23.1 C
Lomé
Tuesday, October 19, 2021

LETTRE OUVERTE A TOUTES LES FEMMES TOGOLAISES

Les unes des journaux

LETTRE OUVERTE A TOUTES LES FEMMES TOGOLAISES
Maryse Mawutowou QUASHIE

Par Maryse Mawutowou QUASHIE
Lorsqu’on traverse une situation tragique, on fait appel à tous ceux qui peuvent vous aider, ou tout au moins vous comprendre. Ainsi vous vous sentez moins seul pour faire face à ce qui vous arrive. C’est dans cet esprit que je m’adresse à vous mes sœurs togolaises.

A MES SŒURS QUI ETES DU COTE DU POUVOIR

  • A vous les mères qui entendez tant de personnes se plaindre de vos fils à longueur de journée, les accusant d’appauvrir, d’affamer, d’emprisonner à tort, de faire torturer et même tuer les citoyens togolais ;
  • A vous les sœurs qui portez le même nom de famille que ces fils critiqués ;
  • A vous les épouses dont ces fils vilipendés sont les maris, les pères de vos enfants ;
  • A vous les femmes du gouvernement et à vous en tout premier lieu, Madame le Premier Ministre, qui partagez la responsabilité des souffrances des citoyens togolais, souffrances attribuées à l’actuel gouvernement ;
  • A vous toutes les milliers de femmes qui soutenez un régime dont vous avez parfois du mal à être fières ;

Je voudrais demander :

N’en avez-vous pas assez de porter sur vos épaules la misère de tout un peuple, d’entendre nuit et jour les cris de détresse qui s’élèvent depuis plus de quinze années maintenant ?

A MES SŒURS QUI LUTTEZ DANS LES PARTIS POLITIQUES, LES SYNDICATS, LA SOCIETE CIVILE, POUR QU’ADVIENNE LE CHANGEMENT SOCIAL,

A vous je dis que je comprends

  • votre lassitude, due au fait que vous ne savez plus quelle stratégie adopter ;
  • la peur que vous avez tout le temps au ventre parce que vous êtes doigtées par le pouvoir alors que vous être aussi isolées par certains membres de votre famille qui vous recommandent de cesser de faire de la politique ;
  • votre désespoir lorsque vous n’êtes pas écoutées par les autres femmes, tous les autres pauvres qui refusent de se mobiliser.

Je voudrais vous exhorter à ne pas renoncer à votre combat.

Vous qui menez ce combat à vos risques et périls car, c’est lorsqu’on vous menace, c’est lorsqu’on vous moleste dans les manifestations publiques, c’est lorsqu’on vous brime et vous insulte sur les réseaux sociaux, c’est lorsqu’on fait du mal aux membres de votre famille à cause de votre combat, c’est alors que vous devenez les héroïnes de l’extraordinaire !

A MES SŒURS QUI NE SAVEZ PLUS A QUEL SAINT VOUS VOUER POUR NOURRIR, SCOLARISER ET SOIGNER VOS ENFANTS

A vous je dis que vous n’êtes pas invisibles

  • Vous les Jeunes filles et jeunes femmes qui ne savez comment vous former ;
  • vous les jeunes femmes qui vous levez chaque matin avec l’angoisse de pas trouver le moyen de gagner votre vie ;
  • vous les femmes qui trimez dans l’informel avec des revenus qui vous permettent tout juste de survivre ;
  • vous les femmes âgées, sans ressources bien qu’ayant travaillé toute une vie, vous qui peinez avec les maigres revenus d’une retraite qui vous marginalise, vous toutes les femmes dont la vraie souffrance c’est de ne pas entrevoir d’avenir pour vos descendants ;

Je voudrais vous demander de recevoir une médaille :

au nom de tous les silencieux, tous les sans-voix, tous les oubliés, les laissés-pour-compte, médaille reconnaissant que c’est vous qui maintenez debout nos communautés familiales, professionnelles, paroissiales, nos collectivités de quartiers et de villages, et ainsi je confirme le nom que je vous ai donné depuis un certain temps, NOS HEROÏNES DU QUOTIDIEN.

