2% par rapport à l’année scolaire 2014-2015 et 37.800 élèves dans l’enseignement technique et la formation professionnelle. A en croire ces chiffres officiels, les effectifs dans l’enseignement technique et la formation professionnelle, selon les divisions devaient connaitre une augmentation d’environ 9% pour passer de 34.5000 à 37.800 élèves.

Au Togo, pour cette rentrée scolaire qui s’est déroulée dans le calme contrairement à celles des deux dernières années, le gouvernement à travers le ministre des enseignements primaire et secondaire le professeur Komi TCHAKPELE a dit avoir pris des mesures idoines pour éviter les ratés et remous constatés les années antérieures qui ont été sources de mouvements d’humeurs et de contestation. A en croire le ministre, le gouvernement a procédé à l’amélioration du système éducatif togolais à travers des meures telles que : la subvention de 720. 000.000F CFA pour un bon fonctionnement et encadrement des apprenants dans les écoles primaires publiques, la formation en octobre 2015 de 600 directeurs de collège d’enseignement général public en gestion administrative, financière et pédagogique des établissements, la formation continue de 4500 professeurs des collèges d’enseignement général public, la fournitures d’outils didactiques aux établissements d’enseignement public, l’ouverture de 6 nouveaux lycées, le recrutement de 225 nouveaux enseignants de l’école normale supérieure d’Atakpamé, 600 enseignants volontaires en voix de recrutement le Programme de Volontariat National (PROVONAT). Des promesses, toujours des promesses qui une fois faites n’engagent que ceux qui y croient parce qu’elles ne sont jamais concrétisées par leurs initiateurs ce qui par après provoquent des situations désagréables pour tous.

Pour l’instant, les responsables des différentes centrales syndicales, en l’occurrence la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) aux prises avec les autorités gouvernementales aux sujet de la satisfaction des revendications des travailleurs, des enseignants surtout, ne se sont pas encore prononcé sur cette rentrée scolaire. La particularité du gouvernement togolais étant de faire les promesses sans les réaliser on verra bien si les actes accompagneront les paroles. L’année 2014-2015 en est une illustration de la mauvaise foi des autorités éducatives sinon du gouvernement puisque cette année scolaire précédente a été très tumultueuse, émaillée de revendications corporatistes qui ont conduit aux grognes et grèves dans certains secteurs clés comme l’éducation et la santé. La grande question à l’orée de cette nouvelle année scolaire est de savoir si l’éducation des filles et fils togolais sera une fois encore sacrifiée sur l’autel de la démagogie et de la politique de fuite en avant ? Pour le reste, les apprenants togolais doivent savoir que l’essentiel vient d’être amorcé et ils doivent s’appliquer et faire la joie de leurs parents et eux-mêmes à la fin de l’année académique.

« Adieu beaux jours si tôt finis. Filles, garçons pas de tristesse. Vite au travail et sans paresse. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.