A VOUS TOUTES MES SŒURS DE TOUS AGES, DE TOUTES CONDITIONS SOCIALES, DE TOUS BORDS POLITIQUES

Je voudrais faire entendre ces mots pleins d’espoir d’un homme, d’un philosophe et théologien congolais, KÄ MANA, décédé le 15 juillet 2021

« Les valeurs sociales, les structures institutionnelles, les normes de vie et les rêves individuels sont déterminés par une vision du monde où le genre masculin s’est imposé de tout son poids (…).
Nos institutions publiques sont toutes entre les mains des hommes qui y développent des attitudes d’homme. Les femmes n’y ont qu’un rôle figuratif, esthétique, cosmétique pour faire croire que l’on respecte l’air du temps où il est chic de montrer qu’on respecte le genre, quitte à ne le faire qu’en surface, avec des gestes purement symboliques et sans consistance, comme la nomination des femmes à quelques postes de responsabilité. »

Pour KÄ MANA,

  • il ne s’agit pas de critiquer ce qui se fait mais de passer d’un leadership de type masculin au leadership de type substantiellement féminin ;
  • il ne s’agit pas de remplacer les hommes par les femmes, laissant de côté la question des parités mais de faire un travail d’affirmation ferme des valeurs de la femme ;
  • il ne s’agit pas seulement de vaincre la culture de la violence et des antivaleurs qu’elle promeut,

« mais, il s’agit de promouvoir la joie d’une économie de partage, d’une politique de générosité et d’une culture du bonheur, hommes et femmes ensemble et dans un même souffle »

Dans ce sens, je voudrais vous faire remarquer que les valeurs de la société togolaise actuelle, nous font toutes souffrir autant les unes que les autres, que nous avons toutes d’une façon ou d’une autre, intérêt à ce que notre société ne continue pas sur la lancée actuelle. Ainsi à la suite de KÄ MANA, je voudrais nous convier à avoir suffisamment confiance en nous-mêmes pour poser ensemble des actes afin que nous les Togolais sortions du cycle infernal de la crise qui dure depuis des années.

  • Ayons le courage de prendre la parole pour dire que nous en avons assez du règne de la violence et de l’argent ;
  • Ayons l’audace de prendre notre place à tous les moments où nous pouvons mettre en valeur nos compétences plutôt que d’entrer en compétition les unes avec les autres ;
  • Soyons assez intrépides pour avancer chacune d’un pas l’une vers l’autre afin de bâtir ensemble cette société que d’aucuns peuvent penser utopique, une société où chacun pourra trouver la possibilité de se développer au mieux.

Mes sœurs togolaises, mettons en œuvre toutes nos forces, toutes nos énergies pour que nos enfants ne vivent pas dans la même société que celle d’aujourd’hui, pour leur offrir la chance d’avoir une vie meilleure que la nôtre.

Lomé, le 23 septembre 2021

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Atteinte à la vie privée des filles, un devoir d’explication s’impose aux officiels du monde de l’éducation au Togo

Le devoir de redevabilité à l'égard du peuple voudrait que l'on explique une décision pareille qui suspend deux acteurs du monde éducatif. On...

Le monde syndical togolais pleure Ephrem Tsikplonou

Le monde syndical togolais est frappé par un deuil. Ephrem Tsikplonou, SG de la coordination générale des cadres du Togo (CGCT) a...

Togo: Bienvenue dans la République d’UNIR !

Voilà un régime de père en fils qui s’est approprié le Togo qu’il régente comme une épicerie familiale depuis 54 ans. Le...

Togo: Quand Faure Gnassingbé se moque des pauvres populations

Les faits et gestes de l'exécutif togolais constituent la preuve que le régime mesure le degré de pauvreté des populations. Ils envahissent...

Togo / Gendarmerie nationale : Le Commandant de la Brigade territoriale de Lomé et certains de ses éléments mis aux arrêts

Des gendarmes mis aux arrêts, ça n’arrive pas souvent. Mais ne dit-on pas « tous les jours pour le voleur, et un...

Du sourire aux lèvres des élèves de l’EPP Davié Anomé grâce à l’association « New Family »

Ce samedi 16 octobre 2021, l'association "New Family" était aux côtés des élèves démunis de l'école primaire publique de Davié Anomé (préfecture...

Le Covid Business en vogue au Togo

Les populations sont de plus en plus fatiguées, surtout avec les non-dits qui entourent la gestion de la pandémie à la covid-19...

Pétrolegate: Le procès en appel encore renvoyé

L’affaire dite « Pétrolegate » mettant aux prises le journal « L’Alternative » et la famille Adjakly est encore sur le tapis. L’audience de ce jeudi...
- Advertisement -
error: Content is protected !!